PEI IEOH MING (1917- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hong Kong

Hong Kong
Crédits : Digital Vision/ Getty

photographie

Pyramide du Louvre

Pyramide du Louvre
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


L'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei est né à Canton en 1917. Il a passé sa jeunesse à Hong Kong, où son père dirigeait la Banque de Chine, puis à Shanghai, au moment du plein développement économique et commercial de la ville. En 1935, il rejoint le Massachusetts Institute of Technology de Cambridge (États-Unis), dont il sort diplômé en architecture en 1940. Retenu par la Seconde Guerre mondiale, il collabore à la défense nationale des États-Unis, en analysant, à des fins militaires, les villes japonaises et leur construction, ce qui lui vaut en 1954 la citoyenneté américaine. Élève à la Harvard Graduate School of Design, où professaient Gropius et Breuer, il fait partie de cette génération d'architectes modernistes américains formée par les maîtres européens de l'avant-guerre.

À partir de 1948, il mène différentes études urbaines pour le cabinet de promotion Webb and Knapp, y acquérant sens du travail en équipe, réalisme, respect des contingences techniques et financières. Il étudie ainsi le Mile High Center de Denver (1955), la restructuration du centre de Montréal en construisant, au-dessus d'une ancienne gare de triage, Place Ville-Marie, à la fois gratte-ciel cruciforme et complexe piétonnier à plusieurs niveaux, qui compte parmi les grands modèles de l'urbanisme occidental de l'après-guerre (1961). Enfin, il aménage le quartier de Society Hill à Philadelphie, pour lequel il organise un ensemble de maisons disposées autour de placettes et un groupe de trois tours de trente étages (1964). Appuyés sur une analyse précise des problèmes à résoudre, respectueux des tissus urbains, ces projets se caractérisent par la simplicité et la cohérence de leur parti.

En 1962, il quitte Webb and Knapp ; il avait dès 1958 créé la firme Pei and Associates, qui devint Pei and Partners en 1966 et compta à certains moments près de trois cents employés, dont plusieurs dizaines d'architectes. Il pratique alors une manière sèche et nette, inspirée du purisme de Mies van der Rohe, sensible dans sa transparente maison de week-end de la région de Westchester (1952). Ses tours de Ki [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEI IEOH MING (1917- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 246 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Deux voies récentes »  : […] Dès lors, l'utilisation architecturale de l'acier s'est naturellement orientée sur deux voies. Son expression structurale intéresse des bâtiments de taille moyenne, dont l'échelle n'impose pas un recours à l'acier, mais qui en tirent délibérément un effet manifeste, pouvant évoquer l'idée d'ornementation. On parle à cet égard d'architecture « high […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-acier/#i_6013

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_6013

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 008 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les contestations du style international »  : […] Le style international a représenté la forme architecturale dominante de l'après-guerre. Il n'a cependant pas régné sans partage, ni sans avoir été assez rapidement contesté. Dès 1948, l'architecte finlandais Alvar Aalto construit la résidence universitaire Baker House sur le campus du M.I.T. à Cambridge, Massachusetts. Par l'emploi de briques rou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_6013

LOUVRE PALAIS DU

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 2 034 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le musée »  : […] Toujours en voie d'achèvement, le Louvre est appelé à une nouvelle destination, non moins symbolique que la précédente : devenir le palais des Arts du royaume. Non seulement l'immense palais renfermait d'importantes collections d'œuvres d'art, mais encore des services administratifs et « culturels ». Dès 1640, l'Imprimerie royale y était installée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-du-louvre/#i_6013

MUSÉES AMÉRICAINS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 646 mots

1943-1959 Musée Guggenheim, New York, Frank Lloyd Wright (1867-1959). L'architecte applique une conception originale du parcours muséal, en créant une rampe hélicoïdale qui mène le visiteur jusqu'au sommet du musée. Ce schéma rend toutefois impossible une libre déambulation à travers l'espace. 1961-1962 Musée d'Oakland, Californie, Kevin Roche (n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-americains-de-l-apres-guerre-reperes-chronologiques/#i_6013

Pour citer l’article

François CHASLIN, « PEI IEOH MING (1917- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pei/