MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cofondateur de l'école « acméiste », Ossip Mandelstam est l'un des principaux représentants de « l'âge d'argent » que la poésie russe connaît à la veille de la révolution. Ensuite, dans un climat de plus en plus hostile et menaçant, il poursuit une œuvre solitaire et hardiment novatrice, qui ne sera pleinement connue et reconnue que vingt ans après sa mort dans le goulag. En définissant l'acméisme comme « la nostalgie de la culture universelle », il nous a donné la clef de sa propre poésie, qui actualise par la musique du mot l'univers intemporel de la culture où celui-ci plonge ses racines.

Les débuts et l'acméisme

Né à Varsovie, fils d'un commerçant juif de langue maternelle allemande, Ossip Émiliévitch Mandelstam a passé son enfance et sa jeunesse à Saint-Pétersbourg dont le faste impérial et l'architecture monumentale ont frappé son imagination. Après de bonnes études secondaires, il visite Paris et se consacre à l'étude de l'ancien français et de la littérature médiévale à l'université de Heidelberg. En 1911, il entre à la section des langues romanes et germaniques de la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Saint-Pétersbourg.

Écrits en 1908, ses premiers vers sont publiés en 1910 dans la revue d'art Apollon, autour de laquelle se cristallise la réaction contre le symbolisme. Il y fait la connaissance de N. Goumiliov et de A. Akhmatova, avec lesquels il fonde en 1911 l'« Atelier des poètes », berceau de la doctrine « acméiste » dont il développe les thèmes dans un article-manifeste, Le Matin de l'acméisme (Utro akmeizma, 1912) : acceptation réaliste des limites de notre existence et de notre savoir, assimilation de la création poétique à un artisanat patient et rigoureux, enfin doctrine de l'art comme création opposée à la doctrine classique de l'art comme représentation, ce qui implique l'autonomie du mot, considéré moins comme le signe d'une réalité extérieure que comme un élément constitutif de la forme. C'est ce dernier poi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)  » est également traité dans :

ŒUVRES COMPLÈTES (O. Mandelstam)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 002 mots

Mort le 27 décembre 1938 dans un camp de transit près de Vladivostok, le poète et prosateur russe Ossip Mandelstam, né le 15 janvier 1891 à Varsovie, d’une famille juive, fut un écrivain martyr du totalitarisme au xxe siècle. La précocité de sa vocation littéraire, sa vie de pauvreté et d’exode, sa mort aux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-completes-o-mandelstam/#i_1168

TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 005 mots

Quand paraît à Berlin, en 1922, le recueil Tristia, Ossip Mandelstam (1891-1938) a trente ans. Né à Saint-Pétersbourg, il est le contemporain d'Anna Akhmatova. C'est-à-dire qu'il appartient à la brillante génération des poètes qui, en 1910, ont mis en question le dualisme symboliste et sa conception «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristia/#i_1168

ACMÉISME

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 596 mots

Du grec akmé , floraison, perfection. Mouvement poétique russe qui réunit en 1912-1914 à Saint-Pétersbourg six poètes : N. Goumilev, sa femme A. Akhmatova , S. Gorodetski, O. Mandelstam , V. Narbout et M. Zenkevitch. En novembre 1911, Goumilev organise les jeunes poètes, qui veulent rejeter la tutelle du poète symboliste V. Ivanov en une Corporatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acmeisme/#i_1168

BIÉLY ANDRÉI (1880-1934)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 2 492 mots

Il gesticulait et il dansait comme une ombre chinoise, on eût dit un chef d'orchestre dirigeant quelque partition inachevable devant des salles vides. Lorsqu'il prononçait ses conférences, encadré par deux candélabres, ses traits aigus s'accusaient au reflet des flammes, son haut front luisait, et ses yeux doux devenaient alors perçants. Silhouette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-biely/#i_1168

MANDELSTAM NADEJDA (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Hélène CARRERE D'ENCAUSSE
  •  • 766 mots

Nadejda Iakovlevna Khazina est née à Saratov le 31 octobre 1899 , dans une famille juive infiniment cultivée. À ce milieu, elle doit une éducation très poussée et ouverte sur le monde extérieur. Elle étudie la peinture à Kiev avec une artiste d'avant-garde, Alexandra Exter. Elle voyage longuement en Europe occidentale où elle développe sa connaiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nadejda-mandelstam/#i_1168

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH - (1891-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ossip-emilievitch-mandelstam/