Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PATAÑJALI LE GRAMMAIRIEN (IIe s. av. J.-C. ?)

Le nom de Patañjali est attaché à une œuvre majeure de la littérature grammaticale sanskrite, le Mahābhāṣya, qui, vraisemblablement du iie siècle avant J.-C., est un commentaire sur la célèbre grammaire de Pāṇini. Rédigé sous forme de dialogue, cet ouvrage va beaucoup plus loin que le texte qu'il veut expliquer et, dans de longs excursus, analyse avec profondeur des concepts linguistiques généraux. Il se signale par l'art consommé du débat qui conduit à la mise en lumière d'un concept, à une interprétation raisonnée, etc. La rigueur de la logique, la puissance du raisonnement, le caractère lucide du style ont fait de l'étude de ce livre une épreuve d'intelligence pour les lettrés indiens qui de tout temps ont été grands amateurs d'exercices intellectuels difficiles. Son succès se mesure au nombre élevé des commentaires dont il a été l'objet, à son influence déterminante sur tout le reste de la littérature grammaticale, mais aussi au fait que tout ce qui est sorti de lui représente le plus haut niveau de l'activité intellectuelle dans l'Inde.

Date et origine

Patañjali ne nous est pas plus connu que son illustre prédécesseur Pāṇini. Son nom est attaché à trois ouvrages fondamentaux de la culture sanskrite, dans les domaines respectifs de la grammaire, du yoga et de la médecine. Il y a assez de différences de nature et de style entre ces trois ouvrages pour que l'on juge vraisemblable de distinguer trois auteurs homonymes. En fait, l'on n'a aucune preuve directe qui établisse cela avec certitude. Et une vieille tradition indienne reconnaît un seul Patañjali, qu'elle a mythifié en une figure mi-homme mi-serpent (nāga), dévot du dieu Śiva. S'il s'agit de trois auteurs, on ne peut situer aucun des trois dans le temps et l'espace, ni même les classer chronologiquement. Patañjali grammairien donne des exemples de présent dans son ouvrage. S'il ne cite pas des exemples consacrés dans les écoles sanskrites, l'on peut en conclure qu'il mentionne des événements qui lui sont contemporains. Il mentionne ainsi le roi Puṣyamitra, qui a régné sur l'Inde du Nord vers 150 avant J.-C. D'autre part, il décrit l'aire linguistique du bon usage du sanskrit comme étant l'Āryāvarta, dénomination difficile à interpréter avec précision, mais qui englobe uniquement des régions du nord de l'Inde, au nord des monts Vindhya. L'œuvre grammaticale placée sous le nom de Patañjali a donc été composée dans ces contrées, au plus tôt au iie siècle avant J.-C.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DETTE, anthropologie

    • Écrit par Charles MALAMOUD
    • 10 460 mots
    • 1 média
    Qu'en est-il donc du « devoir » ? La règle II, i, 43 de Pāṇini offre au grammairien Patañjali et à ses commentateurs la matière d'une discussion technique, mais qui montre, chemin faisant, que le terme r̥ṇa peut s'employer, par extension, au sens d'«  obligation », « devoir ». Voici le résumé...
  • GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

    • Écrit par Pierre-Sylvain FILLIOZAT
    • 3 019 mots
    Patañjali, qui vécut peut-être au iie siècle avant J.-C., a commenté de façon développée l'œuvre de ses deux prédécesseurs mais sous une forme et dans un esprit tout à fait nouveaux. Il occupe à un double titre une place importante dans l'histoire de la littérature grammaticale. En premier lieu on...
  • LOGIQUE INDIENNE

    • Écrit par Kuno LORENZ
    • 6 569 mots
    ... (anumāna) considérées comme des deux manières qu'a l'homme de se renseigner sur ce qui est. Déjà vers 150 avant notre ère, dans le Mahābhāṣya de Patañjali, ce grand subcommentaire sur les gloses de la grammaire sanscrite de Pāṇini, le rôle de l'inférence est décrit en des termes qui rappelent...
  • SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

    • Écrit par Pierre-Sylvain FILLIOZAT
    • 8 955 mots
    • 1 média
    Le grammairien Patañjali (vers 150 av. J.-C. ?), commentateur de Pāṇini, sans doute postérieur de plusieurs siècles, décrit sensiblement la même langue. C'est toujours pour lui une langue parlée, vivante. Il semble utiliser encore l'accent de hauteur : la grammaire de Pāṇini et le rôle des grammairiens...

Voir aussi