PARANOÏA

PARANOÏA (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 151 mots

Le mot « paranoïa » (du grec παρ́α, contre, et νο̃υς, esprit) est synonyme de «   folie » dans le langage populaire allemand depuis le xviiie siècle ; en France, l'équivalent de ce mot est « paranoïe » (Larousse, 1874), terme beaucoup moins employé. « Paranoïa » prend la signification psychiatrique actuelle de «  délire systématisé progressif » d'abor […] […] Lire la suite

DÉLIRE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Gabriel DESHAIES
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « Les structures délirantes »  : […] Parler de structures délirantes ne veut pas dire qu'une espèce de forme sui generis habite ou parasite la personnalité, comme un ver le fruit. Cela signifie que la personnalité elle-même, en particulier le moi, se trouve submergée par une certaine dynamique affective, et elle tend à s'organiser ou à se réorganiser selon une structuration nouvelle, en l'occurrence délirante, à la fois déficiente, […] […] Lire la suite

FORNARI FRANCO (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Claude AMBROISE
  •  • 968 mots

Né dans un village de l'Italie du Nord – Rivergaro, près de Plaisance –, Fornari devint neuropsychiatre et acquit sa formation psychanalytique auprès de Cesare Musatti, le père de la pensée freudienne à Milan. Mais il était également imprégné de l'œuvre de Melanie Klein et, plus généralement, des travaux de l'école anglaise (Bion en particulier). Cet Italien s'est intéressé à la guerre, qu'il cons […] […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 635 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse à l'épreuve de la création »  : […] La principale version moderne de ce mythe est psychanalytique. C'est une version complexe et subtile, mais mythique néanmoins. On sait l'intérêt que portait Freud à la littérature. On sait aussi les rapports que sa pratique entretenait consciemment avec l'écriture littéraire : les récits de cas se lisent comme des romans, les grands complexes trouvent leur formulation première et exemplaire dans […] […] Lire la suite

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 568 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apport critique de la psychose »  : […] Portée par le commentaire du cas Schreber au cœur de la réflexion freudienne, l'analyse de la psychose a renouvelé l'analyse de l'intérêt, en la situant dans une perspective nouvelle, qui est celle de l'analyse du moi. Renouvellement profond dans la mesure où il affecte plusieurs aspects de l'intérêt – que laisserait dans l'ombre le legs de l'analyse de la névrose. Le problème est de comprendre d […] […] Lire la suite

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 825 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'emploi du mot chez les psychanalystes »  : […] Le rapport entre interprétation et signification s'éclaire par l'étymologie germanique : Freud utilise le terme Deutung (interprétation) qui a même origine que le mot Bedeutung (signification), lesquels dérivent tous deux du mot deutsch , dont le sens premier correspond à l'usage de la langue par le peuple. Si bien que le deuten (interpréter, donner un sens, désigner) est tout d'abord l'acte co […] […] Lire la suite

PARAPHRÉNIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 399 mots

Variété de délire chronique caractérisée par la préservation d'un secteur important de la personnalité (structure paralogique) et par la prédominance du mécanisme imaginatif (thèmes fantastiques). Si le mot « paranoïa » appartient à la nosologie hippocratique, celui de paraphrénie fut créé à son imitation, en 1882, par K. Kahlbaum pour désigner, conformément à l'étymologie, un désordre des fonctio […] […] Lire la suite

PERSÉCUTION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 4 157 mots

Dans le chapitre « Le persécuté »  : […] « Les mauvais traitements, écrit un psychanalyste, R. Diatkine, réalisés ou imaginés, désirés ou craints, portant sur le sujet lui-même ou sur ceux qui comptent pour lui, sur les individus dans leur totalité ou sur une partie privilégiée de leur corps, sont un thème constant dans le discours de nos patients, qu'il s'agisse de son contenu manifeste ou de son contenu latent. » En effet, l'humanité v […] […] Lire la suite

PROJECTION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 776 mots

Dans le chapitre « Le concept dans l'œuvre de Freud »  : […] Aux deux mécanismes de défense qu'il avait décrits en 1894, à savoir la conversion (transposition de l'affect désagréable sur le registre somatique, chez l'hystérique) et le déplacement (qui fait qu'une représentation intense, chez l'obsessionnel, est remplacée par une autre plus neutre, en vertu d'un lien associatif), Freud ajoute en 1896 la projection paranoïaque, par laquelle le sujet, au cour […] […] Lire la suite

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phases de l'organisation sexuelle et intersubjectivité »  : […] Il convient en effet de distinguer, selon les termes de l' Introduction à la psychanalyse (1916), entre deux sortes de régression : retour aux premiers objets marqués par la libido, et qui sont de nature incestueuse ; retour de toute l'organisation sexuelle à des phases antérieures. Or, souligne Freud, « comme cette dernière régression manque dans l' hystérie et que toute notre conception des név […] […] Lire la suite

PSYCHOSE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 054 mots

Dans le chapitre « Évolution psychotique et personnalité »  : […] Dans une perspective initialement constitutionnaliste ont été décrits divers types de personnalité susceptibles de prédisposer à cette évolution. Il en est ainsi de la personnalité paranoïque, caractérisée surtout par la méfiance, la surestimation de soi, une psychorigidité avec refus de la critique et fausseté du jugement, enfin une adaptation sociale par là même défectueuse. Mais leur continuit […] […] Lire la suite

QUÉRULENCE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 118 mots

Terme (du latin querela , plainte) utilisé par la psychiatrie germanique et adopté par quelques psychiatres français pour désigner le délire de revendication : quérulence ou quérulance. Le malade quérulent, souvent à l'occasion d'un préjudice réel, devient progressivement processif, puis dangereux ; il harcèle de ses plaintes celui dont il se croit la victime, ainsi que les autorités de police et […] […] Lire la suite

TROUBLES SCHIZOPHRÉNIQUES

  • Écrit par 
  • Pierre-Michel LLORCA
  •  • 7 202 mots

Dans le chapitre « Symptômes positifs »  : […] Il s’agit de manifestations cliniques correspondant à une transformation ou à une distorsion de la réalité par rapport au fonctionnement normal. Ces symptômes positifs comprennent les hallucinations et les idées délirantes. Les hallucinations sont des perceptions sans objet réel, qui peuvent concerner les différents sens (audition, vision, goût, odorat, cénesthésie). Les hallucinations auditives s […] […] Lire la suite