PAPUS GÉRARD ENCAUSSE dit (1865-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Défenseur de l'occultisme et cofondateur de l'Ordre martiniste, né en Espagne, d'un père français et d'une mère espagnole, Gérard Encausse passa toute sa jeunesse à Paris, où il fut reçu docteur en médecine. Avant même de terminer ses études, il s'était donné pour tâche de lutter contre le scientisme de l'époque en répandant une doctrine nourrie aux sources de l'ésotérisme occidental. Encausse, qui se fit appeler Papus d'après un nom d'esprit trouvé dans le Nyctameron d'Apollonius de Tyane, fut un chef de file incontesté. Il se défendait d'être un thaumaturge, un inspiré et se présentait comme un savant, un expérimentateur. Il doit ses idées à Saint-Yves d'Alveydre, mais aussi à Wronski et surtout à Éliphas Lévi et à Fabre d'Olivet. Par ailleurs, la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin a laissé sur lui une trace profonde à partir de 1889 environ, peu après sa rupture (en 1888) avec la Société théosophique de Mme Blavatsky. C'est en 1889 aussi qu'il s'affilie à l'ordre kabbalistique de la Rose-Croix fondé par Peladan cette année-là.

L'Ordre martiniste, créé par Papus et par Augustin Chaboseau en 1891, doit son nom au souvenir de Saint-Martin et peut-être à celui de Martines de Pasqually. C'est une société paramaçonnique, dont la revue officielle, L'Initiation, fondée par Papus en 1888, parut jusqu'en 1914. On relevait dans cette publication les noms de Stanislas de Guaïta, Peladan, Barlet, Matgioi, Marc Haven, Sedir, de Rochas, Chamuel. Mais, du moins pendant longtemps, les noms de Martines de Pasqually, Saint-Martin, ou Willermoz y sont beaucoup moins cités que ceux de Fabre d'Olivet et d'Éliphas Lévi. Les premiers martinistes de renom furent Paul Adam, Maurice Barrès, Stanislas de Guaïta, Victor-Émile Michelet et Peladan. D'autre part, un Groupe indépendant d'études ésotériques dispensait un enseignement semblable, mais plus étendu, à tous les curieux de sciences occultes.

Ce vaste mouvement hermétique, dont Papus était l'une des âmes agissantes, est sans nul doute inséparable de la littérature symboliste de cette époque, bien qu'il fût lui-même naturellement beaucoup plus orienté vers les mystères de l'occultisme que vers les recherches esthétiques de Mallarmé ou de Villiers de L'Isle-Adam. De leur côté, les symbolistes ne trouvaient guère dans le renouveau ésotérique que des thèmes d'inspiration. Le martinisme, d'ailleurs, n'apparaît à cette époque que comme l'une des nombreuses manifestations de ce renouveau.

S'il fut un piètre historien, de la kabbale notamment, ce Balzac de l'occultisme que fut Papus a contribué, par ses talents de vulgarisateur, à ouvrir les esprits de son temps aux sources vives de la pensée analogique et de l'imagination créatrice (Les Disciples de la science occulte, Paris, 1888 ; Traité élémentaire de sciences occultes, Paris, 1898 ; Traité méthodique des sciences occultes, Paris, 1891 ; L'Occultisme contemporain, Paris, 1887). Éliphas Lévi avait inventé l'occultisme, qui empêcha Papus (lequel, d'ailleurs, s'opposa à l'occultisme essentiellement pratique des spirites) d'inventorier toutes les richesses de la théosophie traditionnelle de l'Occident. L'époque, sans doute, ne se prêtait pas à autre chose, mais elle appelait Papus à jouer son rôle de mage. En automne de 1905, Nicolas II, aux prises avec les troubles sociaux, l'appela à Tsarskoïe Selo pour lui demander conseil. Papus évoqua alors, au cours d'une opération magique, l'esprit d'Alexandre III, qui préconisa la répression et annonça une révolution de grande envergure. Papus affirma au tsar que cette révolution n'éclaterait pas tant que lui-même serait vivant. L'assistant de Papus, le “Maître Philippe”, jouit aussi d'une grande autorité morale auprès du tsar, à qui il avait prédit la naissance du successeur au trône, mais la venue de Raspoutine l'évinça. La visite de Papus à Nicolas II, séjour auréolé de mystère, n'est qu'un épisode parmi d'autres dans cette vie étrange mais féconde et, somme toute, imprégnée de rayonnante bienfaisance.

L'Ordre martiniste, qui recruta vite des membres dans de nombreux pays, est encore vivant. Ses adeptes sont répartis en trois degrés et travaillent dans des groupes (en maçonnerie, on dirait des grades et des loges). Le degré le plus élevé est celui de Supérieur inconnu. Les femmes y sont admises aussi bien que les hommes. L'Ordre, qui se réclame d'une filiation initiatique remontant à Louis-Claude de Saint-Martin, fut “réveillé” en 1952, en même temps que sa revue L'Initiation, après une éclipse qui durait depuis 1914. Il dispense théoriquement un enseignement qui se réclame de Saint-Martin, mais sans toujours faire de la doctrine de celui-ci (ou de Martines) l'essentiel de ses préoccupations.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  PAPUS GÉRARD ENCAUSSE dit (1865-1916)  » est également traité dans :

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar , la bible de la kabbale, à […] Lire la suite

LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS (1810-1875)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 331 mots

Fils d'un cordonnier parisien, Alphonse-Louis Constant entra au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, qu'il quitta en 1836 après avoir été ordonné diacre. Les idées utopistes et humanitaires du temps l'absorbent alors tout entier : il se lie d'amitié en 1838 avec la socialiste Flora Tristan ; collabore avec Alphonse Esquiros à une revue qui révèle au public ses dons de dessinateur. Songeant encore p […] Lire la suite

OCCULTISME

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 1 325 mots

Dans le chapitre « Les occultistes de la Belle Époque »  : […] Dans un ouvrage important pour l'histoire de l'occultisme dans les dernières années du xix e  siècle, Les Compagnons de la Hiérophanie , Victor-Émile Michelet a retracé avec beaucoup de talent les aventures chevaleresques et les conditions souvent pittoresques d'une quête juvénile et enthousiaste du « savoir perdu » grâce à laquelle devait apparaître le mouvement occultiste de la Belle Époque, ill […] Lire la suite

SAINT-MARTIN LOUIS CLAUDE DE (1743-1803)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 535 mots

Dans le chapitre « La doctrine saint-martinienne »  : […] L'œuvre entière de Saint-Martin montre sa fidélité aux enseignements de Martines : il n'a jamais nié la valeur ni l'efficacité de la théurgie cohen, mais a estimé n'avoir plus besoin de celle-ci une fois qu'il crut en avoir tiré assez d'avantages spirituels. Si la philosophie saint-martinienne se rattache étroitement aux systèmes de Böhme et de Pasqually, elle ne doit pratiquement rien à Swedenbor […] Lire la suite

TAROT

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 195 mots

Dans le chapitre « Le tarot divinatoire et occultiste »  : […] Mais le xviii e  siècle voit une autre mutation se produire : c'est en France, pôle de rayonnement du jeu, exportant ses productions même en Italie que prend naissance une tradition ésotérique aujourd'hui largement diffusée, notamment à travers la cartomancie. La publication, en 1781, du huitième volume du Monde primitif d'Antoine Court de Gébelin (1725-1784) en donne le coup d'envoi : à la reche […] Lire la suite

Pour citer l’article

« PAPUS GÉRARD ENCAUSSE dit (1865-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/papus/