UNGERS OSWALD MATHIAS (1926-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1926 à Kaisersesch, en Allemagne, Oswald Mathias Ungers étudie l'architecture à la Technische Hochschule de Karlsruhe, où il obtient son diplôme en 1950, sous la direction du théoricien de l'architecture Egon Eiermann. Il ouvre son agence à Cologne et, dès 1951, réalise dans cette ville ses premiers ensembles de logements. L'immeuble collectif et l'usine de confection de Cologne-Braunsfeld marquent le début d'une période qui s'achèvera en 1962 avec sa participation à une opération très contestée : le grand ensemble Märkisches Viertel à Berlin-Reinickendorf. Les deux bâtiments de Cologne ont des façades blanches, cubiques, percées d'ouvertures régulières, qui rappellent l'architecture rationaliste italienne, notamment celle de Giuseppe Terragni. Ungers cultivera toujours ce goût pour les formes simples ; on les retrouve dans toutes ses opérations de logements à Cologne. Les textes qu'il publie alors explicitent le parti qu'il adopte : dans Zu einer neuen Architektur (Vers une nouvelle architecture), manifeste rédigé en 1960 avec R. Gieselmann, il milite pour une approche artistique de l'architecture, en privilégiant quelques thèmes, idées ou concepts forts. Au-delà des styles, l'architecture doit en effet affirmer son autonomie : ce qu'il nomme en 1983 la « Nouvelle Abstraction », se fonde sur une ré-interprétation des formes et des espaces clés de l'architecture (le mur, la cour, la clôture, la croix, le cercle, le carré, etc.), dont la valeur universelle, abstraite, confère à la construction un caractère intemporel. Ungers veut encore relancer le débat sur la double vocation de l'architecture à donner forme à l'espace comme à la matière, à créer du plein comme du vide. Ces principes se retrouvent dans tous les programmes qu'il aborde. Les logements sur la Schillerstrasse à Berlin (1978-1982), le musée d'Architecture (1979-1984), le centre des Expositions (1980-1983) ou la Tor [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  UNGERS OSWALD MATHIAS (1926-2007)  » est également traité dans :

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une rue intérieure, ainsi que de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logements-collectifs-de-l-apres-guerre-reperes-chronologiques/#i_32453

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « UNGERS OSWALD MATHIAS - (1926-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oswald-mathias-ungers/