ACMÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du grec akmé, floraison, perfection. Mouvement poétique russe qui réunit en 1912-1914 à Saint-Pétersbourg six poètes : N. Goumilev, sa femme A. Akhmatova, S. Gorodetski, O. Mandelstam, V. Narbout et M. Zenkevitch. En novembre 1911, Goumilev organise les jeunes poètes, qui veulent rejeter la tutelle du poète symboliste V. Ivanov en une Corporation des poètes, qui aura sa maison d'édition, sa revue, ses réunions sérieuses et ses soirées au cabaret Le Chien errant. Puis les membres les plus hardis de la Corporation prennent le nom d'« acméistes » et ouvrent les hostilités contre le mysticisme des symbolistes. Il y aura trois manifestes acméistes : ceux de Goumilev et de Gorodetski publiés en janvier 1913 dans le numéro 1 de la revue Apollon, et le troisième, Le Matin de l'acméisme (Utro Akmeizma), de Mandelstam, qui ne parut qu'en 1919.

Pour les acméistes, l'œuvre d'art appartient tout entière au monde sensible qu'il faut aimer et dont il faut aimer surtout la merveilleuse existence : existence de l'être humain et des réalités de son cœur (Akhmatova), des monuments de la culture universelle, des villes et des cathédrales (Mandelstam), des plantes, des fleurs et des animaux sauvages, des vaillants explorateurs (Goumilev), des forces de la nature (Gorodetski). Ce dernier aurait préféré que le mouvement soit appelé adamisme. Mandelstam contribue à placer le mot au centre de la poétique acméiste : mot-image, mot-son, mot-signification. Les idées acméistes ont été développées dans les « Lettres sur la poésie russe » de N. Goumilev, parues dans la revue Apollon de 1911 à 1914, dans son article « Anatomie du poème » (1921), ainsi que dans une série d'articles de Mandelstam écrits dans les années vingt et rassemblés en un recueil en 1928.

L'acméisme est une révolution du goût : contre le goût germanique des symbolistes, il défend le goût français de la beauté, la clarté latine, le courage britannique. La contre-attaque symboliste, la concurrence bruyante des futuristes provoquent une crise à la Corporation des poètes, dont Akhmatova et Mandelstam proposent la dissolution en dé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Grenoble

Classification


Autres références

«  ACMÉISME  » est également traité dans :

AKHMATOVA ANNA (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 549 mots

Membre de l'école « acméiste », Anna Akhmatova est, dès 1917, l'un des représentants les plus célèbres de la génération postsymboliste à laquelle la poésie russe doit de connaître son « âge d'argent ». Longtemps étouffée et, en 1946, explicitement condamnée par le parti pour ses attaches avec la société prérévolutionnaire et son accent intime et a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-akhmatova/#i_1001

GOUMILIOV NIKOLAÏ STEPANOVITCH (1886-1921)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 573 mots

Poète russe né le 15 avril 1886 à Cronstadt (Russie), mort le 24 août 1921 à Petrograd (auj. Saint-Pétersbourg). Fils d'un chirurgien de la marine, Nikolaï Stepanovitch Goumiliov fait ses études secondaires au lycée de Tsarskoïe Selo où il fait la connaissance du poète Innokenti Annenski (1856-1909). Celui-ci dirige le lycée et y enseigne les lettr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-stepanovitch-goumiliov/#i_1001

MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 355 mots

Cofondateur de l'école « acméiste », Ossip Mandelstam est l'un des principaux représentants de « l'âge d'argent » que la poésie russe connaît à la veille de la révolution. Ensuite, dans un climat de plus en plus hostile et menaçant, il poursuit une œuvre solitaire et hardiment novatrice, qui ne sera pleinement connue et reconnue que vingt ans ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ossip-emilievitch-mandelstam/#i_1001

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature d'art (1890-1917) »  : […] Le reflux du mouvement révolutionnaire des années 1860 entraîne après 1881 une remise en question qui atteint de proche en proche l'ensemble des postulats politiques et philosophiques de l'intelligentsia. Le marxisme, avec Plekhanov, puis Lénine, entame les positions du populisme. Il marque un abandon du positivisme utilitariste et un renouveau phi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1001

TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 005 mots

Quand paraît à Berlin, en 1922, le recueil Tristia , Ossip Mandelstam (1891-1938) a trente ans. Né à Saint-Pétersbourg, il est le contemporain d'Anna Akhmatova. C'est-à-dire qu'il appartient à la brillante génération des poètes qui, en 1910, ont mis en question le dualisme symboliste et sa conception « magique » de l'art. Membre de l'Atelier des po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristia/#i_1001

Pour citer l’article

Claude KASTLER, « ACMÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acmeisme/