GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH (1809-1852)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révélation du génie

La rencontre de Pouchkine est pour Gogol très importante. Dans la société littéraire, fort restreinte à l'époque, où il vient de pénétrer, c'est une des rares personnalités qui lui en imposent. Quant aux autres, il voit cruellement leurs défauts et leurs ridicules. C'est cette vision du « mal » qui le dirige.

Il se détache tout de suite de ses Soirées du hameau, le rôle d'amuseur ne lui suffisant nullement. Il écrit alors des nouvelles qui lui sont inspirées par Pétersbourg, où il porte maintenant un regard plus attentif. Il a découvert le mystère de cette ville qui lui avait semblé d'abord si prosaïque : bâtie sur des marais, tracée au cordeau, noyée dans la brume, avec son peuple de fonctionnaires soucieux et affairés, elle ne manque plus de beauté à ses yeux, mais cette beauté est impassible, ce royaume est celui des faux-semblants. Jamais les choses n'y sont ce qu'elles paraissent être à première vue. Le Journal d'un fou, Le Nez, Le Portrait, La Perspective Nevski qui furent publiés dans Arabesques (1835), et Le Manteau (1841) développent ce thème du divorce entre les apparences, le rêve et la réalité. Le plus important de ces récits est sans doute Le Manteau : un petit fonctionnaire n'a d'autre rêve que de s'acheter un manteau chaud pour l'hiver ; il y parvient, au prix de sacrifices inouïs, mais le soir même des voleurs le lui dérobent. Il en tombe malade et il meurt. Ce récit eut une extraordinaire destinée. On a dit que le roman russe, avec ses thèmes sociaux et humains, était sorti tout entier du Manteau. C'est vrai, pour une part, quoiqu'il y ait dans cette nouvelle, comme dans toutes les œuvres de Gogol, une étrangeté irréductible qu'il est impossible de ramener au seul thème de l'injustice sociale. La description de l'existence quotidienne, d'une extrême minutie, qui donne réellement à « voir » toute une société, bascule à tout moment dans une vision poétique que l'écrivain semble à peine maîtriser. La nouvelle s'achève sur un épilogue fantastique : le fantôme du héros, Akaki Akakievitch, vi [...]

Le Manteau, A. Lattuada

Le Manteau, A. Lattuada

Photographie

Le Manteau (1952), d'Alberto Lattuada, adaptation du récit de Gogol, avec Renato Rascel. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : diplômée des langues orientales, licenciée d'histoire, traductrice de russe

Classification


Autres références

«  GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH (1809-1852)  » est également traité dans :

LES ÂMES MORTES, Nicolas Gogol - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 1 037 mots

Après Le Révizor (représenté en 1836), histoire d'un quiproquo qui révèle les vices des fonctionnaires et de l'âme humaine, Nicolas Gogol (1809-1852) ressentit « plus que jamais le besoin d'écrire une œuvre complète qui contînt autre chose qu'un simple sujet de rire » : ce fut Les  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ames-mortes/#i_1018

LE RÉVIZOR et L'INSPECTEUR GÉNÉRAL (N. Gogol)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 012 mots

Rien de plus comique que le Révizor de Nicolas Gogol (1836), trônant au sommet du patrimoine théâtral russe. Mais aussi, rien de plus politique que cette fable de la corruption, en des temps où les classes dirigeantes doivent soutenir le siège de la suspicion généralisée. Rien de plus métaphysique, enfin, que cette ironique parabole où l'imposture démasque le mensonge et où les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-revizor-l-inspecteur-general/#i_1018

LE REVIZOR (mise en scène de Meyerhold)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 279 mots

Le Revizor que Vsevolod Meyerhold (1874-1940) présente en 1926 à Moscou est emblématique : pour la première fois, le metteur en scène apparaît sur l'affiche comme « auteur du spectacle », à côté de l'auteur de la pièce, Nicolas Gogol. Il a fallu un an de répétitions, un travail approfondi sur les variantes pour recomposer la pièce en épisodes et s'approcher au maximum du projet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-revizor/#i_1018

BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH (1811-1848)

  • Écrit par 
  • José JOHANNET
  •  • 2 332 mots

Dans le chapitre « Une critique lancinante »  : […] Biélinski est d'abord un critique : on peut ne tenir compte ni de ses deux drames, médiocres, ni de sa Grammaire russe , qui passa inaperçue. Il n'a pas été le premier critique russe ni même le premier critique influent (les journalistes Polévoï et Nadejdine avaient déjà beaucoup fait), mais il inventa un nouveau type de critique et en accomplit la mission : orienter la littérature, diriger les es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bielinski-belinski/#i_1018

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, avec Evgenij Onegin (1823-1830), le prototype du hér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1018

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « La difficile carrière d'Efros »  : […] La carrière d' Anatoli Efros (1925-1987) – pendant longtemps inconnu hors d'Union soviétique – a subi des hauts et des bas, et la qualité artistique de ses spectacles n'en était nullement responsable. Venu du théâtre central des Enfants, où il s'était fait remarquer, Efros a dirigé de 1963 à 1968 le théâtre des Komsomols léninistes de Moscou, qui depuis très longtemps déjà a perdu son caractère de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-theatre/#i_1018

Pour citer l’article

Sylvie LUNEAU, « GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH - (1809-1852) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-vassilievitch-gogol/