SAUSSURE NICOLAS THÉODORE DE (1767-1845)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste et physiologiste suisse, d'origine française, qui appliqua le premier la méthode expérimentale à l'étude de la respiration et de la nutrition végétale. Nicolas de Saussure accompagne très jeune son père, Horace Bénédict de Saussure, dans ses voyages et participe à ses travaux. Nommé professeur de minéralogie et de zoologie à Genève en 1802, il s'occupe peu de l'enseignement pour se consacrer à ses travaux de physique (il mesure la densité de l'air à diverses altitudes) et de physiologie végétale. Quand, en 1804, il publie ses Recherches chimiques sur la végétation, la nutrition des plantes est très mal connue. En effet, certains pensent que les plantes n'ont besoin pour vivre que d'eau et d'air atmosphérique. D'autres, tel Bonnet, estiment que les sels minéraux trouvés dans les tissus végétaux sont le résultat d'une transmutation de l'eau provoquée par une « force vitale ». Enfin, les défenseurs farouches de la théorie de l'humus n'hésitent pas à affirmer que les plantes puisent directement dans le sol une nourriture toute préparée, conception bien aristotélicienne. Les travaux de Saussure eurent le mérite de clarifier la situation et de discréditer la théorie de l'humus et celle de la transmutation. Il démontre, d'une part, que la plante puise les sels minéraux dissous dans la terre, d'autre part, que ces derniers jouent un rôle essentiel puisqu'il est possible de faire pousser des plantes sur un milieu artificiel inorganique. En outre, Saussure corrige les résultats de Senebier en établissant que c'est le carbone de l'anhydride carbonique atmosphérique qui est assimilé par la plante. Cette assimilation s'accompagne d'un dégagement d'oxygène (dont le volume est égal à celui du CO2 absorbé), qui provient de la décomposition du gaz carbonique (en réalité l'origine de l'oxygène dégagé est l'eau), et d'un gain de poids pour la plante. Il confirme, d'autre part, que, parallèlement à cette fixation, la plante « inspire et expire » de l'oxygène durant le jour, tandis que la nuit seule l'« inspiration » de l'oxygène persiste. Enfin, il constate que la partie aérienne des plantes vertes ne fixe pas l'azote atmosphérique ; à l'égard de l'azote, les plantes dépendent donc du sol. En chimie organique, il donne la composition de l'alcool et celle de l'éther sulfurique (1814), la décomposition de l'amidon en glucose (1818).

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAUSSURE NICOLAS THÉODORE DE (1767-1845)  » est également traité dans :

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 251 mots

Nicolas Théodore de Saussure (1767-1845), dans ses Recherches chimiques sur la végétation , démontre définitivement, en 1804, la nutrition dite autotrophique des végétaux, à partir des nutriments minéraux. Débarrassé de la théorie du phlogistique et doté d'un vocabulaire chimique nouveau, grâce aux travaux de Lavoisier sur la combustion, Saussure établit les aspects essentiel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-gazeux-chez-les-plantes/#i_2374

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 334 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Les types métaboliques de photosynthèse, d'après le mode de fixation initial de CO2 »  : […] Les réactions enzymatiques décrites ci-dessus sont sensiblement les seules voies d'entrée du CO 2 dans le métabolisme photosynthétique, pour la majorité des plantes primitivement étudiées. 90 p. 100 du carbone au moins empruntent directement la voie du phosphoglycérate, composé à 3 atomes de C, d'où le qualificatif de « type C 3  » donné à ces végétaux qui comprennent presque toutes les plantes o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosynthese/#i_2374

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « SAUSSURE NICOLAS THÉODORE DE - (1767-1845) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-theodore-de-saussure/