• Mes Favoris
  • Nobody else but me, GETZ (Stan)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Les débuts professionnels de Stan Getz (1927-1991) sont précoces, puisqu'il intègre dès 1943, comme saxophone ténor, l'orchestre de Jack Teagarden, puis les ensembles de Stan Kenton (1944-1945), Jimmy Dorsey (1945) et Benny Goodman (1945-1946). Il enregistre sous son nom un premier album en 1946. Il forme, de 1947 à 1949, avec trois autres saxophonistes ténor – Herbie Stewart, Zoot Sims et Jimmy Giuffre –, l'association surnommée The Fours Brothers, du nom du thème culte qu'ils interprètent au sein de l'orchestre de Woody Herman.

    Après avoir été un des chefs de file du cool, il effectue dans les années 1950 de fréquentes tournées dans le cadre des J.A.T.P. (Jazz At The Philharmonic) de Norman Granz. De 1958 à 1961, il réside en Scandinavie et joue en Europe. Il est alors quelque peu oublié aux États-Unis. Son retour dans son pays en 1961 est lié aux disques où il interprète des thèmes de bossa-nova «jazzifiée» avec Charlie Byrd, Antonio Carlos Jobim, João Gilberto et la chanteuse Astrud Gilberto. À partir de 1965, Stan Getz lancera Gary Burton, Chick Corea, Steve Swallow, Stanley Clarke...

    Il enregistre ce thème de Jerome Kern (tiré de la comédie musicale Show Boat) pour le label Verve en 1954, pendant une période troublée par l'usage de stupéfiant, et qui lui vaudra quelques démêlées avec la justice. Pourtant, en écoutant cette plage typique du son West Coast, on comprend pourquoi Stan Getz a été surnommé «The Sound»: entraînée par la cymbale ride de Max Roach, qui interprète un cha-bada ternaire au fond du temps, le soliste peut développer son discours mélodique et ses rebonds ternaires en digne héritier de Lester Young. La prise de son met en valeur le timbre rond et chaleureux du saxophoniste ainsi que son phrasé précis et expressif.

    —  Eugène LLEDO

    Écrit par :

    Pour citer l’article

    Eugène LLEDO, « Nobody else but me, GETZ (Stan) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nobody-else-but-me-getz-stan/