MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la révolution

D'abord hostile au coup d'État d'octobre 1917, Mandelstam est cependant sensible à la dimension historique de la révolution et se résigne à « l'immense, maladroit et grinçant coup de barre ». Chassé de Moscou par la guerre civile, il passe les années 1919 et 1920 à Kiev, en Crimée et en Géorgie. Cet exil lui inspire le titre, les thèmes et la tonalité générale du recueil Tristia (1922), qui illustre sa formule selon laquelle « la poésie classique est la poésie de la révolution », dans la mesure où elle permet d'intégrer celle-ci à l'univers de la culture : les réminiscences de l'Antiquité, l'archaïsme du vocabulaire, la solennité du style contribuent à donner à ces poèmes le ton et le souffle lyrique de l'ode ou de l'élégie classiques. Cependant, à mesure que croît la charge lyrique du poème, celui-ci échappe à sa dépendance à l'égard de l'objet extérieur et devient une construction autonome d'images, de rythmes et de sons à partir de mots ou d'associations de mots parfois obscurs, souvent répétés avec insistance, comme une incantation. Le mot, « hirondelle aveugle » ou « Psyché » à la recherche de son corps, apparaît ici comme le pressentiment d'un sens que le poème s'efforce de constituer. Ces tendances novatrices s'accentuent dans les poèmes des années 1921-1925, publiés en 1928 dans la dernière édition soviétique de ses œuvres et dont certains, par la liberté de leur structure sémantique et formelle, s'apparentent à la poésie de Khlebnikov.

En 1925, Mandelstam publie un volume d'essais autobiographiques, Le Bruit du temps (Šum vremeni), où il tente de saisir l'histoire à travers l'atmosphère de ses souvenirs d'enfant. En 1928, il les réunit à une œuvre de fiction, Le Timbre égyptien (Egipetskaja marka) qui, par sa structure associative, prend le contre-pied de la prose narrative classique, et où les motifs autobiographiques, greffés sur des bribes de fiction, débouchent à la fois sur le thème moderne de l'individu devant l'histoire et sur le thème traditionnel du « petit homme » de Saint-Pétersbourg. En 1928, paraît également, sous le titre D [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)  » est également traité dans :

ŒUVRES COMPLÈTES (O. Mandelstam) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 002 mots

Mort le 27 décembre 1938 dans un camp de transit près de Vladivostok, le poète et prosateur russe Ossip Mandelstam, né le 15 janvier 1891 à Varsovie, d’une famille juive, fut un écrivain martyr du totalitarisme au xxe siècle. La précocité de sa vocation littéraire, sa vie de pauvreté et d’exode, sa mort aux abords du goulag et la gloir […] Lire la suite

TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 005 mots

Quand paraît à Berlin, en 1922, le recueil Tristia, Ossip Mandelstam (1891-1938) a trente ans. Né à Saint-Pétersbourg, il est le contemporain d'Anna Akhmatova. C'est-à-dire qu'il appartient à la brillante génération des poètes qui, en 1910, ont mis en question le dualisme symboliste et sa conception « magique » de l'art. Membre de […] Lire la suite

ACMÉISME

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 596 mots

Du grec akmé , floraison, perfection. Mouvement poétique russe qui réunit en 1912-1914 à Saint-Pétersbourg six poètes : N. Goumilev, sa femme A. Akhmatova , S. Gorodetski, O. Mandelstam , V. Narbout et M. Zenkevitch. En novembre 1911, Goumilev organise les jeunes poètes, qui veulent rejeter la tutelle du poète symboliste V. Ivanov en une Corporation des poètes, qui aura sa maison d'édition, sa rev […] Lire la suite

BIÉLY ANDRÉI (1880-1934)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 2 492 mots

Il gesticulait et il dansait comme une ombre chinoise, on eût dit un chef d'orchestre dirigeant quelque partition inachevable devant des salles vides. Lorsqu'il prononçait ses conférences, encadré par deux candélabres, ses traits aigus s'accusaient au reflet des flammes, son haut front luisait, et ses yeux doux devenaient alors perçants. Silhouette démodée, armée d'un jonc d'aristocrate, il parcou […] Lire la suite

MANDELSTAM NADEJDA (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Hélène CARRERE D'ENCAUSSE
  •  • 766 mots

Nadejda Iakovlevna Khazina est née à Saratov le 31 octobre 1899 , dans une famille juive infiniment cultivée. À ce milieu, elle doit une éducation très poussée et ouverte sur le monde extérieur. Elle étudie la peinture à Kiev avec une artiste d'avant-garde, Alexandra Exter. Elle voyage longuement en Europe occidentale où elle développe sa connaissance des langues et des littératures. Sa pratique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH - (1891-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ossip-emilievitch-mandelstam/