BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS (D. Boon)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec plus de 20 millions d'entrées, Bienvenue chez les Ch'tis a pulvérisé en 2008 le record détenu en 1966 par La Grande Vadrouille, qui en totalisait 17 millions. Quelles sont les conditions d'un tel succès, capable de fédérer des spectateurs de tous âges et de toutes catégories sociales, en réutilisant des recettes déjà bien rodées dans le cinéma français ? Rappelons qu'en 1993 Les Visiteurs avaient fait 13,79 millions d'entrées, qu'en 2001 Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain en réalisait 8,52 millions, tandis que Les Choristes, un autre succès populaire, atteignait en 2004 les 8,4 millions d'entrées et que Les Bronzés 3 réunissait en 2006 10,3 millions de spectateurs.

À la suite d'un mensonge, Philippe Abrams (Kad Merad), un cadre de La Poste, est muté à Bergues, dans le Nord - Pas-de-Calais, par sa direction. Obligé de quitter le Sud, il sera finalement bien accueilli par les postiers du Nord, parmi lesquels Antoine Bailleul (Dany Boon), qui privilégient les valeurs d'entraide et de solidarité. À un rythme enjoué, plus proche d'une écriture audiovisuelle que cinématographique, le film prône, à partir de gags récurrents et d'allers-retours entre le Nord et le Sud, la concorde sociale, l'alliance des cadres et des classes populaires. De « transfrontalier », il devient « transgénérationnel », sur un fond général de bonne humeur. Derrière les questions de chômage et de désindustrialisation du Nord jamais évoquées, il met alors en scène la stabilité des métiers classiques de fonctionnaire de La Poste autour d'un fort consensus social éludant toute véritable allusion politique. Sans aucun doute, il permet de réévaluer certaines valeurs populaires, mais au prix de beaucoup d'esquives. On découvre ainsi un univers sans sexe ni violence, animé par des antihéros ou habité par d'humbles personnages, auxquels une majorité de spectateurs serait invitée à s'identifier.

Fondé sur une opposition manichéenne entre le nord et le sud de la France, le film conforte une vision passéiste de la région. À l'image des Gaulois d'Astérix et Obélix contre César (1999), les facteurs heureu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS (D. Boon) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bienvenue-chez-les-ch-tis/