KŌRIN OGATA (1658-1716)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une carrière tardive

Entre 1699 et 1701, Kōrin décora, à la demande de son frère Kenzan, les poteries créées par ce dernier. Mais il devait déjà être apprécié puisqu'il reçut, en 1701, le titre honorifique d'hōkkyō, que portent la plupart de ses peintures. Selon le professeur Yamane Yuzō, deux œuvres peuvent être attribuées à une époque antérieure. Une peinture à l'encre récemment retrouvée montre Hōtei, l'un des sept dieux du Bonheur, jouant à la balle au pied (kemari, sorte de football en honneur à la cour, dès l'époque Heian). La composition très simple est dominée par une succession de cercles depuis le ballon, haut dans les airs, en passant par le personnage à la tête et aux épaules arrondies, à l'énorme bedaine, jusqu'à la besace gonflée qu'il a posée à terre pour être plus libre de ses mouvements. Cette œuvre, traitée au lavis, avec un pinceau déjà empreint d'autorité, manifeste la tendance à l'abstraction si caractéristique de l'artiste. L'on sait, depuis la publication en 1964 des documents longtemps conservés par la famille Konishi, héritière du maître, que ces qualités d'abstraction sont le fruit d'un travail acharné. Études de fleurs et d'animaux, surtout d'oiseaux, dessinés d'après nature avec une grande conscience et d'où se dégagent peu à peu les traits essentiels, y voisinent avec des motifs plus décoratifs, destinés à des éventails (dont on connaît plusieurs exemples), à des kimono, à des poteries ou à des laques pour lesquels, comme Kōetsu, Kōrin créa de nombreux décors qu'utilisèrent les artisans en maki-e (laques rehaussés de poudre d'or). On remarque aussi dans cette première œuvre un humour exprimé dans la forme et que l'on retrouve dans le Yuima (Vimalakirti), comme dans l'image de Narihira qui orne l'écritoire du musée Nezu à Tōkyō.

Dès ce moment se révèle l'influence de Sōtatsu – ou plutôt celle de Sōsetsu, qui perpétuait avec moins de vigueur le style de son père – dans le paravent d'Herbes et fleurs d'automne. Cette œuvre annonce les fameux paravents aux Iris (musée Nezu), couronnement de cette période de formation, dans lesquels huit bouq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  KORIN OGATA (1658-1716)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 367 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les décorateurs de Kyōto »  : […] En dépit de l'établissement à Edo des shōgun Tokugawa (1603), Kyōto resta longtemps la capitale culturelle et artistique du Japon. Centre du tissage de la soie et de la création de la mode, la vieille cité impériale devint également célèbre pour ses potiers. Outre la lignée des Raku, on compte d'autres fours cités dans les textes des chajin de l'époque, ce qui semble indiquer que des potiers venus […] Lire la suite

KENZAN OGATA (1663-1743)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 307 mots

L'ère Genroku (1688-1703) vit l'apogée de l'artisanat de Kyōto. La plupart des soieries et des laques y furent fabriqués par les héritiers d'une longue tradition constamment renouvelée par une clientèle au goût raffiné et d'une haute culture. C'est à cette époque que Nonomura Ninsei et Ogata Kenzan furent les initiateurs d'un nouvel art céramique richement décoré. Son succès fut à l'origine d'un […] Lire la suite

LAQUE

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 3 925 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du XIIe siècle à nos jours »  : […] L'art de l'époque Kamakura (1185-1336) ajoute au maki-e le décor en relief, le nashiji , l'emploi de fils d'or. Le style est réaliste, libre et vigoureux ; les allusions littéraires se complètent de caractères mêlés aux autres motifs. C'est sans doute à cette époque qu'apparaissent les laques sculptés, mais les premiers exemples connus sont plus tardifs. L'époque Muromachi (1336-1573) est forteme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KŌRIN OGATA - (1658-1716) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-korin/