OBJET MATHÉMATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le but des mathématiques est de démontrer des résultats non triviaux sur ce qu'on peut appeler globalement des objets mathématiques. Il en existe de nombreux types : nombres entiers, nombres réels, points, droites ou courbes de la géométrie, suites, séries et fonctions de l'analyse, ensembles divers, ensembles d'ensembles, etc. Les objets mathématiques n'appartenant pas au monde sensible, leur nature même pose problème, non seulement d'un point de vue ontologique dans une démarche philosophique, mais aussi dans une perspective pratique purement mathématique : comment définir un objet mathématique ? que signifie établir son existence ?

Définir des objets dérivés ne pose pas de problème : une fois les nombres entiers et leur multiplication définis, il est aisé de définir les nombres pairs comme ceux qui sont multiples de 2. En revanche, le problème se pose pour des objets de base comme les nombres entiers qu'il est difficile, sauf à tourner en rond, de définir à partir d'objets antérieurs.

La question est en général contournée en recourant à une démarche axiomatique : à défaut de définir les objets, on en énumère les propriétés de base, ou axiomes, et on se contente dès lors de déduire des conséquences logiques de ces dernières. Un exemple classique est le système de Peano pour l'arithmétique : partant d'une liste de propriétés simples des nombres entiers, on vérifie de proche en proche que toutes les propriétés de ceux-ci en résultent. Dans cette approche pragmatique, le point important n'est pas la nature de l'objet, mais seulement son comportement.

Notons deux limitations. D'abord, le choix des axiomes ne saurait être arbitraire : la discussion sur les axiomes à considérer et leur adéquation à une intuition partagée est primordiale, sauf à réduire les mathématiques à un exercice formel vide de contenu.

Ensuite, choisir des axiomes ne garantit pas leur cohérence. Les axiomes proposés par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Caen et à l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  OBJET MATHÉMATIQUE  » est également traité dans :

LE PROBLÈME DES OBJETS DANS LA PENSÉE MATHÉMATIQUE (M. Caveing)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 1 023 mots

Qu'est-ce qu'un « objet mathématique » ? Depuis l'Antiquité, cette importante question d'épistémologie mathématique et quelques autres qui lui sont liées (les objets mathématiques ont-ils une existence propre, préalable à tout travail mathématique, ou non ? sont-ils découverts ou inventés ?) sont débattues. Maurice Caveing, directeur de recherche honora […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-probleme-des-objets-dans-la-pensee-mathematique/#i_41515

CONSTRUCTION, mathématique

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 1 434 mots

Pendant des millénaires les objets mathématiques ont été considérés comme ayant une existence propre. Depuis la fin du xix e  siècle et surtout le début du xx e , on a mis au point une méthode axiomatique consistant à tout reprendre afin de donner une base solide à la mathématique à partir du très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-mathematique/#i_41515

CONSTRUCTIVISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Jacques-Paul DUBUCS
  •  • 1 381 mots

Le constructivisme est une philosophie des mathématiques définie par deux composantes. Au plan ontologique, le constructiviste considère les objets mathématiques, non comme existant « par eux-mêmes », mais comme le résultat des constructions mentales du mathématicien. Au plan méthodologique, il insiste sur l'importance des preuves dites « constructives », c'est-à-dire des démonstrations qui, si e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme-mathematique/#i_41515

INVARIANT, mathématique

  • Écrit par 
  • Nicole BERLINE
  •  • 1 753 mots

Dans le chapitre « Classifications »  : […] Dans les mathématiques contemporaines, la notion d'invariant s'est encore étendue : on entend désormais par là un paramètre qui permet de classer un ensemble d'objets mathématiques en classes à l'intérieur desquelles le paramètre ne varie pas. Ce paramètre peut être de nature numérique, mais aussi de nature plus compliquée : fonction, espace vectoriel, etc. Souvent, mais pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/invariant-mathematique/#i_41515

MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 6 365 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une science hypothético-déductive »  : […] S'appuyant sur une logique généralement bivalente (à deux valeurs : vrai et faux), la mathématique se développe à partir d'un petit nombre de notions premières indéfinissables, d'hypothèses appelées axiomes, non démontrables mais mettant en relation ces notions premières, et de règles permettant de définir de nouvelles notions, de former des expressions et d'en déduire de nouvelles. Parmi les not […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathematique/#i_41515

MATHÉMATIQUE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 2 877 mots

Dans le chapitre « Logique et ontologie »  : […] Pour toute une école qui prend son inspiration dans l'invention de la logique contemporaine par Gottlob Frege (1848-1925) et Bertrand Russell (1872-1970), et l'entreprise qui fut la leur d'une nouvelle philosophie exacte suivant les rails de cette logique, le problème de l'épistémologie de la mathématique est jusqu'à nouvel ordre circonscrit par le célèbre dilemme de Benacerraf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie-de-la-mathematique/#i_41515

NOMINALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 926 mots

Le nominalisme dans son sens traditionnel est le refus de considérer qu'il existe des entités abstraites (les universaux). Très brièvement : les entités abstraites aident l'esprit à se repérer dans le monde et permettent la communication entre les hommes, mais fondamentalement elles sont illusoires. Depuis Guillaume d'Ockham (1290 env.-env. 1349), les nombreux objets considérés en mathématiques e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme-mathematique/#i_41515

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets mathématiques »  : […] Les objets mathématiques ont bien évidemment des propriétés, un contenu, qui les différencie non en tant qu'individus réalisés hic et nunc, mais en tant que concepts déterminés, car ils ne sont pas saisissables comme tels dans une expérience sensible. Les philosophes ont pris à leur égard des positions très variées, qu'on peut cependant répartir entre quelques grandes orientations ; nous présent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_41515

PHÉNOMÉNOLOGIE, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Le point de vue de Husserl »  : […] Chez Husserl lui-même, on trouve un archipel de réflexions et d'analyses plongeant dans la chose mathématique et l'éclairant par un côté ou par un autre. Husserl, ainsi, réfléchit sur l'objet de l'arithmétique, le nombre entier, et prétend identifier l'acte intime par lequel cet objet nous est donné comme celui de la liaison collective : notre conscience agit en « détachant » plusieurs entités de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-mathematique/#i_41515

RÉALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 164 mots

Le réalisme affirme l'existence, indépendante et préalable à la connaissance que nous en avons, des entités mathématiques : nombres, figures, ensembles, fonctions, variétés, etc. Pour le réaliste, le mathématicien manipule des objets bien déterminés qui défient son intelligence. Connaître n'est pas inventer , mais découvrir des éléments, des opérations, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-mathematique/#i_41515

STRUCTURALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Question de Paul Benacerraf sur la nature des nombres »  : […] Paul Benacerraf, dans un article de 1965 devenu central en philosophie des mathématiques, « What number could not be » (in Philosophical Review , vol. 74, n o  1, pp. 47-73), remarque que les nombres entiers sont souvent définis aujourd'hui par une construction à partir de l'ensemble vide et que deux méthodes au moins sont possibles pour cela : entier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme-mathematique/#i_41515

VÉRITÉ, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 301 mots

Assez paradoxalement, la notion de vérité mathématique est délicate du point de vue du philosophe et peu problématique dans le travail quotidien du mathématicien. Comprendre cette opposition est crucial pour se faire une idée juste des mathématiques contemporaines. Une multitude d'attitudes sont possibles vis-à-vis du sens à donner aux énoncés mathématiques, ces attitudes dépendant en particulier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-mathematique/#i_41515

Pour citer l’article

Patrick DEHORNOY, « OBJET MATHÉMATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet-mathematique/