OPUS DEI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société religieuse qui jouit dans l'Église catholique contemporaine d'un statut original, l'Opus Dei a été fondé en 1928 par un prêtre espagnol, José María Escrivá de Balaguer, né en 1902 à Barbastro, en Aragón, dans une famille de commerçants, et décédé à Rome le 26 juin 1975, avec une réputation de sainteté. J. M. Escrivá de Balaguer avait reçu à Madrid, le 2 octobre 1928, la révélation intérieure de ce qu'allait être l'œuvre de sa vie, un mouvement de spiritualité qui lui valut à la fois une renommée internationale, des oppositions passionnées et un soutien constant des plus hautes autorités catholiques. À sa mort, l'Opus Dei comptait 60 000 membres de quatre-vingts nationalités (il en comptait 77 000 vingt ans plus tard, dont 75 000 laïcs). Il avait tracé dans l'Église romaine une voie nouvelle qui ne répondait à aucune structure existante, dans un contexte politique et religieux particulièrement agité, dont pâtira son image.

Les années 1930 avaient marqué un essor important et une grande étape pour l'Action catholique et pour ses mouvements de jeunesse, qui formaient leurs membres à un apostolat spécialisé par milieux (ouvriers, étudiants, paysans...) pour « refaire chrétiens » ceux qui ne l'étaient plus et une société qui s'était détournée de l'Église. Dans le même temps, l'Opus Dei adopte une démarche tout autre. Il s'adresse à ceux qui, ayant dans ce monde leur vie familiale, professionnelle et civique, attendent une spiritualité qui réponde à leurs responsabilités et à leurs conditions respectives. Au départ, il se présente donc comme une association à vocation internationale (dont le siège est à Rome depuis 1946) comprenant des fidèles laïques et des prêtres qui en sont issus (les trois premiers d'entre eux, dont le successeur du fondateur, Mgr Alvaro del Portillo, ont été ordonnés en 1944). Son statut juridique dans l'Église a con [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  OPUS DEI  » est également traité dans :

ESCRIVÁ DE BALAGUER JOSÉ MARÍA (1902-1975)

  • Écrit par 
  • Guy HERMET
  •  • 776 mots

Bien que sa notoriété s'efface derrière celle de l'Opus Dei, son œuvre dans les deux sens du terme, José Maria Escriva de Balaguer y Albas fut l'une des figures les plus singulières et les plus controversées du catholicisme du milieu du xx e  siècle, en même temps qu'une des personnalités les plus connues et les plus discutées de l'Espagne d'après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-maria-escriva-de-balaguer/#i_35527

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - L'ère franquiste

  • Écrit par 
  • Guy HERMET
  •  • 7 214 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le franquisme du « miracle économique » »  : […] Vient cependant le moment où ce replâtrage ne suffit plus. Le fiasco économique menace encore au milieu des années cinquante. Même travesti en « gouvernement catholique », l'immobilisme total à l'intérieur devient impossible à maintenir. Le souvenir de la guerre civile s'estompant, la société espagnole bouge à nouveau, des cénacles d'intellectuels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-l-ere-franquiste/#i_35527

Pour citer l’article

Émile POULAT, « OPUS DEI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/opus-dei/