ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nicolas Théodore de Saussure (1767-1845), dans ses Recherches chimiques sur la végétation, démontre définitivement, en 1804, la nutrition dite autotrophique des végétaux, à partir des nutriments minéraux. Débarrassé de la théorie du phlogistique et doté d'un vocabulaire chimique nouveau, grâce aux travaux de Lavoisier sur la combustion, Saussure établit les aspects essentiels de la nutrition des plantes. Le gaz carbonique de l'air constitue pour elles l'unique source de leur carbone organique. Des sels minéraux et les éléments de l'eau (oxygène et hydrogène) sont incorporés eux aussi. De l'oxygène est dégagé au cours de cette nutrition minérale exclusivement diurne. Dans l'obscurité, les plantes consomment de l'oxygène et dégagent du gaz carbonique comme un animal : elles respirent donc. Lorsqu'elles sont suffisamment éclairées, elles utilisent le gaz carbonique et l'eau pour produire du carbone organique et de l'oxygène, ce qui préfigure la notion de photosynthèse. Celle-ci, résultera, après isolement de la chlorophylle (1818), des travaux inspirés par Robert Mayer (1845). Néanmoins, la photosynthèse était loin d'avoir livré tout son mystère : restaient à déterminer notamment les mécanismes de la conversion de l'énergie lumineuse en énergie chimique (Emerson, 1957) et ceux de 1'incorporation du gaz carbonique dans des molécules glucidiques (Calvin, 1954).

—  Claude LANCE

Écrit par :

  • : professeur honoraire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer l’article

Claude LANCE, « ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-gazeux-chez-les-plantes/