PĀṆINI (Ve s. av. J.-C. env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aspect formel de la description

Du point de vue formel, l'on peut définir l'Aṣṭādhyāyī comme un formulaire algébrique, qui vise à fournir un texte facile à mémoriser, donc un mode d'expression très court, et permet de disposer de règles pour former les mots de l'usage, donc une formalisation rigoureuse. Cette dernière est très poussée et l'on a, dans cette grammaire, le plus ancien exemple de métalangue et l'un des plus riches.

Le vocabulaire grammatical est formé d'abord de mots déjà existants, dont on définit une nouvelle acception en grammaire. Ensuite des mots entièrement artificiels sont créés : par exemple, la base placée devant un suffixe à initiale vocalique ou y est appelée « bha », etc. Il y a de nombreuses abréviations. Un jeu de lettres symboliques permet de montrer les propriétés de formes citées : par exemple, le suffixe d'adjectif verbal ta est appelé « kta » avec un k symbolique indiquant que, devant ce suffixe, la racine est au degré zéro. Une forme théorique unique est donnée à un groupe d'éléments qui forment une classe : l représente toutes les désinences du verbe ; suivi d'une voyelle, la, li, etc., l indique le temps, présent, parfait, etc. Suivi encore de ou ṅ, l indique l'emploi de telle ou telle série de désinences : laṭ est ainsi le représentant des désinences primaires du présent actif, ti, tas etc. Pāṇini détourne même quelques désinences nominales de leur usage courant : la désinence d'ablatif signifie « après telle forme, telle opération a lieu » ; celle de locatif signifie « devant telle forme », etc. Il admet dans les sūtra la possibilité de sous-entendre beaucoup plus de termes qu'il n'est possible dans l'usage courant. Les termes sous-entendus sont ceux qui peuvent être impliqués par le sens, le contexte, ou qui sont par convention reconduits de formules antérieures. L'ordre des règles a donc une signification, d'autant plus que leur place dans le traité détermine aussi, selon des conventions définies, l'ordre de leur application dans la construction des mots.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PANINI ( V e s. av. J.-C. env.)  » est également traité dans :

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Le problème du déontique et le dharma »  : […] Qu'en est-il donc du « devoir » ? La règle II, i , 43 de Pāṇini offre au grammairien Patañjali et à ses commentateurs la matière d'une discussion technique, mais qui montre, chemin faisant, que le terme r̥ṇa peut s'employer, par extension, au sens d'«  obligation », « devoir ». Voici le résumé succinct de cette discussion. La règle pāṇinéenne porte sur des composés tels que varṣadeyam (« payable […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « La grammaire »  : […] C'est dans la grammaire que l'on voit se manifester l'esprit scientifique de la façon la plus remarquable. Pāṇini n'est pas le premier grammairien indien. Il cite lui-même quelques prédécesseurs. Mais les ouvrages de ces derniers n'ont pas survécu. Il semble que, par ses qualités propres, celui de Pāṇini ait éclipsé tout ce qui l'a précédé. Il constitue le premier grand monument de l'histoire de […] Lire la suite

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Logique, grammaire et perception »  : […] Il n'en alla pas de même pour les débats autour de questions de logique auxquels se livra l'école des grammairiens fondée vers 400 avant notre ère par la grammaire sanscrite de Pāṇini et parfois traitée exactement comme un système philosophique : la pāṇinīya darśana. Depuis Kātyāyana, dont le livre sur Pāṇini intitulé Vārttika , vers 250 avant J.-C. était le sujet du Mahābhāṣya de Patañjali, les […] Lire la suite

PATAÑJALI LE GRAMMAIRIEN (IIe s. av. J.-C. ?)

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 1 873 mots

Le nom de Patañjali est attaché à une œuvre majeure de la littérature grammaticale sanskrite, le Mahābhāṣya , qui, vraisemblablement du ii e  siècle avant J.-C., est un commentaire sur la célèbre grammaire de Pāṇini. Rédigé sous forme de dialogue, cet ouvrage va beaucoup plus loin que le texte qu'il veut expliquer et, dans de longs excursus, analyse avec profondeur des concepts linguistiques gé […] Lire la suite

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] La préhistoire du sanskrit le fait apparaître comme le descendant d'une protolangue dite indo-européenne que la grammaire comparée reconstruit à partir de nombreuses concordances de structure linguistique entre plusieurs familles de langues attestées de l'Europe à l'Inde. Cette parenté sert aussi de base à l'hypothèse d'un habitat commun des locuteurs de la langue originale, puis d'une dislocation […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Sylvain FILLIOZAT, « PĀṆINI (Ve s. av. J.-C. env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/panini/