PATRIMOINE INDUSTRIEL EN ITALIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Technique et industrie dans la tradition italienne

En fait, les témoignages d'une culture technique et industrielle sont partout présents sous la parure ruisselante de palais et d'églises que nos yeux de touristes ont pris la mauvaise habitude de « cadrer » trop exclusivement. L'Italie a assuré depuis l'Antiquité le transit d'innombrables techniques de l'Orient méditerranéen vers l'Europe occidentale et centrale, et l'humanisme italien a, de façon précoce en Europe, admirablement intégré à son bagage la science du mathématicien, de l'architecte ou de l'ingénieur, Léonard de Vinci étant l'exemple de cette tentative de synthèse de l'art et de la science.

L'art italien de la Renaissance n'a-t-il pas atteint des sommets dans les soixante-douze panneaux de marbre dus au sculpteur Francesco di Giorgio, que Frédéric de Montefeltre fit placer vers 1480 sur la façade de son palais d'Urbin, et qui constituent une sorte de mini-encyclopédie des connaissances techniques de l'époque ?

L'Italie du Nord, amphithéâtre de déversement dans la plaine du Pô d'eaux qui dévalent en torrents de l'arc des Alpes et de l'Apennin, partage avec la France ou avec l'Angleterre une tradition de mise en valeur des chutes d'eau naturelles ou artificielles pour l'utilisation aux fins les plus diverses de l'énergie hydraulique. C'est elle qui a donné au xvie siècle l'impulsion aux moulins à soie bolonais, diffusés en Lombardie, en Vénétie et au Piémont, et qui faillirent bien déclencher deux siècles plus tôt une transformation industrielle comparable à celle qui devait triompher au xviiie siècle en Angleterre autour du coton. Les besoins militaires des États italiens comme le patronage éclairé apporté par certaines de leurs dynasties au progrès de l'économie ont suscité les créations industrielles de la métallurgie milanaise aussi bien que le formidable arsenal de la cité des doges ou que la floraison des manufactures de la région napolitaine. À Venise, sur la Giudecca, les Mulini Stucky s'élèvent à la fin du xixe siècle, minoterie aux formes architecturales grandioses. À Turin, au lendemain de la Première Guerre mondiale, Fiat marchant sur les traces d'Henry Ford édifie, dans le quartier de Lingotto, une carcasse de béton de cinq cents mètres de long, qui demeure aujourd'hui le plus important monument historique de l'industrie automobile européenne.

Circuit automobile de l'usine Fiat Lingotto, Turin

Photographie : Circuit automobile de l'usine Fiat Lingotto, Turin

Une piste d'essai a été construite sur le toit de l'usine Fiat Lingotto de Turin, Italie, pour y tester les voitures. L'usine est une réalisation de l'ingénieur Giacomo Mattè-Trucco, en 1919. 

Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Usine Fiat de Turin, 1919

Photographie : Usine Fiat de Turin, 1919

Les voitures construites dans cette usine Fiat de Turin (Italie) sont essayées sur le toit. Une réalisation de l'ingénieur Giacomo Mattè-Trucco, en 1919. 

Crédits : Fox Photos/ Getty Images

Afficher

Et Florence ? Cette ville au centro storico rigoureusement préservé, et dont l'extension jusqu'aux pentes de son admirable écrin de collines est depuis cent ans étroitement contrôlée par les règlements municipaux, qui la prendrait pour une ville détentrice d'un patrimoine industriel ? Pourtant, dès l'époque de l'Unité (1860), la ville se dote, vers l'ouest, de nombreuses entreprises industrielles, de part et d'autre de l'Arno ; passée la Porta San Frediano et à quelques pas seulement de l'élégant quartier de Bellosguardo, on trouve, par exemple, la fonderie dite « La Pignone », du nom de son quartier, qui va alimenter en fontes décoratives et en mobilier urbain les grandes villes du bassin méditerranéen. Créée en 1842, fermée en 1954, elle donna lieu à une exposition sur la mémoire de ses ateliers, de ses produits, de ses travailleurs, organisée en 1983 au Palazzo Medici-Riccardi : les ouvriers toscans et la résistance antifasciste hébergés chez Laurent le Magnifique... Sur l'autre rive de l'Arno se développe le quartier industriel de Rifredi, bien en dehors de la ville ; en 1984, le Consiglio di quartiere 11 a édité un petit volume pour rappeler qu'au nord des remparts, suivant le fond de la vallée du « torrente Mugnone », ce quartier constitue historiquement le troisième noyau de l'industrialisation florentine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Circuit automobile de l'usine Fiat Lingotto, Turin

Circuit automobile de l'usine Fiat Lingotto, Turin
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Usine Fiat de Turin, 1919

Usine Fiat de Turin, 1919
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis BERGERON, « PATRIMOINE INDUSTRIEL EN ITALIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-en-italie/