MYTHEÉpistémologie des mythes

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un savoir frontière

Toute l'entreprise d'une science des mythes va dans ce sens. De Müller à Lang, de Tylor à Kühn et à Decharme, les « pères fondateurs » de la mythologie-savoir ont les yeux fixés sur le monde grec. L'élément sauvage et absurde, reconnu soudainement dans les histoires familières de la mythologie policée, et dénoncé comme un scandale, reçoit la caution des anciens Grecs, qui ont été choqués, eux les premiers, par des récits attribuant à leurs dieux des choses – comme dit Max Müller – « qui feraient frissonner les plus sauvages des Peaux-Rouges ». Bien avant 1850, « des hommes pieux et réfléchis » se sont déclarés embarrassés par des récits sur la dévoration de Dionysos ou la castration d'Ouranos, et ils ont tenté « de s'expliquer à eux-mêmes des croyances étroitement liées à la religion et qui semblaient la négation de la religion comme de la moralité » (A. Lang, Mythes, cultes et religions, p. 13). De Xénophane à Platon, le sentiment religieux des Grecs, scandalisé par la mythologie, se trouve à l'origine des premières interprétations. Et quand la science des mythes inaugure son discours sur la mythologie scandaleuse, elle s'assure de reproduire les mots et les gestes des « hommes pieux et réfléchis » dans la Grèce des commencements.

En désignant comme précurseur de leur discours un philosophe tel que Xénophane de Colophon, les initiateurs de la science des mythes nous renvoient à ce monde grec d'où viennent, en effet, et le mot mythe et la chose déjà appelée mythologie, sinon même le sentiment de scandale dont semble solidaire l'appréhension d'un premier mythologique. Pour interroger l'interprétation en ses commencements – au moins dans l'ancienne Grèce –, il faut préalablement la délimiter par rapport à l'exégèse. De celle-ci nous dirons qu'elle est le commentaire incessant qu'une culture se donne de son symbolisme, de ses gestes, de ses pratiques, de tout ce qui la constitue comme système en action. L'exégèse prolifère du dedans ; c'est une parole qui nourrit la tradi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages






Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  MYTHE  » est également traité dans :

MYTHE - Approche ethnosociologique

  • Écrit par 
  • Pierre SMITH
  •  • 3 708 mots

L'existence des mythes est attestée dans toutes les sociétés étudiées ou même simplement abordées par les ethnologues, qu'il s'agisse des sociétés les moins évoluées sur le plan technologique ou des civilisations les plus complexes.À quoi reconnaît-on un mythe ? C'est d'abord un type particulier de récit dont le modèle a été donné par les histoires des dieux d […] Lire la suite

MYTHE - Mythos et logos

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 3 293 mots
  •  • 1 média

Avant l'âge classique de la Grèce, à l'âge qu'on appelle « archaïque », le mythos et le logos qualifié de hiéros ne s'opposent pas. L'un et l'autre semblent avoir désigné un « récit sacré » concernant les dieux et les héros. Les sanctuaires officiels et secrets possèdent chacun sa collection, transmis […] Lire la suite

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Traitant ici uniquement des problèmes qui concernent la philosophie, c'est-à-dire des problèmes de sens et de vérité, on laissera de côté les discussions contemporaines sur le mythe en anthropologie et en histoire comparée des religions, ainsi que les questions d' […] Lire la suite

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 130 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le cas des Warlpiri »  : […] Chasseurs-cueilleurs semi-nomades du désert Tanami (Territoire-du-Nord), les Warlpiri ont été sédentarisés de force dans les années 1950, obligés de vivre dans quatre réserves à la lisière du désert. Pour garder la mémoire des terres où ils n'avaient pas le droit de retourner, ils ont continué à raconter et célébrer par leurs récits les habitudes migratoires des animaux, les rythmes saisonniers de […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythe et raison »  : […] Ainsi s'énonce la question inaugurale qui commande l'enquête critique qui sous-tend l'ouvrage : pourquoi l'humanité, au lieu de s'engager dans des conditions vraiment humaines, a-t-elle sombré dans une nouvelle forme de barbarie ? Ou encore, pourquoi la raison, à vocation émancipatrice, s'est-elle inversée en son contraire, donnant naissance à des formes inédites de domination ? Il s'agit donc bi […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Premières mises en ordre »  : […] Parmi les sociétés traditionnelles, l'Inde a produit, par exemple, une théorie des « âges du monde », fondée à la fois sur la notion de décadence et sur celle de cycle. En Grèce, Hésiode narre dans sa Théogonie ( viii e - vii e  s. av. J.-C.) le récit des cinq « races » successives – d'or, d'argent, de bronze, des héros et de fer –, une tradition reprise ensuite par Platon, Virgile ou encore Ovid […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 812 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La recherche des îles »  : […] À partir du xv e  siècle, on ne se contente plus de rêver à ces îles : on part pour « aller les découvrir » : ainsi s'expriment généralement les contrats passés par les navigateurs avec le roi du Portugal. C'est l'époque où la navigation hauturière a fait son apparition, grâce à l'emploi, au lieu des lourdes naves méditerranéennes, de légères caravelles, petits voiliers à trois mâts combinant aux […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religion et pouvoir »  : […] Le pouvoir est sacralisé parce que toute société affirme sa volonté d'éternité et redoute le retour au chaos comme réalisation de sa propre mort. Dans les sociétés qui sont moins tournées vers la nature pour la dominer que liées à elle (y trouvant, à la fois, leur prolongement et leur reflet), la parenté du sacré et du politique s'impose avec force. Les principes qui règlent l'ordre du cosmos et […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl »  : […] C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificité de la mentalité qu'il nommait primitive et que nous appellerions plus volontiers aujourd'hui archaïque. Tandis que, pour l'animiste, les primitifs ont le même appareil intellectuel que nous, mais s'en servent […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « La philosophie des architectes, de Vitruve à Gropius »  : […] Architecture vient du grec archè , le commencement, le commandement, ou le principe, et de tektonikos , le charpentier ou le bâtisseur ; et, comme il advient souvent, la rencontre des deux mots infléchit le sens de chacun pour susciter une acception d'ensemble inattendue : l'archè fait de la « tecture » plus qu'une simple bâtisse. Archè est un supplément. Ce supplément implique-t-il, comme le veut […] Lire la suite

ATLANTIDE

  • Écrit par 
  • Marie-Rose MAYEUX
  •  • 539 mots

Île dont parle Platon dans le Timée et le Critias , l'Atlantide se serait située au-delà des colonnes d'Hercule (Gibraltar) et aurait été engloutie par un cataclysme gigantesque, que Le Politique tente d'expliquer par les révolutions astrales chères aux Anciens. Ces événements, dont Platon précise qu'ils se sont passés 9 000 ans auparavant, sont rapportés par Critias, qui les a entendus de son g […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 264 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La navigation chez les Aztèques »  : […] Dans la continuité de ces découvertes archéologiques, Alexandra Biar s’est spécifiquement intéressée aux embarcations et installations lacustres aztèques sur les lacs du bassin de Mexico. L’utilisation de documents historiques et archéologiques réunissant les données provenant à la fois de l’eau et de la terre lui a permis de « dynamiser » un paysage décrit par ses prédécesseurs, et de démontrer q […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

BACHOFEN JOHANN JAKOB (1815-1887)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 710 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l’école de l’Antiquité »  : […] Son autobiographie ( G.W. , I) évoque, en effet, les années d'études juridiques du jeune Bâlois à Berlin, à Göttingen, à Paris, à Cambridge, ses premiers travaux sur l'histoire du droit romain (1843), la fascination qu'ont exercée sur ce lecteur attentif de Winckelmann les œuvres d'art de l'Antiquité — au cours de fréquents séjours en Italie et en Grèce qui ont joué un rôle décisif dans la modific […] Lire la suite

SAUVAGE LE BON

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

On retrouve, dans la plupart des mythologies anciennes, la légende de l'âge d'or : les philosophes et les poètes grecs et latins, par exemple, ont souvent évoqué l'existence, dans des temps reculés et donc révolus, d'une humanité plus heureuse et plus juste ; plus près de nous, des générations de voyageurs et d'écrivains se sont plu à décrire des sociétés tout aussi étrangères aux institutions et […] Lire la suite

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « La démythologisation »  : […] Tout l'élément miraculeux des Évangiles n'est que mythologie. Il faut donc, non pas le démythifier (ce qui serait le supprimer, comme le fait l'athéisme), mais le démythologiser, c'est-à-dire l'interpréter. Le mythe est, en effet, une « formation de compromis » entre le divin et l'humain. L'intention profonde du mythe est juste : il veut nous parler de Dieu. Mais il en parle très mal : en dégrada […] Lire la suite

CASSIRER ERNST (1874-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 345 mots

Dans le chapitre « Mythe et religion »  : […] Après avoir, dans Essai sur l'homme , appliqué à la forme culturelle qu'est le mythe, mieux, aux contenus mythiques livrés par l'ethnologie, les critères de la critique kantienne : espace, temps, nombre, Cassirer en dégage l'objectivité spécifique. L'objet mythique n'est pas – comme l'objet scientifique – un point de référence connu par ses relations ; il possède au contraire une valeur substantie […] Lire la suite

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les origines de Rome : mythe et réalité »  : […] Les origines de Rome font l’objet d’une légende rapportée par des sources tardives. Selon cette tradition, Rome est fondée en 753 par Romulus, fils du dieu Mars et descendant par sa mère d’Énée, prince troyen venu s’installer en Italie après la destruction de sa cité. L’archéologie confirme l’apparition d’une occupation dense du site au milieu du viii e  siècle avant J.-C. Située dans le Latium ( […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel DETIENNE, « MYTHE - Épistémologie des mythes », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-epistemologie-des-mythes/