PĀRVATĪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des divers noms (avec Gaurī, Annapurnā, Kumārī, etc.) que porte la parèdre du dieu hindou Shiva. Mais c'est sous ce nom (« la montagnarde ») que ses fidèles la désignent le plus fréquemment. « Pārvatī » exprime l'idée que la déesse cohabite avec le dieu au sommet de la montagne cosmique, axe du monde, symbolisé sur notre terre par un pic de l'Himalaya. C'est de là qu'elle exerce sur l'univers sa puissance souveraine, cependant que Shiva médite et pratique l'ascèse à la manière d'un yogin.

Shiva et Parvati, art de l'Inde

photographie : Shiva et Parvati, art de l'Inde

photographie

Groupe en bronze représentant Shiva et sa parèdre, Parvati. Style chola, Inde. Vers 846. Cuivre. Hauteur : 50 cm, largeur : 67 cm, profondeur : 26 cm. Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

Afficher

On reconnaît en cette représentation le thème tantrique bien connu de l'impassibilité (non-activité, « sommeil » cosmique) du principe mâle face à l'activité surabondante du principe femelle, appelé, pour cette raison même, śakti (« énergie créatrice »).

Toutefois, dans l'hindouisme classique, on trouve l'idée que Pārvatī parvient parfois à sortir Shiva de sa méditation : le dieu manifeste alors sa colère, puis se réconcilie avec son épouse (le thème des « noces de Shiva et Pārvatī » est très fréquent dans l'iconographie) avant de retourner à son ascèse. De leur union naissent des dieux secondaires qui représentent certains aspects de la fonction cosmique de leurs parents : Ganeśa, ou Ganapati, le dieu à tête d'éléphant par la grâce duquel les intellectuels et les artistes parviennent à surmonter les obstacles qui les empêchent de créer ; Skanda, ou Kumāra, jeune guerrier qui symbolise la violence nécessaire à l'accomplissement de toute œuvre, même spirituelle ; d'autres encore, de moindre importance.

Le culte de Pārvatī est très répandu dans l'Inde, principalement dans la vallée du Gange et sur le plateau central du Deccan.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  PARVATI  » est également traité dans :

GAṆEŚA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 376 mots
  •  • 1 média

Nom du dieu à tête d'éléphant , l'une des figures les plus célèbres du panthéon hindou ; sa notoriété est due à la fois au pittoresque de son iconographie et au fait que son culte est actuellement très populaire dans l'Inde entière. Son nom Ganesha (ou Ganapati) indique qu'il est le « chef » ( isa , pati ) de « troupes divines » ( gana ). Ce trait le rattache au shivaïsme et l'on dit, en effet, qu […] Lire la suite

KĀMA

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 4 146 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mythologie »  : […] À la différence des autres « Buts de l'homme » qui, lorsqu'ils sont personnifiés, ne sont guère que des allégories (Dharma, cependant, associé à la mort, a parfois quelque consistance), Kāma est véritablement, dans la mythologie hindoue, une personne divine. Le thème principal, et quasi unique, de la mythologie de Kāma est l'événement qui a valu à ce dieu des corps le nom de « Sans corps », Ana […] Lire la suite

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Hauts faits et miracles »  : […] Un autre groupe de représentations est destiné à susciter une autre sorte d'admiration : celle qui naît des hauts faits et miracles dont la mythologie de Śiva est remplie. Le dieu n'a plus alors l'aspect serein du souverain, mais l'apparence terrible du punisseur des forces du mal. La représentation Kāmāntakamūrti évoque la mise à mort par Śiva du dieu Amour. L'épouse de Śiva fut d'abord, sous le […] Lire la suite

SKANDA, divinité hindoue

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 455 mots

Dieu hindou de la guerre, Skanda est le premier fils de Śiva. Il existe de nombreuses légendes, souvent divergentes, qui relatent les circonstances de sa naissance. Il faut y ajouter le récit qu'en fait le poète Kālidāsa ( iv e ou v e  siècle) dans son épopée Kumārasambhava ( La Naissance de Kumara ). Dans l'ensemble, les différentes versions s'accordent sur le fait que les dieux appellent de le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « PĀRVATĪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/parvati/