BOUKHARINE NICOLAS IVANOVITCH (1888-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la droite du parti

Vers la fin de l'année 1920, face aux difficultés nées notamment du problème paysan, on assiste chez Boukharine au début d'une évolution. À cette époque aussi, il se prononce pour des méthodes de direction plus rigoureuses ; il appuie Trotski contre Lénine dans la discussion sur la question syndicale : il préconise entre autres une « mobilisation pour la production », par l'intermédiaire des syndicats, similaire à la « mobilisation pour le combat » qui, au cours de la guerre civile, a été le fait de l'Armée rouge.

En 1922, il est un des membres du comité central qui suscitent la colère de Lénine pour avoir voulu abandonner le monopole du commerce extérieur. À partir de 1924, il est le leader ouvert de la droite du parti qui coopère avec le « centre » dirigé par Staline. Il s'oppose à son ancien coéquipier Preobrajensky lorsque celui-ci préconise l'industrialisation et la planification. Il prétend intégrer le koulak (paysan riche) dans le socialisme qui sera construit, dit-il, même à pas de tortue. Remplaçant Zinoviev à la présidence de l'Internationale communiste, il oblige les communistes chinois à se soumettre à la discipline du Guomindang, ce qui contribue à la débâcle de la révolution chinoise de 1925-1927. Il est le principal protagoniste de la théorie du « socialisme dans un seul pays », et l'introduit dans le programme, en grande partie rédigé par lui, qui sera adopté au VIe congrès de l'Internationale communiste (1928) et que Trotski soumettra à une critique impitoyable. Il prononce à cette période des réquisitoires violents, débridés, contraires à tout son comportement antérieur ; il provoque, en 1927, l'exclusion du parti de Trotski, Zinoviev, Kamenev, ainsi que de toute l'opposition de gauche.

Sa rupture avec Staline a lieu en 1929, quand celui-ci, face aux grandes difficultés alimentaires du pays, entreprend une politique d'ultra-gauche (collectivisation forcée des campagnes notamment) et élimine tout élément de démocratie dans le parti, les syndicats, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOUKHARINE NICOLAS IVANOVITCH (1888-1938)  » est également traité dans :

PREOBRAJENSKI EVGUENI ALEXEÏEVITCH (1886-1937)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 927 mots

Né dans une famille de petits fonctionnaires, Preobrajenski connaît, dès le lycée, les cercles d'études marxistes. Militant et bolchevik à dix-huit ans, il participe après 1907 à la lutte clandestine. Arrêté, il intervient lorsque Kerenski, son avocat, qui sera en 1917 chef du gouvernement provisoire, veut le disculper ; envoyé au bagne, il demeure convaincu qu'en manifestant sa conviction devant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evgueni-alexeievitch-preobrajenski/#i_5263

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « meilleur disciple de Lénine » »  : […] Dans les luttes de succession qui s'ouvrent dès la disparition de Lénine (21 janvier 1924), Staline montre infiniment plus de volonté et de sens tactique que ses adversaires. Il joue à la perfection les uns contre les autres, s'alliant d'abord avec Zinoviev et Kamenev pour éliminer du jeu politique son adversaire le plus dangereux, Trotski. Une fois ce dernier affaibli, il renverse ses alliances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/#i_5263

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Socialisme et terreur (1934-1939) »  : […] Le 26 janvier 1934 s'ouvre le XVII e  congrès du parti, chargé de dresser le bilan du Grand Tournant. Plus encore que les précédents, ce congrès marque le triomphe de Staline. Le bureau politique, d'où les derniers opposants à la ligne stalinienne ont été écartés, est domestiqué ; les anciens opposants ralliés célèbrent unanimement la construction du socialisme grâce à la sagesse du guide Staline, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_5263

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre FRANK, « BOUKHARINE NICOLAS IVANOVITCH - (1888-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-ivanovitch-boukharine/