OURS BRUN EN EUROPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des situations de conservation contrastées

Dans les territoires où les ours ont toujours été présents, les situations sont aussi contrastées. La population d'ours espagnols située dans les monts Cantabriques, au nord du pays, donne des signes encourageants après avoir longtemps inquiété les spécialistes. En 2009, ces derniers alertaient sur la scission définitive de cette population en deux noyaux, l'un occidental, l'autre oriental et l’ours semblait au bord de l'extinction, avec moins de vingt individus, dont peu de femelles reproductrices. Or, depuis 2013, le nombre de naissances a augmenté et, selon la Fondación Oso Pardo (Fondation Ours brun), les deux noyaux n'ont jamais été autant connectés depuis ces cent dernières années. La population avoisine deux cent cinquante individus en 2017, contre moins d’une centaine au début des années 2000.

Les populations ursines les plus importantes se trouvent cependant en Europe centrale et orientale, avec des effectifs se comptant en milliers d’individus. La Roumanie est une des zones les plus peuplées en ours. Présents dans tout le pays au xviiie siècle, ces animaux se sont réfugiés dans les massifs montagneux des Carpates où ils étaient moins de neuf cents à la fin des années 1940. L'espèce a ensuite bénéficié de la passion du dictateur Nicolae Ceauşescu (1918-1989) pour se reconstituer. Après la Seconde Guerre mondiale, dans les démocraties populaires, les grands domaines et forêts appartenant à la noblesse et aux monarques deviennent propriétés d’État et souvent réserves de chasse destinées exclusivement aux apparatchiks. En Roumanie, des élevages d'ours ont même existé et la pratique du nourrissage contribue à dynamiser les populations (lignée occidentale balkanique et lignée orientale en cours de métissage). En 1989, à la chute du dictateur, il y aurait eu jusqu'à 8 000 ours (mais ces chiffres sont sujets à caution). Selon les autorités, les effectifs se seraient stabilisés autour de 6 000 individus à la suite de l'ouverture de la chasse. Cependant les spécialistes pointent une surestimation et évoquent plutôt 4 500 à 5 000 ours. Dans ce pays, la libéralisation et la corruption auraient des conséquences graves sur la conservation de l'espèce ursine. Si trois cents ours sont légalement autorisés à être tués chaque année, notamment par de riches chasseurs étrangers, un braconnage important se développerait. Connus historiquement pour leur bienveillance à l'égard des ours, les Roumains font preuve d'une opposition populaire croissante au plantigrade. Celle-ci s’est développée en raison de la recrudescence d'attaques d'ours sur des humains. Par ailleurs, la déforestation, notamment illégale, et le surpâturage exerceraient une forte pression sur les animaux. Pourtant, le pays reste un lieu du tourisme d'observation des ours, de même que les Balkans.

Les pays issus du démembrement de la Yougoslavie, la Grèce et la Bulgarie possèdent encore de belles populations ursines. L'histoire des ours en ex-Yougoslavie est étroitement liée aux guerres dans la région. En Slovénie, la zone de Kočevje (localisée au sud du pays) concentre les plus fortes populations d'ours dans d'importants massifs forestiers qui se poursuivent en Croatie. Ces territoires, marqués par la Seconde Guerre mondiale, d’où la majorité des populations germanophones furent expulsées à l’issue du conflit, furent en grande partie rendus à la vie sauvage. Les Slovènes ont aussi une tradition de gestion cynégétique qui a entretenu les populations ursines. Comme en Croatie, on compte près de cinq cents ours avec un quota de chasse annuelle de plus ou moins 10 p. 100. Longtemps croissantes, ces populations seraient stables, voire en léger déclin. La chasse aurait un impact trop fort et l'acceptation sociale de cet animal se détériorerait en raison de la recrudescence des conflits avec l'élevage domestique. Contrairement aux Pyrénées françaises (où l’élevage domestique a perduré), du bétail est réintroduit dans des espaces où il avait disparu. Pourtant, c'est la Slovénie qui fournit la plupart des ours des programmes européens de réintroduction et ce pays reste réputé pour son tourisme d'observation de cette espèce. Ailleurs en ex-Yougoslavie, les effectifs seraient en légère progression, notamment da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Ours brun en Finlande

Ours brun en Finlande
Crédits : Rémy Marion/ Poles d'images

photographie

Localisation des ours bruns en Europe

Localisation des ours bruns en Europe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les ours dans les Pyrénées du XIXe siècle à 1990

Les ours dans les Pyrénées du XIXe siècle à 1990
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Localisation des ours bruns dans les Pyrénées

Localisation des ours bruns dans les Pyrénées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : géographe, chercheur associé au laboratoire Ruralités de l'université de Poitiers, enseignant en classes préparatoires aux grandes écoles
  • : docteur ès sciences, retraité de l'enseignement supérieur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Farid BENHAMMOU, Jean-Pierre RAFFIN, « OURS BRUN EN EUROPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ours-brun-en-europe/