BHUTTO BENAZIR (1953-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux fois Premier ministre du Pakistan (de 1988 à 1990, puis de 1993 à 1996), Benazir Bhutto restera comme la première femme de l'époque moderne à avoir dirigé un pays musulman.

Socialement et politiquement, son parcours est celui d'une héritière. Elle naît à Karachi, le 21 juin 1953, dans une famille de grands propriétaires fonciers du Sind, la province du Sud. Son père, le brillant Zulfikar Ali Bhutto, lui-même fils d'un ministre du gouvernement impérial, sera président puis Premier ministre du Pakistan de 1971 à 1977, jusqu'au coup d'État du général Zia ul Haq. Ses frères, Murtaza et Shahnawaz, qui auraient pu jouer un rôle politique de premier plan, trouveront la mort dans des circonstances mal définies. Benazir Bhutto étudie à Harvard puis à Oxford, dont elle est diplômée (bachelor of arts), en 1973 et 1977, respectivement. Deux ans plus tard, l'exécution de son père fait d'elle la dirigeante du parti qu'il avait créé, le Pakistan People's Party (P.P.P.). Le régime, qui a imposé la loi martiale, est alors des plus autoritaires. Fréquemment emprisonnée de 1979 à 1984, en exil de 1984 à 1986, Benazir Bhutto ne peut faire campagne lors des élections législatives qui sont organisées, mais elle devient à son retour la figure de proue de l'opposition au régime, à travers des manifestations de masse qui caractériseront son action politique. En août 1988, le général Zia disparaît dans un mystérieux accident d'avion. Le vide politique qui en résulte et les élections qui s'ensuivent amènent la victoire du P.P.P., porté par le charisme et le prestige de Benazir Bhutto. Le 1er décembre 1988, celle-ci prend la tête d'un gouvernement de coalition. Elle est alors l'une des femmes les plus célèbres dans le monde. Elle conservera jusqu'à sa mort, dans les médias occidentaux, une image flatteuse, en dépit d'un bilan politique décevant.

Les succès, en effet, ne suivent guère. La concurrence exercée par la Ligue musulmane de Nawaz Sharif, ses mauvaises relations avec l'armée et avec le président de la République s'ajoutent à ses propres erreurs. En août 1990, accusée de corruption, elle est démise de ses fonctions par le président Ghulam Ishaq Khan. Après la défaite du P.P.P. aux élections d'octobre, Nawaz Sharif lui succède. Le scénario semble se rejouer en 1993, quand celui-ci connaît à son tour le même sort : victorieuse en octobre, Benazir Bhutto forme de nouveau un gouvernement de coalition qui, lui aussi, prendra fin, en novembre 1996, en raison d'accusations de corruption et de mauvaise gouvernance dirigées contre le Premier ministre et contre son époux, Asif Ali Zardari.

Entretenues par le nouveau gouvernement de Nawaz Sharif, large vainqueur des élections de 1997, ces accusations vont désormais conditionner la marge de manœuvre politique de Benazir Bhutto. Asif Ali Zardari est emprisonné de 1996 à 2004. En 1999, l'ex-Premier ministre, qui choisit alors de vivre à Dubaï et à Londres, est déclarée coupable par un tribunal de Lahore. Le jugement sera cassé en 2001 par la Cour suprême, mais Benazir Bhutto demeure sous le coup des mandats d'arrêt lancés contre elle au Pakistan. Son retour suppose un accord préalable avec le nouvel homme fort du pays, le général Pervez Moucharraf, qui a renversé le gouvernement Sharif le 12 octobre 1999.

L'exil durera huit années, pendant lesquelles Benazir Bhutto, qui par ailleurs fait face à une accusation de blanchiment devant la justice suisse, se tient à l'écart de la vie politique pakistanaise, même si le P.P.P. fait bonne figure aux élections générales de 2002. C'est seulement en 2007, peu avant l'élection présidentielle qui le reconduit pour un nouveau mandat, que le général Moucharraf, sans doute pressé par Washington, signe le décret d'amnistie portant l'abandon de toutes les charges dirigées contre l'ex-Premier ministre – une décision critiquée par la Cour suprême. Le 18 octobre, accueillie à Karachi par une foule impressionnante, Benazir Bhutto retrouve un Pakistan où, depuis plusieurs mois, se sont intensifiés la contestation du régime et l'affrontement de ce dernier avec les islamistes radicaux. Ce jour-là, un attentat-suicide contre le cortège fait plus de cent quarante morts. Benazir Bhutto, que l'on dit avoir mené des négociations avec Pervez Moucharraf pour un éventuel partage du pouvoir, apparaît à la fois comme une alliée objective de ce dernier contre les extrémistes religieux et une solution politique dans la perspective d'une victoire de l'opposition aux prochaines élections législatives. Le 27 décembre 2007, à la sortie d'un meeting électoral à Rawalpindi, près d'Islamabad, elle est victime d'un attentat.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification

Autres références

«  BHUTTO BENAZIR (1953-2007)  » est également traité dans :

PAKISTAN

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 19 653 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le problème du Sind »  : […] Après la sécession du Pakistan-Oriental, les Pendjabis représentent désormais 60 p. 100 de la population totale et occupent environ trois quarts des emplois militaires. Néanmoins, c'est un Sindi, Zulfikar Ali Bhutto qui, ayant succédé à Yayha Khan comme chef de l'État dans le cadre de la loi martiale prorogée, occupe le pouvoir. La Constitution dont il dote le pays en 1973 est plus favorable au f […] Lire la suite

Les derniers événements

25 juillet - 17 août 2018 Pakistan. Alternance à l'issue des élections législatives.

Le Parti du peuple pakistanais (PPP) de Bilawal Bhutto Zardari, fils de l’ancienne Première ministre Benazir Bhutto et de l’ancien président Asif Ali Zardari, progresse avec 13 p. 100 des suffrages et 54 députés. Le PML-N et le PPP dénoncent des fraudes orchestrées par l’armée qu’ils accusent de favoriser le PTI. Le 17 août, le Parlement élit Imran Khan au poste de Premier ministre par 176 voix, contre 96 pour Shahbaz Sharif. […] Lire la suite

3-11 mai 2013 Pakistan. Victoire de la Ligue musulmane aux élections législatives

Le 3, en pleine campagne électorale, Chaudhry Zulfiqar – le procureur chargé du dossier sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto en décembre 2007 – est tué par balles à Islamabad. En avril, l'ancien président Pervez Moucharraf a été inculpé et assigné à résidence pour n'avoir pas assuré une sécurité suffisante à Benazir Bhutto. […] Lire la suite

19-22 juin 2012 Pakistan. Destitution du Premier ministre Youssouf Raza Gilani

Ce dernier avait été condamné en avril pour outrage à la justice, en raison de son refus de rouvrir les enquêtes pour corruption visant le président Asif Ali Zardari, l'époux de Benazir Bhutto. Les poursuites pour blanchiment engagées par le Pakistan devant la justice suisse contre Asif Ali Zardari, avant son arrivée au pouvoir en septembre 2008, avaient fait l'objet d'un classement sans suite après le retrait de la plainte par Islamabad. […] Lire la suite

4-10 janvier 2011 Pakistan. Assassinat du gouverneur du Pendjab

Salman Taseer est la plus haute personnalité pakistanaise assassinée depuis l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto en décembre 2007. Le débat sur le blasphème a été ranimé par la condamnation à la pendaison, en novembre 2010, d'une chrétienne par un tribunal local du Pendjab; la Haute Cour de Lahore doit encore statuer sur cette peine. Salman Taseer avait personnellement pris la défense de cette femme. […] Lire la suite

7-22 août 2009 Pakistan. Mort du chef des talibans pakistanais

Il est accusé d'être le principal commanditaire des attentats qui ont fait plus de deux mille morts au Pakistan ces deux dernières années, dont celui qui a tué le Premier ministre Benazir Bhutto. Le 17, alors que règne la confusion autour de la mort du chef des talibans – niée par certains – et de sa succession, le principal porte-parole des T.T.P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BHUTTO BENAZIR - (1953-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/benazir-bhutto/