PARAPLÉGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paralysie des deux membres inférieurs (on parle de paraparésie si la paralysie est incomplète), presque toujours accompagnée de troubles sensitifs dans le territoire atteint et de perturbations du contrôle sphinctérien.

Les paraplégies dites centrales, qui proviennent d'une atteinte bilatérale de la voie motrice au niveau de la moelle épinière, sont d'abord spasmodiques. L'atteinte motrice, qui peut être incomplète, est souvent masquée par les manifestations de la spasticité due à l'atteinte concomitante des voies extrapyramidales. Dans les lésions plus importantes, correspondant à une véritable section médullaire fonctionnelle, les paralysies deviennent flasques, toujours complètes et en général irréversibles. Parmi les causes des paraplégies centrales, on peut citer, outre les traumatismes rachidiens — dont la fréquence reflète celle des accidents de la voie publique ou du travail —, les compressions médullaires infectieuses ou tumorales, les myélites ou myélopathies (au premier chef la sclérose en plaques), les complications de la cervicarthrose, les ramollissements médullaires liés à des anomalies vasculaires et, enfin, les causes congénitales.

Les paraplégies dites périphériques, résultant d'une atteinte des racines médullaires ou des troncs nerveux des membres inférieurs, sont toujours flasques ; mais elles peuvent être incomplètes. Parmi leurs causes, on citera les polynévrites, la polyradiculonévrite de Guillain et Barré, habituellement régressive, la poliomyélite (moins fréquente depuis la généralisation de la vaccination).

Le cas particulier des compressions des dernières racines nerveuses rachidiennes (queue de cheval) dans le canal lombo-sacré conduit à une exploration neuroradiologique qui découvrira leur cause (tumeur bénigne ou hernie discale le plus souvent).

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARAPLÉGIE  » est également traité dans :

COMPRESSION MÉDULLAIRE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 422 mots

Selon qu'elles sont le résultat d'une évolution lente ou qu'elles se sont constituées brusquement, les compressions de la moelle épinière, dites compressions médullaires, dans le canal rachidien posent des problèmes bien différents. La compression médullaire lente , qui évolue pendant des mois, voire des années, se manifeste d'abord par des signes d'une grande discrétion, com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/compression-medullaire/#i_31610

LITTLE MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ABOULKER
  •  • 314 mots

Paraplégie spasmodique progressive, consécutive à un traumatisme obstétrical, la maladie (ou syndrome) de Little est presque exclusivement observée chez d'anciens prématurés. La lésion anatomique déterminante consiste en une sclérose cicatricielle bilatérale de la substance blanche périventriculaire. Le syndrome associe une paraplégie spasmodique et une débilité mentale de degré très variable (et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-little/#i_31610

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La motricité »  : […] La fonction motrice met en jeu différentes structures : cellules « pyramidales » motrices de la circonvolution frontale ascendante du cortex cérébral ; voies motrices descendantes (pyramidale et géniculée) ; cellules motrices de la corne antérieure de la moelle ; fibres motrices périphériques ; jonction entre les fibres motrices et les muscles (plaque motrice) ; enfin, le muscle lui-même (fig. 1) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_31610

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « PARAPLÉGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paraplegie/