KŌRIN OGATA (1658-1716)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du xviie siècle, en dépit du transfert du gouvernement shogunal à Edo (la future Tōkyō), Kyōto reste le centre intellectuel et artistique du Japon. L'aristocratie et les riches familles marchandes ont alors des intérêts communs : poésie, calligraphie, peinture, et chanoyu sont leurs passe-temps favoris. L'ère Genroku (1688-1704) vit tout à la fois l'apogée et le brusque déclin de ces grandes lignées bourgeoises qui furent bientôt ruinées par les daimyō, incapables de rembourser les sommes qu'elles leur avaient avancées.

Grandeur et décadence d'une maison de soieries

Depuis le début du xviie siècle, la maison de soieries Karigane-ya, fondée par la famille Ogata, avait prospéré sous le patronage des filles du daimyō Asai, épouses de Hideyoshi et du successeur de Ieyasu, Tokugawa Hidetada. La fille de ce dernier, mariée à l'empereur Go-Mizuno-o, fit, jusqu'à sa mort survenue en 1678, partie de sa clientèle. Le chef de cette firme, Ogata Sōken, grand amateur de , cultivait la peinture dans le style à la mode où se conjuguaient les tendances des Kanō et celles des Tosa, et il dut créer de nombreux ornements de kimono et de costumes de , si somptueux à cette époque. Bon calligraphe, il restait dans la tradition de Kōetsu, dont son grand-père avait été le beau-frère et que son père avait suivi à Takagamine. Sōken encouragea les dons de son second fils Ichinojō et, après l'avoir initié à la peinture, le confia à Yamamoto Sōken, de l'atelier des Kanō.

Ichinojō mena dans sa jeunesse la vie facile des fils de famille, fréquentant aristocrates et daimyō et partageant leurs divertissements coûteux. Bien qu'ayant hérité en 1678 d'une partie de la fortune et des collections familiales, il se trouva, à partir de 1693, dans une situation d'autant plus difficile que la Karigane-ya périclitait et devait faire faillite en 1697. Il dut, à ce moment, songer à tirer profit de ses talents de peintre pour subvenir à ses besoins et c'est vers cette date qu'il prit le nom de pinceau de Kōrin, sous lequel il devait acquérir une célébrité telle que son renom, dès l'ouverture du J [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au C.N.R.S., professeur honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  KORIN OGATA (1658-1716)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 363 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les décorateurs de Kyōto »  : […] En dépit de l'établissement à Edo des shōgun Tokugawa (1603), Kyōto resta longtemps la capitale culturelle et artistique du Japon. Centre du tissage de la soie et de la création de la mode, la vieille cité impériale devint également célèbre pour ses potiers. Outre la lignée des Raku, on compte d'autres fours cités dans les textes des chajin de l'ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_18141

KENZAN OGATA (1663-1743)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 307 mots

L'ère Genroku (1688-1703) vit l'apogée de l'artisanat de Kyōto. La plupart des soieries et des laques y furent fabriqués par les héritiers d'une longue tradition constamment renouvelée par une clientèle au goût raffiné et d'une haute culture. C'est à cette époque que Nonomura Ninsei et Ogata Kenzan furent les initiateurs d'un nouvel art céramique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-kenzan/#i_18141

LAQUE

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 3 925 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du XIIe siècle à nos jours »  : […] L'art de l'époque Kamakura (1185-1336) ajoute au maki-e le décor en relief, le nashiji , l'emploi de fils d'or. Le style est réaliste, libre et vigoureux ; les allusions littéraires se complètent de caractères mêlés aux autres motifs. C'est sans doute à cette époque qu'apparaissent les laques sculptés, mais les premiers exemples connus sont plus t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laque/#i_18141

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KŌRIN OGATA - (1658-1716) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-korin/