NOIRS AMÉRICAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nécessité d'une déségrégation

La lutte pour la déségrégation

Ces données nouvelles ont cependant peu modifié les données du « problème noir » jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Sans doute peut-on noter quelques progrès dans leur situation juridique, en liaison avec une attitude moins passive de la Cour suprême, mais il faut se garder d'exagérer les progrès, car ils demeurent très minces, dans le Sud, qui continue à refuser d'accorder les droits civiques et, dans le Nord, où la pression croissante des Noirs ne cesse d'augmenter les tensions. La Seconde Guerre mondiale servit de catalyseur à la politique de déségrégation. Les Noirs américains, engagés sur les fronts extérieurs, eurent la révélation de l'absence de toute exclusive dans les pays où ils combattaient. En même temps, cette guerre entraîna l'affranchissement progressif des anciennes colonies européennes, en particulier en Asie et en Afrique, avec les espérances que contenait la libération des peuples noirs jadis sous tutelle.

Il est significatif que la première mesure de déségrégation ait concerné l'armée, sous la présidence de Harry Truman, en dépit de l'opposition des cadres supérieurs. La lutte pour la déségrégation commença sous la présidence de Dwight D. Eisenhower, sur deux fronts différents. Sur celui des droits civiques, la Cour suprême et le Congrès adoptèrent une attitude, plus militante, désormais favorable aux droits des Noirs. Ainsi, la première, dans un arrêt de 1954, « Brown contre Bureau d'éducation de Topeka », renversait la décision de cette même Cour en 1896, en statuant que la ségrégation raciale dans le domaine de l'éducation élémentaire et secondaire était anticonstitutionnelle. En 1957, le Congrès, pour la première fois depuis quatre-vingt-deux ans, vota une loi pour la protection des droits civiques des Noirs, afin de leur permettre de voter. Aucune de ces deux mesures ne fut vraiment appliquée, mais elles marquaient un changement dans l'attitude du législateur, qui, depuis cette date, n'a cessé d'intervenir pour faire des Noirs des citoyens.

La Cour suprême des États-Unis entre conservatisme et libéralisme

Vidéo : La Cour suprême des États-Unis entre conservatisme et libéralisme

Sauf exceptions, la Cour suprême défendit les intérêts patronaux plutôt que ceux des salariés, même après la Grande Dépression de 1929.Élu président en 1933, Franklin Roosevelt fait voter des lois d'urgence pour lutter contre la crise. Celles-ci sont déclarées inconstitutionnelles... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Plus décisive fut l'action directe entreprise par les Noirs eux-mêmes à partir de 1955, ce qu'on appelle parfois la « révolution noire ». Devant les lenteurs de la déségrégation dans le Sud, ils décidèrent de prendre eux-mêmes en main leur destin. En 1955, à la suite d'un incident mineur survenu à Montgomery, au cœur du Deep South, un jeune pasteur, Martin Luther King, décida d'organiser le boycott des autobus dans cette ville, pour obtenir la fin des pratiques ségrégationnistes dans les transports urbains. Après neuf mois de lutte, la compagnie céda. Le succès de Luther King fut à l'origine d'un mouvement non violent, qui prit des formes diverses : tantôt il s'agissait de sit-in, d'occupation de restaurants, de cafés, de salles de spectacles qui continuaient à pratiquer la ségrégation ; tantôt des Freedom Riders, ou « compagnons de la liberté », défiaient les lois locales dans des autobus ou des trains, au risque de se faire arrêter par les autorités sudistes, comme cela se produisit dans l'Alabama et le Mississippi. Le mouvement de protestation toucha surtout les milieux d'étudiants, qui, toujours sous l'impulsion de Martin Luther King, créèrent le S.N.C.C. (Student Non-Violent Coordinating Committee).

Strong and Silent, E. Haas

Photographie : Strong and Silent, E. Haas

Ernst Haas, Strong and Silent, 1963, tirage argentique. Après une conférence, Martin Luther King, gardant son calme au milieu de l'agitation des journalistes qui l'entourent, montre tout le pouvoir du silence. 

Crédits : Ernst Haas / Hulton Getty

Afficher

La non-violence fut souvent payante, mais les États du Sud opposèrent une résistance acharnée à toutes les mesures fédérales, comme aux initiatives des organisations raciales ou inter-raciales. En 1957, il fallut l'intervention des autorités fédérales pour protéger l'entrée d'enfants noirs dans une école de Little Rock (Arkansas). En 1962, le gouverneur du Mississippi défia un ordre du pouvoir fédéral enjoignant d'inscrire dans l'université de cet État le premier Noir, James Meredith. L'influence de Martin Luther King atteignit son point culminant en 1963, avec la gigantesque manifestation non violente qui eut pour théâtre Washington en août : plus de deux cent mille Noirs et Blancs convergèrent sur la capitale fédérale pour entendre leurs leaders réclamer, au pied du mémorial de Lincoln, l'application des droits civiques.

Marche pour les droits civiques, 1963

Vidéo : Marche pour les droits civiques, 1963

Le 28 août 1963, plus de 200 000 personnes, Blancs et Noirs mêlés, affluent vers Washington pour une marche pacifique en faveur de l'égalité des droits. Près d'un siècle après l'abolition de l'esclavage, la discrimination et la ségrégation raciales sont toujours bien vivantes dans les... 

Crédits : National Archives

Afficher

Ces formes d'action directe et non violente ont beaucoup contribué à faire avancer la cause des Noir [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Lyndon Johnson et Martin Luther King, 1964

Lyndon Johnson et Martin Luther King, 1964
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Traite des Noirs

Traite des Noirs
Crédits : Rischgitz/ Getty Images

photographie

Charleston en ruines

Charleston en ruines
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Portrait de Booker T. Washington, H. O. Tanner

Portrait de Booker T. Washington, H. O. Tanner
Crédits : The State Historical Society of Iowa/ Des Moines

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : chargé de recherche au Centre d'études et de recherches internationales

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23-29 août 2020 États-Unis. Nouvel acte de violence policière contre un Afro-Américain à Kenosha.

Dans le contexte de la dénonciation des violences policières à l’encontre des Afro-Américains, la National Basketball Association (NBA) avait notamment accepté, lors de la reprise du championnat en juillet, que les joueurs, dont 80 p. 100 sont noirs, posent le genou à terre pendant l’hymne national et affichent le slogan « Black Lives Matter » sur les parquets des terrains. […] Lire la suite

7-17 juillet 2016 États-Unis. Attaques d'extrémistes noirs contre des policiers.

Le président Barack Obama appelle les Américains à agir en vue « d’unir le pays plutôt que de le diviser encore plus ». […] Lire la suite

5-12 mars 2015 États-Unis. Démission de trois responsables de la ville de Ferguson.

Le 6, le président Barack Obama fustige les pratiques des services de police de Ferguson : « En accord avec la municipalité, [ceux-ci] ont fait systématiquement preuve de partialité à l’encontre des Afro-Américains de cette ville, qui ont été harcelés, maltraités, agressés, insultés et mis à l’amende. » Les 9, 10 et 11, le juge du tribunal, le city manager (directeur des services de la ville) et le chef de la police, tous trois mis en cause par le rapport du département de la Justice, annoncent leur démission. […] Lire la suite

10 avril 2006 États-Unis. Mobilisation de la minorité latino-américaine

Des centaines de milliers de Latino-Américains participent, sous des pancartes indiquant « Nous sommes l'Amérique », à une journée de mobilisation nationale, dans les grandes villes du pays. Ils protestent contre le projet de loi en discussion devant le Sénat, qui durcit la législation contre l'immigration clandestine. Les orateurs font référence à la lutte en faveur des droits civiques des Noirs dans les années 1960. […] Lire la suite

16 octobre 1995 États-Unis. « Marche d'un million d'hommes » à l'initiative du leader noir Louis Farrakhan

Quelques heures auparavant, le président Clinton, lors d'un discours à Austin, au Texas, avait appelé tous les Américains, Blancs comme Noirs, à « faire le ménage contre tout racisme ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, Daniel SABBAGH, « NOIRS AMÉRICAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noirs-americains/