ZINZENDORF NICOLAS LUDWIG comte de (1700-1760)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fondateur de l'Église des frères moraves tient une place considérable dans le renouveau religieux du xviiie siècle. Issu d'une famille autrichienne protestante réfugiée en Saxe, le comte de Zinzendorf est le représentant de ces grands seigneurs qui ont pris en charge les destinées du piétisme. Filleul de Spener, il est élevé dans un luthéranisme tourné vers la vie pratique, tout en conservant les principes traditionnels. À dix ans, il est envoyé au Paedagogium de Halle (1710-1716), avant de faire des études juridiques à Wittenberg (1717-1719) et une tournée en Europe qui l'incite à militer pour la réunion des confessions chrétiennes. En 1721, il devient conseiller de la justice à Dresde, mais se soucie surtout de tenir des conventicules dans sa maison. En 1724, il rassemble des piétistes et des fugitifs de l'Église des frères dans la communauté de Herrnhut, organisée comme une paroisse de l'Église luthérienne. Féodal et autoritaire, il veut en être le chef spirituel et temporel. Il reconnaît la doctrine de la justification de Luther et souligne le côté affectif et sensible de la religion. De 1727 à 1732, il entreprend une vaste mission en Allemagne. En 1734, il reçoit la consécration pastorale à Tübingen et, trois ans après, il est ordonné évêque morave. Herrnhut devient une théocratie où la masse des fidèles-vassaux est subdivisée selon leur avancement spirituel. Mais ces innovations suscitent l'hostilité des piétistes officiels, qui obtiennent son bannissement de la Saxe (1738). Il crée alors une paroisse prospère, composée de nobles et de bourgeois, dans la Wetterau, avant d'entreprendre de nombreux voyages à travers toute l'Europe, Russie comprise, et deux expéditions missionnaires en Amérique du Nord et aux Antilles. De 1743 à 1750, il reprend en main l'Église morave et tente de surmonter l'Aufklärung et le piétisme purement éthique et légaliste. Il limite le séparatisme aux communautés de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  ZINZENDORF NICOLAS LUDWIG comte de (1700-1760)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La tolérance religieuse »  : […] L'année 1648 marque, en Allemagne, la fin des guerres religieuses. Il s'est établi, depuis, une tolérance de fait entre les différentes confessions. Dans les âmes d'élite, elle s'épanouit en une volonté d'œcuménisme. Chez la plupart, elle est faite, sans doute, d'une certaine lassitude et aussi d'une identité d'attitude envers la vie et ses problèmes, de l'appartenance à une civilisation commune. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10760

PIÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 442 mots

Dans le chapitre « Le développement du mouvement »  : […] Mouvance plutôt que mouvement structuré, le piétisme s'éparpilla dans des directions fort diverses. Cependant, jusqu'au milieu du xviii e  siècle notamment, il rayonna à partir de l'université de Halle, fondée par l'Électeur de Brandebourg. La figure marquante fut, là, August Hermann Francke (1663-1727), personnalité aussi dynamique que Spener av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietisme/#i_10760

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « ZINZENDORF NICOLAS LUDWIG comte de (1700-1760) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-ludwig-zinzendorf/