Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OLMÈQUES

Le pouvoir et le modèle du jaguar

C'est sur la côte du golfe et particulièrement dans les grands sites de San Lorenzo et de La Venta que l'étude de la sculpture monumentale permet de définir et de comprendre la nature du pouvoir. Parmi les œuvres les plus colossales figurent celles que l'on a désignées comme autels, puis comme trônes, et qui ne furent probablement ni les uns ni les autres, mais de simples monuments élevés à la gloire du dirigeant. Ce sont d'énormes blocs rectangulaires avec une scène d'émergence sculptée en haut relief sur l'un de leurs grands côtés : l'homme, qui émerge d'une niche semi-circulaire, porte dans ses bras un enfant mi-humain, mi-félin (autel 5 de La Venta). Ce bébé-jaguar possède la bouche arquée du félin qui montre les dents, un museau aplati et des yeux en amande, souvent un crâne fendu. Il s'agit d'une personnification de la foudre, la force qui apporte la pluie et la fertilité et qui, de plus, anéantit les ennemis ; comme telle, elle représente un emblème de pouvoir dans les mains du souverain. Par comparaison avec le même thème traité des siècles plus tard par les Mayas, ces monuments figurent le monstre terrestre qui laisse échapper de sa gueule béante le chef, qui ainsi s'identifie au soleil à son lever. C'est là une des plus anciennes illustrations de la métaphore solaire du pouvoir : l'accession au trône du dirigeant, commémorée par ce monument, équivaut à la naissance du jour. Sur l'autel 4 de La Venta, le souverain émerge de la même niche-gueule terrestre sans le bébé-jaguar. Il manifeste cependant sa puissance en tenant les extrémités des cordes qui entravent les captifs sculptés sur les côtés du monument.

Hache de cérémonie olmèque - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Hache de cérémonie olmèque

La créature dite du bébé-jaguar, comme figure de fertilité et de pouvoir, existe aussi en petite sculpture sous forme de plaque, de hache ou de figurine (statuette du Brooklyn Museum) ; sa tête de profil est présente aussi sur les poteries, en totalité ou en partie. À côté de cette figure mythique, on trouve des statues d'hommes qui reprennent la posture assise du félin avec les pattes avant encadrées par les pattes arrière (statue du « prince ») ; en outre, certains traits du visage sont empruntés au jaguar comme le nez camus, les yeux en amande, et la bouche arquée qui « montre les dents ». Ces emprunts indiquent la volonté des dirigeants ou d'autres membres de l'élite de prendre le félin pour modèle. Tout ce qui touche au félin est esthétiquement valorisé.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Claude-François BAUDEZ. OLMÈQUES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGUADA FÉNIX, site archéologique

    • Écrit par Éric TALADOIRE
    • 2 830 mots
    • 3 médias
    ...beaucoup de prudence, Inomata et Triadan avancent une occupation dès cette période, antérieure aux occupations documentées sur d’autres sites mayas. Ils soulignent aussi les difficultés soulevées par ce matériel qui diffère de celui qui provient dessites olmèques voisins ou des sites du Chiapas.
  • AZTÈQUES (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 3 537 mots
    • 13 médias
    La civilisation olmèque, qui s’épanouit au Ier millénaire avant notre ère, développe et diffuse les traits culturels qu’on retrouve par la suite dans les civilisations mésoaméricaines.
  • PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

    • Écrit par Rosario ACOSTA NIEVA, Universalis, Brigitte FAUGÈRE, Oruno D. LARA, Éric TALADOIRE
    • 17 212 mots
    • 4 médias
    Par l'ampleur de leurs cités, et la maîtrise de leur art, les Olmèques dominent sans conteste le paysage culturel du Préclassique Moyen (1200-300 avant J.-C.), ce qui leur a valu la dénomination de civilisation mère de la Méso-Amérique. Ils ont, les premiers, édifié de gigantesques pyramides...
  • ZAPOTÈQUES

    • Écrit par Rosario ACOSTA NIEVA
    • 3 313 mots
    • 1 média
    ...Les défunts, accompagnés d'offrandes en céramique, sont inhumés sous les sols des maisons ou dans les cours. À cette époque se tissent des liens avec les Olmèques de la côte du golfe du Mexique, relations attestées par la présence de céramique importée, de minéraux inexistants dans la région, d'aiguillons...

Voir aussi