CLAUDEL PAUL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure de l'œuvre

Dans une lettre de 1905 à Frizeau, Claudel présentait son œuvre de la façon suivante : « Après la série de l'Arbre, j'ai vaguement l'intention de faire une nouvelle série de drames qui s'appellerait Le Fruit, et qui serait consacrée aux rapports de l'homme et de la femme et à la génération de l'enfant... Après Le Fruit, j'écrirai Le Feu, qui serait, si Dieu le permet, mon bûcher funèbre. » Aucune définition ne saurait mieux rendre compte de la structure d'ensemble de l'œuvre de Claudel.

L'égocentrisme lyrique de la jeunesse

L'Arbre, ce sont les pièces de jeunesse : Tête d'or (1889), La Ville (1890), L'Échange (1894), Le Repos du septième jour (1896), La Jeune Fille Violaine (1893, modifiée en 1898, puis en 1910 sous le nom de L'Annonce faite à Marie). Drames lyriques encore très proches de leurs origines symbolistes, exutoires de la conversation intérieure du poète et de ses conflits, ils se présentent souvent comme des monologues à plusieurs voix. À propos de la pièce qui est, peut-être, la plus belle de ce premier groupe, et assurément la plus moderne, L'Échange, Claudel a confié à Amrouche qu'il était lui-même les quatre personnages : le jeune sauvage fuyant et avide, l'épouse résignée, l'homme d'affaires américain, l'actrice lubrique et un peu folle : « Mon idée dramatique était d'écouter ces quatre voix que j'entendais chanter ensemble, et de coopérer avec elles. » Dans Tête d'or, l'auteur était déjà présent : dans cette pièce d'adieu à l'adolescence, il est à la fois le jeune mâle irrité qui part pour la conquête du monde, et il est aussi l'adolescent Cébès, qui meurt brisé avant la lutte. Dans La Ville, l'auteur est à la fois l'impatient Avare qui monte à l'assaut de l'ordre social et le poète Cœuvre qui récuse les règles du jeu. Il est aussi l'explorateur littéraire de Connaissance de l'Est, qui dévore la Chine des yeux et ne veut rien perdre de la « cérémonie de la journée » dans la campagne du Fou-kien, celui qui fait irruption dans les montagnes et les forêts d'Asie en s'imposant à elles comme « l'inspecteur de la création, le vérifica [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification

Autres références

«  CLAUDEL PAUL (1868-1955)  » est également traité dans :

CLAUDEL PAUL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 314 mots

6 août 1868 Naissance de Paul Claudel à Villeneuve-sur-Fère, près de Soissons.1882 Installation de la famille à Paris. Claudel est élève au lycée Louis-le-Grand.1886 Découverte de Rimbaud. Le 25 décembre, conversion à Notre-Dame.1887 Claudel fréquente les […] Lire la suite

CONNAISSANCE DE L'EST, Paul Claudel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 022 mots

Les soixante et un poèmes en prose de Connaissance de l'Est ont été rédigés par Paul Claudel (1868-1955) entre 1895 et 1905, durant les missions diplomatiques de l'écrivain en Chine. Moins célèbre que les Cinq Grandes Odes ou les drames, ce premier recueil, outre son « altièr […] Lire la suite

LE SOULIER DE SATIN, Paul Claudel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 118 mots

Œuvre-testament, poème cosmique de la chrétienté, ou, comme l'écrivait Paul Claudel (1868-1955) dans une lettre de 1920, « énorme pièce dans le style espagnol avec une multitude de scènes qui se passeront à tous les coins de la terre et même dans l'autre monde », […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi l'intuition de Jouffroy selon laquelle la po […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] On a vainement essayé d'assigner des dates à la fin de la poussée romantique en divers pays d'Europe. On a fait état de diverses condamnations qui ont souligné, dès 1830 ou 1840 selon les pays, les excès, les faiblesses, les ridicules du romantisme. Matthew Arnold a voulu persuader les Anglais de se détourner du byronisme pour lire Goethe, ou pour se mettre à l'école des Grecs ou de la France de S […] Lire la suite

CLAUDEL CAMILLE (1864-1943)

  • Écrit par 
  • Anne RIVIÈRE
  •  • 1 879 mots
  •  • 3 médias

Aujourd'hui, le nom de Camille Claudel est le premier à être évoqué lorsque l'on aborde la question de l'existence des femmes dans le champ de la création. Son actuelle célébrité, qui tend à privilégier le mythe sur l'apport réel de cette artiste à l'art du xix e  siècle finissant, excède la place que les historiens lui accordent. Au point que son destin s'est confondu avec celui de toute artiste […] Lire la suite

CUNY ALAIN (1908-1994)

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 1 010 mots

Alain Cuny est monté pour la dernière fois sur une scène de théâtre en 1972 au théâtre de Chaillot, où il jouait La Danse de mort avec Maria Casarès. Au cinéma, il fit une plus longue carrière puisque les cinéphiles ont pu l'admirer jusqu'au bout dans des films importants de Francesco Rosi ( Les Hommes contre , 1970, Cadavres exquis , 1975, Le Christ s'est arrêté à Eboli , 1979, Chronique d'une […] Lire la suite

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 053 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Troisième paradoxe : la rhapsodie »  : […] Ce travail de déconstruction des structures fondamentales de la pièce de théâtre – fable, conflit, personnage, dialogue – qui semble caractériser notre modernité, s'inscrit-il dans une dialectique optimiste de la reconstruction du drame ? Rien n'est moins sûr. Pourtant, le théâtre de la première moitié du siècle a connu, avec Brecht et Claudel, deux immenses bâtisseurs. Le marxiste et le chrétien […] Lire la suite

GADOFFRE GILBERT (1911-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 678 mots

Né à Paris, docteur ès lettres de la Sorbonne et d'Oxford, Gilbert Gadoffre a fait toute sa carrière en Grande-Bretagne et aux États-Unis, si l'on excepte la période des années 1940, qui le vit prendre une part active à la guerre puis à la Résistance. Une partie importante de ses travaux porte sur la Renaissance. Titulaire de 1966 à 1978 de la chaire de littérature française à l'université de Man […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « CLAUDEL PAUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-claudel/