ORESME NICOLE D' (1325-1382)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Normandie, Oresme suit à Paris, à la faculté des arts, les cours de Jean Buridan dont il est le disciple et l'ami. Maître ès art en 1362, il est nommé évêque de Lisieux en 1377.

En philosophie de la nature, Oresme expose avec prédilection sa théorie de la rotation de la Terre et la défend contre des objections tirées de l'expérience et de la raison, sans toutefois apporter des arguments véritablement démonstratifs. Il se contente de « persuasion ». Il voit dans l'impetus une aptitude acquise par un corps en mouvement en raison même de la vitesse du mouvement, par laquelle le corps se meut plus rapidement. Par là, il rejoint Buridan, selon qui l'impetus est une qualité imprimée au mobile par son moteur et capable de mouvoir le corps. Il cherche à représenter géométriquement la variation de la vitesse, assimilée à une qualité qui augmente ou diminue graduellement d'une manière uniforme ou non, dans un temps donné.

Oresme traduisit en français la Politique, l'Économique et l'Éthique d'Aristote, dont il commenta le Traité de l'âme, et d'autres ouvrages de philosophie de la nature. Dans son Traictié de l'origine, nature, droits et mutations des monnaies, il expose une théorie générale de celles-ci et montre combien sont désastreuses pour la communauté les fluctuations que le pouvoir du prince peut faire subir à la monnaie. Dans son traité Inter omnes impressiones, qui traite des phénomènes atmosphériques, il veut, en outre, permettre de résoudre le problème de la vision corporelle de l'humanité du Christ par la multitude de ceux qui jouissent de la béatitude finale.

—  Francis RUELLO

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, diplômé de l'École pratique des hautes études, docteur en philosophie, professeur à l'Université catholique de l'Ouest

Classification


Autres références

«  ORESME NICOLE D' (1325-1382)  » est également traité dans :

TRAITÉ DES MONNAIES, Nicolas Oresme - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 993 mots

Le Traité des monnaies du Français Nicole d'Oresme (1325-1382) est considéré comme le premier ouvrage strictement économique de l'histoire. Il reste des zones d'incertitude sur lui, ne serait-ce que parce que le manuscrit autographe a été perdu. En particulier, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-monnaies/#i_12502

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'équation quantitative de la monnaie »  : […] La légitimité de cette l'affirmation, selon laquelle l'expansion monétaire mène à l'inflation, repose sur l'équation quantitative de la monnaie, qui peut s'écrire : MV = pT, où M désigne la quantité de monnaie en circulation, ce que les économistes appellent la masse monétaire, V la vitesse de circulation de la monnaie, p le niveau général des prix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-monetarisme/#i_12502

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origines »  : […] Il est assez habituel de considérer que la géométrie analytique a été créée par Descartes. En réalité, cette vue est trop simple. Si la « géométrie analytique » est prise au sens moderne de l'expression, celle de Descartes en était encore assez éloignée. D'autre part, plusieurs éléments caractéristiques de la géométrie analytique avaient été formu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie/#i_12502

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La modernité du bas Moyen Âge »  : […] Le xii e et surtout le xiii e  siècle avaient élargi les horizons, mais aussi posé des limites. Les xiv e et xv e  siècles repoussèrent plus ou moins celles-ci. Il faut donc préciser en quoi elles consistaient, pourquoi elles reculèrent, comment elles laissèrent ainsi plus de champ à la science et aux arts et, dans l'une et les autres, à la natur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-le-monde-medieval/#i_12502

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Rôle des fonctions »  : […] Le langage des proportions, qui fait intervenir quatre éléments ou grandeurs, n'est guère propice à l'idée fonctionnelle, c'est-à-dire à la correspondance entre un élément et un autre. Aussi, en dehors des tables numériques à deux entrées, constate-t-on l'absence de représentations graphiques des variations de phénomène physique. Si l'on connaît un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_12502

Pour citer l’article

Francis RUELLO, « ORESME NICOLE D' - (1325-1382) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicole-d-oresme/