PEI IEOH MING (1917-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hong Kong

Hong Kong
Crédits : Digital Vision/ Getty

photographie

Pyramide du Louvre

Pyramide du Louvre
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


L'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei est né à Canton en 1917. Il a passé sa jeunesse à Hong Kong, où son père dirigeait la Banque de Chine, puis à Shanghai, au moment du plein développement économique et commercial de la ville. En 1935, il rejoint le Massachusetts Institute of Technology de Cambridge (États-Unis), dont il sort diplômé en architecture en 1940. Retenu par la Seconde Guerre mondiale, il collabore à la défense nationale des États-Unis, en analysant, à des fins militaires, les villes japonaises et leur construction, ce qui lui vaut en 1954 la citoyenneté américaine. Élève à la Harvard Graduate School of Design, où professaient Gropius et Breuer, il fait partie de cette génération d'architectes modernistes américains formée par les maîtres européens de l'avant-guerre.

À partir de 1948, il mène différentes études urbaines pour le cabinet de promotion Webb and Knapp, y acquérant sens du travail en équipe, réalisme, respect des contingences techniques et financières. Il étudie ainsi le Mile High Center de Denver (1955), la restructuration du centre de Montréal en construisant, au-dessus d'une ancienne gare de triage, Place Ville-Marie, à la fois gratte-ciel cruciforme et complexe piétonnier à plusieurs niveaux, qui compte parmi les grands modèles de l'urbanisme occidental de l'après-guerre (1961). Enfin, il aménage le quartier de Society Hill à Philadelphie, pour lequel il organise un ensemble de maisons disposées autour de placettes et un groupe de trois tours de trente étages (1964). Appuyés sur une analyse précise des problèmes à résoudre, respectueux des tissus urbains, ces projets se caractérisent par la simplicité et la cohérence de leur parti.

En 1962, il quitte Webb and Knapp ; il avait dès 1958 créé la firme Pei and Associates, qui devint Pei and Partners en 1966 et compta à certains moments près de trois cents employés, dont plusieurs dizaines d'architectes. Il pratique alors une manière sèche et nette, inspirée du purisme de Mies van der Rohe, sensible dans sa trans [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEI IEOH MING (1917- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 248 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Deux voies récentes »  : […] à l'exprimer pour autant : la Banque de Chine à Hong Kong, de l'architecte Ioh Ming Pei, non seulement se satisfait d'évoquer la géométrie structurelle de l'édifice par le verre et l'aluminium, mais va même jusqu'à tirer quelque gloire d'un système de quatre piles massives de béton et d'acier disposées aux angles qui a permis de réduire de 40 p. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-acier/#i_6013

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 646 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] indispensables qui prévalaient entre les différentes parties du système urbain. Bien que le John Hancock Centre construit en 1976 par I. M. Pei près de Trinity Church à Boston puisse certains jours refléter fidèlement la silhouette de son distingué voisin, cela ne compense absolument pas le fait qu'il ait été élevé sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_6013

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 010 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les contestations du style international »  : […] université Yale à New Haven, Connecticut, reste son œuvre à la fois la plus intéressante et la plus contestée. Né en 1917 Ioeh Ming Pei, architecte américain d'origine chinoise, a dirigé une puissante agence qui a construit tous les types d'édifices et qui a reçu les commandes les plus prestigieuses : aile orientale de la National Gallery of Art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_6013

LOUVRE PALAIS DU

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 2 036 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le musée »  : […] projet, réalisé en un laps de temps remarquablement court, est dû à l'architecte américain d'origine chinoise, Ieoh Ming Pei. De toute façon ne sera pas résolu – malgré l'effort actuel de modernisation – le problème de l'inadéquation d'un édifice de prestige, qui a reçu en 1997 5 175 000 visiteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-du-louvre/#i_6013

MUSÉES AMÉRICAINS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 646 mots

1978 East Wing, extension de la National Gallery, Washington, Ieoh Ming Pei (né en 1917). Dans cette extension de la National Gallery, l'auteur de la pyramide du Louvre à Paris oppose, au musée néo-classique de John Russel Pope (1936), un bâtiment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-americains-de-l-apres-guerre-reperes-chronologiques/#i_6013

Pour citer l’article

François CHASLIN, « PEI IEOH MING (1917-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pei/