DOUCET JACQUES (1853-1929)

À la fois couturier et mécène, Jacques Doucet a témoigné à travers sa carrière de la fusion nouvelle entre la mode et les courants esthétiques et littéraires de la Belle Époque. Héritier du magasin familial à l'adresse déjà renommée, 21, rue de la Paix, qui se partageait entre la boutique de lingeries et dentelles de sa mère et le commerce de chemiserie dirigé par son père, il incarne la troisième génération d'une dynastie laborieuse. Élargissant la gamme des produits proposés, il crée un rayon de couture sur mesure, qui peu à peu va l'emporter sur les autres activités de la maison. Signe de fidélité à la tradition familiale, les toilettes créées par Jacques Doucet comportent des dentelles (souvent anciennes) et des ornements de lingerie : le jeune couturier compose pour ses clientes éprises de nostalgie une mode évocatrice des grâces du xviii e siècle. Il n'est pas à proprement parler l'inventeur d'une forme de robe ou d'un vêtement, mais il est l'interprète d'une conception de la féminité, fragile, fluide et infiniment sophistiquée.

Son art s'épanouit essentiellement dans de coûteuses robes d'intérieur, des négligés et déshabillés mousseux. Accompagné de son collaborateur José de La Peña, et de ses assistants, parmi lesquels on citera Paul Poiret (de 1898 à 1900) et Madeleine Vionnet (de 1907 à 1912), Jacques Doucet élabore un style arachnéen, à base de combinaisons de dentelles, de plissés, de broderies : la superposition des transparences, caractéristique de Doucet, qui crée autour du corps féminin un bouillonnement vaporeux, renvoie à l'idéal d'une féminité désincarnée, diaphane, que la peinture et la poésie symbolistes évoquent alors.

C'est de mousseline, de tulle, de satin, aux nuances pastel, que Doucet revêt ses clientes ; les fleurs brodées, tissées, imprimées ou peintes dont il pare ses robes évoquent aussi bien le répertoire végétal rococo, comme les grosses roses Pompadour, que celui de l'Art nouveau, du lys à l'orchidée, avec une prédilection pour les hortensias bleus qui ornent manteaux et robes d'apparat, référence au recueil de poèmes de Robert de Montesquiou.

Les clientes de Doucet sont surtout les femmes de la haute société européenne, séduites par le luxe de ses créations, et rassurées par le caractère somme toute assez conventionnel de son inspiration, nourrie de pittoresques réminiscences, comme les manches ornées d'engageantes (manchettes de dentelle) ou les fichus Marie-Antoinette et d'autres détails empruntés aux portraits du xviii e siècle, dont Doucet a entrepris, à titre personnel, une collection. Le couturier habille également les actrices et les danseuses, de Cléo de Mérode à Gabrielle Dorziat, mais sa meilleure inspiratrice est sans doute Réjane, qu'il habille tant à la ville qu'à la scène, notamment dans le rôle de Zaza (1898).

Pourtant, malgré les succès rencontrés dans sa carrière de couturier, c'est surtout à sa passion de collectionneur, de mécène, que Jacques Doucet a consacré son énergie. La première étape de l'engagement de l'esthète a été la constitution d'un important ensemble de meubles et d'œuvres d'art du xviii e siècle français. Sans vouloir rivaliser avec les richissimes amateurs qui ont accumulé les toiles de Boucher et de Watteau, les meubles signés et les tapisseries des Gobelins, Jacques Doucet semble d'abord se limiter à des œuvres intimistes, dessins, portraits au pastel, tableaux de maîtres mineurs. Pour abriter ce qui devient peu à peu une collection, bientôt célèbre, il fait aménager un hôtel particulier, ouvert en 1907, et accessible aux visiteurs une fois par semaine.

Le couturier mécène a parallèlement amassé, par centaines, des ouvrages et des catalogues qui seront le noyau d'une riche[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Guillaume GARNIER : conservateur du musée de la Mode et du Costume, palais Galliera

Classification

Pour citer cet article

Guillaume GARNIER, « DOUCET JACQUES (1853-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Autres références

  • INSTITUT NATIONAL D'HISTOIRE DE L'ART (INHA)

    • Écrit par Éric de CHASSEY
    • 8 610 mots
    • 1 média
    [...]par la fusion de la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts et de la bibliothèque d’Art et d’Archéologie (BAA), créée par le mécène Jacques Doucet au début du xx e siècle et léguée par celui-ci à l’université de Paris en 1917. La mort de Georges Pompidou, quelques mois plus[...]
  • L'ATELIER D'ANDRÉ BRETON (collection)

    • Écrit par Cécile DEBRAY
    • 5 246 mots

    Quelque trente-sept ans après la mort d'André Breton (1896-1966), son atelier, qui renfermait ses collections d'objets et d'œuvres d'art, ses archives et sa bibliothèque, a été dispersé en vente publique, à l'hôtel Drouot à Paris, du 7 au 17 avril 2003.

    L'annonce[...]

  • RELIURE

    • Écrit par Pascal FULACHER, Jacques GUIGNARD
    • 48 734 mots
    Il est indéniable que Jacques Doucet joua un rôle décisif dans l'évolution de la reliure dans l'entre-deux-guerres. S'étant séparé de sa fabuleuse collection d'objets et de tableaux du xviii e siècle, qui fut dispersée en 1912 à l'hôtel Drouot, Jacques Doucet commença à constituer[...]
  • STYLE 1925

    • Écrit par Yvonne BRUNHAMMER
    • 25 686 mots
    • 4 médias
    C'est pourtant le cas du couturier Jacques Doucet, collectionneur d'art chinois, d'art nègre et de peinture cubiste et surréaliste, qui donne l'occasion à Pierre Legrain de créer un ameublement alliant une géométrie un peu sévère à des matières rares. Il fait aussi appel à des sculpteurs, Joseph Csáky,[...]

Voir aussi