Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MYTHE Approche ethnosociologique

Les mythes et la société moderne

Si la fonction des mythes est bien celle qu'on vient de désigner, elle est évidemment universelle et rien ne permet de supposer que notre civilisation puisse se dispenser de mythes ou de leur équivalent. Deux remarques cependant s'imposent. En premier lieu, dans la mesure où la fonction des mythes est liée à l'adhésion qu'on leur accorde, on est enclin à ne jamais reconnaître comme mythes que les mythes des autres. Au sein d'une civilisation aussi complexe que la civilisation industrielle, des sous-groupes peuvent certes relativiser la position d'autres sous-groupes en les accusant de s'abandonner à des mythes ; ainsi le marxiste face au chrétien, l'artiste face à l'homme d'affaires, une génération face à une autre, et réciproquement. Mais, pour découvrir ce qu'est le travail des mythes dans son propre esprit, il faut automatiquement faire référence à d'autres mythes, fût-ce celui de la « science ». En second lieu, les mythes s'insèrent toujours dans un système de genres oraux ou écrits qui diffère selon les cultures et qui influe sur la forme particulière qu'y prennent les mythes eux-mêmes. Les sociétés qui se conçoivent comme immuables et ne retiennent rien de leur histoire auront une mythologie dont l'axe se situe autrement que dans une société où l'histoire est mise au premier plan. Tous les genres, aussi bien les genres littéraires comme le conte, la poésie ou le théâtre, que l'histoire ou la philosophie, entretiennent un rapport direct avec les mythes qui façonnent les significations dont ils sont porteurs. Dans la civilisation industrielle, les récits de la Bible et des Évangiles, mais aussi l'Histoire en général telle qu'elle est utilisée dans l'éducation ou pour expliquer ou justifier des choses actuelles, sont des mythes qui ont bien ce caractère de récits dont l'intérêt réside dans la cohérence qu'on y suppose et le crédit qu'on leur accorde. Il est probable que la fonction des mythes puisse être assumée non seulement par des récits se référant nécessairement à un passé supposé réel et façonné d'une certaine manière, mais aussi par des modèles axés sur le futur tels qu'en proposent certaines philosophies politiques ou certaines visions scientifiques. L'idée de progrès, par exemple, commence déjà à prendre à nos yeux tous les caractères d'un mythe, c'est-à-dire que nous nous en dégageons pour lui en substituer d'autres, celui de la relativité peut-être. La science elle-même, dès qu'on la conçoit comme un tout cohérent et qu'on en tire des modes de représentation et de comportement, joue le rôle d'un mythe : ce qu'on appelle la vérité, fût-elle scientifique, n'est sans doute rien d'autre qu'un effet de signification et la signification elle-même le produit des mythes.

— Pierre SMITH

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre SMITH. MYTHE - Approche ethnosociologique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ABORIGÈNES AUSTRALIENS

    • Écrit par
    • 7 150 mots
    • 5 médias
    ...les signes totémiques de son itinéraire ancestral, afin que se maintienne l'environnement et tous ses liens avec les espèces vivantes et les humains. Les longues épopées mythiques, qui racontent la formation du paysage et l'instauration des règles sociales et religieuses, constituent ce que les Warlpiri...
  • ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

    • Écrit par
    • 7 899 mots
    • 1 média
    ...qui, en s'efforçant de maintenir intacte la « pureté » de la raison, recherche seulement les causes externes de sa destruction. Adorno et Horkheimer, loin de tenir de façon rassurante la raison à l'écart du mythe, en révèlent au contraire l'inquiétante proximité. À « l'impureté » de la raison – non à...
  • ÂGE ET PÉRIODE

    • Écrit par
    • 1 957 mots
    Parmi les sociétés traditionnelles, l'Inde a produit, par exemple, une théorie des « âges du monde », fondée à la fois sur la notion de décadence et sur celle de cycle. En Grèce, Hésiode narre dans sa Théogonie (viiie-viie s. av. J.-C.) le récit des cinq « races » successives – d'or,...
  • AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

    • Écrit par
    • 4 807 mots
    • 6 médias
    Pourquoi tant d'intérêt attaché à la recherche de ces îles, généralement désertes ? C'est là que la géographie légendaire venait se combiner à la géographie « savante » pour préciser un objectif asiatique : Antilia serait un relais sur la route de « Cipango aux toits d'or » (le Japon),...
  • Afficher les 91 références