ŒDIPE, mythologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la tradition de L'Odyssée, Œdipe est l'homme que sa mère Jocaste épouse, sans le savoir, commettant ainsi le « grand forfait ». Il n'y a pas de mot en grec pour l'inceste.

Quand Œdipe s'unit à sa mère, il a déjà tué son père Laïos et l'a dépouillé de ses armes. Les dieux révèlent aussitôt le crime. Pourtant Œdipe va régner sur Thèbes, mais torturé par les maux apportés par les Érinyes de sa mère-épouse, qui s'est pendue. La mort du père, à elle seule, semble n'avoir aucune suite. Œdipe n'est inquiété par les Érinyes, levées par le suicide de sa mère, que parce qu'il a, d'une certaine manière, troublé l'ordre. En effet, à Thèbes, la souveraineté est régulièrement transmise par les femmes, et c'est la main de Jocaste ou d'Épicaste qui est promise au vainqueur du monstre dont Thèbes est prisonnière. Le destin de Laïos est de n'avoir pas d'enfant mâle ou de périr par la main de fils qu'il aurait le malheur d'engendrer. Pour celui qui veut régner à Thèbes, Jocaste est la Terre, à laquelle il doit nécessairement s'unir.

Laïos est poursuivi par la colère de l'Héra du Cithéron, protectrice du mariage et sans doute de ce type de souveraineté transmise par les femmes. Le Sphynx, monstre envoyé à Thèbes par Héra, est un être mi-femme, mi-bête, qui possède sexuellement et dévore physiquement de jeunes garçons, ses victimes. Puissance polymorphe, qui combine l'oiseau, le serpent et le lion, et qui se fait énigme vivante comme ces dieux de la mer, Protée, Thétis, Nérée ou Métis, puissances primordiales qui se muent en toute sorte de formes. L'énigme que propose le monstre est aussi pour les Grecs une parole multiple, mobile, chatoyante, insaisissable comme l'être polymorphe qui se confond avec elle. Répondre à l'énigme, c'est fixer le polymorphe, le réduire à une seule forme, comme font les héros chargés d'affronter un dieu rusé que seul peut enchaîner une prise circulaire, assez forte pour épuiser le cycle des métamorphoses déployé par cette divinité. L'autre monstre que devait vaincre Œdipe est le renard de Teumesse, animal à qui, tous les trente jours, on donnait un enfant à dévorer. Nul chien ne peut le rattraper à la course. Les moyens employés par Œdipe sont inconnus. Mais, dans le mythe de Procris et de Céphale, le renard est éliminé par un chien que nul ne peut semer : incapable de distancer son poursuivant, lui-même impuissant à combler cette distance, tous deux sont figés dans la pierre.

Œdipe et le Sphinx, Ingres

Œdipe et le Sphinx, Ingres

photographie

Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), Œdipe et le Sphinx, 1808. La victoire d'Œdipe signifie l'écroulement d'une mentalité superstitieuse et obscurantiste que soutenait l'adhésion sans réserve à la croyance aux puissances mythologiques. Huile sur toile (H. 1,89 m ; L. 1,44 m). Musée... 

Crédits : Maurice Babey/ AKG-Images

Afficher

—  Marcel DETIENNE

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  OEDIPE, mythologie  » est également traité dans :

ANTIGONE

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 672 mots

Issue de l'union maudite, parce qu'incestueuse, d'Œdipe et de Jocaste, elle porte bien son nom (du grec Antigonê ), celle que sa piété familiale condamnera à une mort atroce sans époux ni descendance, au terme d'une courte vie toute de malheur, d'errance et de déréliction. Être intermédiaire, déraciné, abandonné de tous, être mort-vivant, c'est-à-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone/#i_33840

ANTIGONE, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Fatalité et démesure »  : […] La tragédie s'est structurée avec Eschyle, mort lorsque Sophocle avait quarante ans et lorsque Euripide, le plus jeune de cette génération de dramaturges classiques, faisait représenter sa première pièce. La principale innovation de Sophocle consiste à faire interpréter les pièces non plus par deux, mais par trois acteurs. Il donne ainsi une possi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone-sophocle/#i_33840

DESTIN

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 2 486 mots

Dans le chapitre « La peste »  : […] « Œdipe et Freud apportèrent tous deux la peste » (A. Green). La question se pose de savoir pourquoi c'est à Œdipe que Freud emprunte le modèle qui le définit comme structure universelle. Il s'en explique : « Pour moi, une série de suggestions prirent leur origine à partir du complexe d'Œdipe dont je reconnaissais l'ubiquité. Le choix, voire la cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/destin/#i_33840

ÉCHEC

  • Écrit par 
  • Eliane AMADO LEVY-VALENSI
  •  • 5 079 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Échec et projet »  : […] La névrose d'échec elle-même, dans son projet aliéné, témoigne d'une intention obstinée. La guérison, Carl Gustav Jung l'a bien vu, ne consiste pas à supprimer la névrose, mais à la convertir. L'échec, occasionnel ou répété, est l'envers d'une émergence confuse que la psyché s'obstine à nier, mais qui, sans cesse, la traverse. La névrose parfois d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/#i_33840

ÉNIGME

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 799 mots

L'énigme est protéiforme : charade, rébus, anagramme, chiffre, mystère, secret, trucage, devinette, maquillage, prestidigitation, trompe-l'œil, collage, problème, oracle, etc. Elle joue ainsi sur les registres les plus divers de la connaissance (image, symbole, signe, idée), en en faisant saillir, dès les réalités les plus banales et quotidiennes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enigme/#i_33840

ESCHYLE (-525 env.--456)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La justice »  : […] Eschyle croit à la justice divine. Et en particulier lorsqu'il s'agit de fautes mettant en cause soit le respect des dieux soit la vie des humains. Ses vers résonnent un peu partout du nom des Érinyes, les déesses vengeresses attachées à poursuivre le crime. Et à chaque instant il répète que toute faute est un jour châtiée. « Nul rempart ne sauvera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eschyle/#i_33840

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 050 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période mycénienne »  : […] C'est un bouleversement complet qu'entraîne la conquête de la Grèce par les Grecs, Indo-Européens qui apportent avec eux un héritage spirituel profondément différent de celui de la Méditerranée préhellénique : leur religion patriarcale privilégie les dieux par rapport aux déesses et honore essentiellement non les divinités chthoniennes (de la terr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_33840

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle structural »  : […] Pour Claude Lévi-Strauss, le représentant le plus important de cette école en France, la mythologie doit être considérée comme une « mytho-logique », c'est-à-dire comme la mise en œuvre d'une sorte de logique qui ne peut être entendue que si l'on recourt aux présuppositions principales d'un modèle structural de langage. Selon ce modèle, élaboré par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_33840

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Œdipe, notre destin »  : […] « Mais où retrouver à présent la trace presque effacée de l'ancien crime ? » (Sophocle, Œdipe-Roi ). Œdipe : fils du roi de Thèbes, condamné par l'oracle à tuer son père et épouser sa mère, abandonné, exposé par son père à sa naissance, recueilli par le roi de Corinthe, puis, apprenant à Delphes l'oracle, fuyant ses parents supposés. Alors, au hasa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/#i_33840

ŒDIPE ROI, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 196 mots

Vers 430 avant J.-C, lorsque Sophocle (495-406 av. J.-C.) s'attaque à la légende d'Œdipe, celle-ci appartient depuis longtemps à l'univers culturel grec. Déjà évoqué par Homère, Hésiode et Pindare, le roi de Thèbes coupable d'avoir tué son père et épousé sa mère a fait l'objet de plusieurs épopées et tragédies aujourd'hui perdues, comme la trilogi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oedipe-roi/#i_33840

PÉDOPHILIE

  • Écrit par 
  • André CIAVALDINI
  •  • 2 416 mots

Dans le chapitre « Étymologie et mythologie »  : […] Le terme pédophilie est d'un emploi relativement récent. Il nous vient de la terminologie psychiatrique de la fin du xix e  siècle. C'est un néologisme formé de l'alliance de deux racines grecques : pais , paidos , signifiant « enfant » et philein , « aimer d'amitié ». Étymologiquement, l'acception de pédophile est entendue comme signifiant « celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedophilie/#i_33840

SOPHOCLE (-495--406)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 3 397 mots

Dans le chapitre « L'innocence condamnée »  : […] La faute d'Ajax, Sophocle l'indique : c'est une insolence envers Athéna. Cela justifie-t-il cette folie, cette humiliation, cette mort ? Certes pas. Et l'Athéna qui paraît au prologue de la pièce semble plus redoutable qu'équitable. De même pour Déjanire, dans Les Trachiniennes  : meurt-elle parce qu'elle a été imprudente en voulant conserver l'amo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophocle/#i_33840

THÈBES DE BÉOTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 2 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le second millénaire »  : […] La Cadmée, acropole autour de laquelle s'est constituée la ville de Thèbes, est occupée depuis la fin du III e millénaire, comme en témoignent les trouvailles de céramique dite Urfiniss. Au début du II e millénaire surviennent les premiers envahisseurs grecs, sans doute des Ioniens, qui ont laissé de la céramique minyenne. Vers le milieu du millé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thebes-de-beotie/#i_33840

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conscience et homme tragiques »  : […] La conscience tragique apparaît elle aussi déchirée, divisée contre elle-même. Ce que montre la tragédie, c'est un droit qui n'est pas fixé, qui tourne et se transforme en son contraire, un dieu qui combat un autre dieu, la lutte de deux justices ennemies. Quelles que soient, avec l'évolution du genre tragique, les différences qui séparent Eschyle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_33840

TYRANNIE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 6 005 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La figure du tyran »  : […] Même dans la courte période pendant laquelle la tyrannie a disparu de la réalité politique grecque, la figure du tyran occupe une place centrale dans la pensée et la littérature, comme le montre en particulier la tragédie attique du v e  siècle. Dans le Prométhée enchaîné , Eschyle présente Zeus comme un « jeune tyran » qui vient d'imposer son pouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tyrannie-grece-antique/#i_33840

Pour citer l’article

Marcel DETIENNE, « ŒDIPE, mythologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oedipe-mythologie/