NERUDA PABLO (1904-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Pourquoi m'a-t-on donné des mains ? »

C'est en novembre 1968 que paraît le recueil intitulé Les Mains du jour (Las Manos del día, 1968). Le poète regarde ses mains et les déclare inutiles puisque lui-même n'a rien bâti de concret. Qui est-il ? Non point l'un de ces travailleurs manuels auxquels il a tant rendu hommage, notamment dans les Odes élémentaires, mais un simple spectateur de l'œuvre matérielle des hommes. Certes, le chant poétique magnifie la fabrication des choses, mais la feuille de papier et les mots qui y sont déposés par le poète garderont toujours un caractère amer et dérisoire. Neruda retrouve la solitude, tentation jusqu'alors conjurée par la poésie. L'heure de la mort approchant, il convient de dire clairement quel fut le sens de toute une vie. Une conclusion se dégage malgré les incertitudes : l'œuvre nérudienne est un cadeau fait aux hommes, un acte de partage qui renverra les êtres à leur propre vie et les aidera à prendre conscience d'eux-mêmes. La forêt chilienne demeure aussi inépuisablement belle et le poète l'exalte une fois de plus avant l'invocation terminale à toutes les mains des hommes et à chacune des « mains du jour ».

C'est encore la nature de son pays qui inspire à Neruda le livre suivant : Encore (Aún, juillet 1969). Alors qu'il fête son soixante-cinquième anniversaire, le poète proclame la nécessité d'éclairer ses « devoirs terrestres ». Aussi chante-t-il sa terre, l'Araucanie, « rose mouillée » dont les racines se trouvent dans son propre corps, et dont les chemins le conduisent vers le pôle Sud, « entre des arbres brûlés ». Chaque terme géographique renvoie à un jalon de l'itinéraire matériel et poétique qui amena l'enfant de Temuco à la découverte du verbe, c'est-à-dire à sa véritable naissance. La mort du poète a déjà commencé, mais seule importe l'éternité de la vague :

Je meurs dans chaque vague chaque jour. Je meurs dans chaque jour en chaque vague. Pourtant le jour ne meurt jamais. Il ne meurt pas. Et la vague ? non plus. Merci.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Pablo Neruda

Pablo Neruda
Crédits : Hulton Getty

photographie

Coups d'État au Chili et en Argentine, 1973 et 1976

Coups d'État au Chili et en Argentine, 1973 et 1976
Crédits : Pathé

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española
  • : agrégée de l'Université, maître assistante à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  NERUDA PABLO (1904-1973)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 294 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vingt ans de plénitude »  : […] Les années 1960-1980 vont marquer un véritable moment de grâce. L'axe littéraire du monde hispanique semble bien alors se déplacer de l'Espagne vers l'Amérique centrale et méridionale. Toute dépendance vis-à-vis de l'Europe, à fortiori de l'ex-métropole, a disparu. Seules demeurent les influences de grands perturbateurs modernes, Joyce, Proust, Kafka, Faulkner, James et de partielles imprégnations […] Lire la suite

CHANT GÉNÉRAL, Pablo Neruda - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 833 mots
  •  • 1 média

Le jour même de la mort de son père, le 7 mai 1938, Pablo Neruda (1904-1973) commence la rédaction du Chant général du Chili, qu'il intitulera plus tard, en raison de sa dimension continentale, Chant général . La mort de ses parents semble détacher à jamais Neruda du Chili de son enfance, de ce Temuco de la forêt, de la pluie et des chemins de fer que conduisait son père. C'est un nouveau proc […] Lire la suite

LARRAÍN PABLO (1976- )

  • Écrit par 
  • Pierre EISENREICH
  •  • 1 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chroniques du coup d’État »  : […] Trois de ses films ont pour contexte la dictature militaire du général Augusto Pinochet, qui s’exerça du 11 septembre 1973, après son coup d’État contre le président Salvador Allende, jusqu’à son départ le 11 mars 1990, à la suite de sa défaite lors du référendum révocatoire du 5 octobre 1988. Santiago   73, post mortem ( Post mortem , 2010) débute précisément quelques jours avant le coup d’État […] Lire la suite

LARRAÍN SERGIO (1931-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 362 mots

Le photographe chilien Sergio Larraín témoigna de la vie des rues de Santiago, notamment par ses portraits, d'une grande intensité, d'enfants vivant sur les rives du Mapocho. Il sut également capturer l'esprit de Londres à la fin des années 1950 à travers plusieurs séries de clichés. Sergio Larraín naît le 5 novembre 1931 à Santiago (Chili). Après avoir étudié la musique et la sylviculture aux Éta […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, Marie-Claire ZIMMERMANN, « NERUDA PABLO - (1904-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-neruda/