Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RIBERA PEDRO DE (1681-1742)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Architecte espagnol qui appartient à la catégorie des « fous délirants » dénoncés par le néo-classicisme. On condamnait ainsi la liberté dans la création et le caractère proprement espagnol de celui qui fut le grand architecte madrilène du xviiie siècle, par opposition aux architectes étrangers pratiquant à la cour un art international.

Formé d'abord par son père Juan, un maître charpentier d'origine aragonaise installé à Madrid, Pedro de Ribera entre au service de Teodoro Ardemáns, le maître des œuvres de la ville (1719). À la mort de ce dernier en 1726, il lui succède dans sa charge. C'est l'époque où le marquis de Vadillo, actif corregidor (administrateur royal de Madrid) de 1715 à 1729, s'efforce de donner à la ville un visage de capitale, grâce à d'importants travaux d'urbanisme.

La première réalisation de Ribera fut le parc de la Virgen del Puerto (1718), en bordure du Manzanares, avec une chapelle où le marquis de Vadillo fut enterré. Ce petit édifice fort savant se recommande par un plan complexe et une présentation recherchée. D'autres créations de Ribera contribuèrent à faire naître un style madrilène d'architecture. Il s'agit du pont de Tolède sur le Manzanares (1719), d'un dessin très élaboré et orné des oratoires de San Isidro et de Santa María de la Cabeza, de la caserne des gardes du corps (1720) et surtout de l'hospice de San Fernando, commencé en 1722 (aujourd'hui Musée municipal). Le portail est une œuvre capricieuse et surchargée, dont les caractères se retrouvent sur plusieurs autres portails sortis des mains de Ribera. Le cycle madrilène de l'artiste se termine avec deux églises demeurées inachevées, celle de Montserrat, pour les bénédictins (1720), et celle de San Cayetano (plans de 1722 et 1737), pour les théatins. En dehors de Madrid, Ribera fournit les dessins de la tour de la cathédrale de Salamanque, construite entre 1733 et 1738, qui dut être restaurée après le tremblement de terre de 1755.

Hospice de San Fernando, Madrid - crédits :  Bridgeman Images

Hospice de San Fernando, Madrid

Cathédrale, Salamanque, Espagne - crédits : CSP_JackF/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Cathédrale, Salamanque, Espagne

— Marcel DURLIAT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Pour citer cet article

Marcel DURLIAT. RIBERA PEDRO DE (1681-1742) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Hospice de San Fernando, Madrid - crédits :  Bridgeman Images

Hospice de San Fernando, Madrid

Cathédrale, Salamanque, Espagne - crédits : CSP_JackF/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Cathédrale, Salamanque, Espagne

Autres références

  • CASTILLE

    • Écrit par , et
    • 10 285 mots
    • 13 médias
    Ce style, où l'on a reconnu une manifestation péninsulaire du rococo international, caractérise l'œuvre de Pedro de Ribera, l'architecte de la ville de Madrid, qui contribua à donner à la cité un air de véritable capitale. Il s'agit notamment du parc de la Virgen del Puerto, vaste esplanade en bordure...
  • MADRID

    • Écrit par et
    • 4 134 mots
    • 8 médias
    ...se déroule entre 1715 et 1730, grâce à un corregidor très actif, le marquis de Vadillo, et un grand architecte, baroque jusqu'à l'excès, Pedro de Ribera. L'hospice de San Fernando (aujourd'hui Académie royale qui groupe surtout des peintures des xviie et xviiie siècles), le majestueux...