FORNARI FRANCO (1921-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans un village de l'Italie du Nord – Rivergaro, près de Plaisance –, Fornari devint neuropsychiatre et acquit sa formation psychanalytique auprès de Cesare Musatti, le père de la pensée freudienne à Milan. Mais il était également imprégné de l'œuvre de Melanie Klein et, plus généralement, des travaux de l'école anglaise (Bion en particulier).

Cet Italien s'est intéressé à la guerre, qu'il considérait comme une institution mise en crise par la situation atomique. La guerre équivaut à une élaboration paranoïaque du deuil, du monde de l'absence : ce que, fantasmatiquement, j'entends garder — et donc défendre —, c'est mon objet d'amour vécu comme menacé par un ennemi sur lequel est projetée la partie mauvaise du soi. La situation atomique met en crise ce mécanisme mental, dans la mesure où le risque de voir disparaître l'humanité cesse de faire de la guerre un moyen valable de conserver l'objet d'amour. Cette thèse remonte aux années soixante (Psicoanalisi della guerra, 1966 ; Psicoanalisi della situazione atomica, 1969 [trad. franç., Gallimard, 1969]). En 1981, avec La Malattia dell'Europa, Fornari a fait une autre proposition fascinante dans le domaine de la psychopolitique : à travers l'étude d'une interview de Colby, l'ex-responsable de la C.I.A., il montre que Yalta peut être comparé au repas qu'Atrée offrit à son frère Thyeste. L'Américain et le Soviétique, ces frères vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, se haïssent, mais feignent la paix, se constituant en pseudo-parents de l'Europe, dont ils se donnent l'un à l'autre les peuples à dévorer. Le terrorisme italien serait le dernier avatar de cette situation.

Toutefois, Fornari est un penseur optimiste, un thérapeute (son dernier livre — Affetti e cancro, 1985 — est consacré au cancer). Il considère que révéler les processus psycho-historiques réels peut conduire à trouver des remèdes à des situations dont l'issue semblerait fatale. Le même optimisme se retrouve à propos de la sexualité. Dans Genitalità e cultura (1975 ; Sexualité et culture, P.U.F., 1980), cont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, en poste à l'université de Grenoble-III-Stendhal

Classification

Pour citer l’article

Claude AMBROISE, « FORNARI FRANCO - (1921-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-fornari/