PATHÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Français Charles Pathé (1863-1957), issu d'une famille de petits commerçants, exploitait le phonographe d'Edison dans les foires de la région parisienne lorsqu'il découvrit le Cinématographe. Intéressé par ce type d'appareil, il finance sans succès les recherches de Henri Joly, avant de signer un accord avec les frères Lumière pour « un projecteur Lumière transformé Pathé ». Avec son frère Émile, il crée Pathé Frères, dont l'activité conjugue la musique et le cinéma, sous un logotype (le coq et sa devise, « Je chante haut et clair ») qui révèle le primat du phonographe au cours des premières années d'exercice, jusqu'en 1906, du moins.

« Le cinéma est le théâtre, l'école et le journal de demain », déclarait Charles Pathé en 1901, quelques années avant de créer un studio de tournage et une fabrique de pellicule, de lancer des actualités cinématographiques, d'aider le cinéma scientifique, mais aussi et surtout de triompher sur le marché du cinéma de distraction, assisté notamment par l'indispensable Ferdinand Zecca. En 1908, Pathé est la plus grande firme cinématographique du monde, exportant vers de nombreux pays et détenant d'importants intérêts aux États-Unis où une alliance stratégique l'associe à Edison et aux principaux producteurs du pays. En France, Pathé affermit son pouvoir en imposant la location de ses films au lieu de la vente au mètre comme il était d'usage, et constitue un circuit de salles présent dans toutes les régions. Hors du pays, l'empire est décentralisé. S'il exporte aux États-Unis, Pathé produit sur place depuis 1910, diffuse Pathe Weekly, et remporte un grand succès avec des serials dirigés par Louis Garnier, comme The Perils of Pauline et The Exploits of Elaine. Bien qu'il n'ait guère participé aux innovations technologiques, Charles Pathé est le premier grand entrepreneur du cinéma de l'ère des pionniers.

La Première Guerre mondiale marque une rupture dans la vie de l'entreprise malgré la poursuite des activités de la filiale américaine. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PATHÉ  » est également traité dans :

BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS (D. Boon)

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 942 mots

du plus gros lancement jamais réalisé en France. Sa relance DVD a aussi permis de redynamiser un secteur de la vidéo sinistré. Par ailleurs, Pathé a réinvesti 3 millions d'euros en budget marketing autour de produits dérivés pour recadrer le film sous un angle innovant (making of, documentaires, bêtisier du film, etc.). TMC, RTL, TF1, Metro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bienvenue-chez-les-ch-tis/#i_39560

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 284 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Document et fiction »  : […] Une des dernières actualités reconstituées chez Pathé, qui évoque la mutinerie du cuirassé Potemkine au large d'Odessa en juillet 1905, trahit la faillite du genre : avant les tableaux mis en scène sur les plateaux de Vincennes, l'auteur, Lucien Nonguet, a placé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-histoire/#i_39560

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 181 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le choc du cinéma parlant et la Grande Dépression »  : […] et deux tristes feuilletons commencent, qui s'étireront jusqu'à la veille de la guerre : les effondrements parallèles de Pathé et de Gaumont. En 1934, Gaumont dépose son bilan. Ce n'est qu'après quatre ans de tractations qu'un groupe financier en rachète les débris et relance l'entreprise. Pathé, devenu Pathé-Natan en 1929, connaît le même sort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_39560

GAUMONT

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 980 mots

années 1990 pour la création de multiplexes fragilisent la société, qui cède du terrain. Elle abandonne la production télévisée en 1999, puis s'associe avec Pathé dans deux activités essentielles : c'est la fusion, en 2000, des deux branches exploitation (Europalaces, soit 66 p. 100 Pathé et 34 p. 100 Gaumont), puis des archives, riches d'environ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaumont/#i_39560

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « PATHÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pathe/