MYÉLOGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Examen cytologique de la moelle osseuse, c'est-à-dire des cellules du tissu qui fabrique les cellules du sang. La moelle rouge des épiphyses des os longs et des os plats permet de produire 250 milliards de globules rouges par jour, 150 milliards de plaquettes et quelques dizaines de milliards de leucocytes polynucléaires. Cet organe a donc une très forte activité de production cellulaire.

Le myélogramme se pratique par ponction au moyen d'un trocart dans un os fertile. Les points de ponction généralement choisis sont le manubrium sternal et l'épine iliaque postérieure. La moelle est aspirée à la seringue, et le suc médullaire est étalé sur des lames de verre rapidement séchées. Ces frottis sont colorés comme des lames de sang. Cet examen ne renseigne pas sur le nombre absolu de cellules productrices, mais seulement sur les proportions des différentes catégories de cellules médullaires (cf. tableau des valeurs moyennes constatées chez un sujet normal).

La ponction donne aussi une information sur la dureté de l'os. L'étalement montre si la moelle est riche en cellules ou non. Le myélogramme proprement dit fera le décompte de ces cellules. Les cellules de la moelle appartiennent essentiellement aux trois lignées myéloïdes. La lignée érythroblastique fournira après maturation le réticulocyte et le globule rouge. La lignée granulocytaire produira des polynucléaires (neutrophiles, éosinophiles et basophiles). La lignée mégacaryoblastique sera à l'origine des plaquettes. Enfin, d'autres cellules non myéloïdes sont présentes : myélocytes, plasmocytes et monocytes. Des cellules très peu différenciées ou cellules-souches sont parfois reconnues, et elles doivent être à l'origine des lignées myéloïdes. Généralement, les cellules les plus mûres sont les plus nombreuses. La rupture de cet équilibre avec un excès de formes jeunes suggère un trouble de maturation. Par exemple, lors de leucémie aiguë, les cellules jeunes (blastes) sont majoritaires.

Afin de mieux interpréter le myélogramme, il est parfois utile d'avoir une biopsie médullaire qui permet un examen histologique. La richesse médullaire est alors mieux appréciée, et le degré de fibrose médullaire est facilement évalué.

—  Laurent DEGOS

Écrit par :

  • : professeur agrégé à l'université de Paris-VII, Institut de recherches sur les maladies du sang, hôpital Saint-Louis

Classification


Autres références

«  MYÉLOGRAMME  » est également traité dans :

CHROMOSOME PHILADELPHIE

  • Écrit par 
  • Laurent DEGOS
  •  • 430 mots

L'anomalie chromosomique dénommée chromosome Philadelphie (ou chromosome Ph1), en raison de sa découverte dans cette ville par Nowell et Hungerford en 1960, représente une amputation au niveau du bras long du chromosome 22, approximativement en son milieu. Il s'agit en fait d'un défaut plus complexe puisque la partie ainsi amputée est retrouvée sur un autre chromosome, le plus souvent sur le chrom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromosome-philadelphie/#i_80751

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hématologie cellulaire »  : […] L'hématologiste, entre tous les médecins, jouit d'un remarquable privilège. Il peut à tout moment, en prélevant une goutte de sang, examiner le tissu dont il a charge de prévenir ou de corriger les variations. Ce privilège est singulier. Pour le rein, pour le foie, des prélèvements ne peuvent être faits qu'une fois, deux fois. Pour le cerveau, pour le cœur, ce type d'exploration reste exceptionnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_80751

IMMUNOPATHIES

  • Écrit par 
  • Jean-François BACH, 
  • Jean-Claude BROUET, 
  • Claude GRISCELLI, 
  • Pierre VERROUST, 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 11 761 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déficit quantitatif de la lignée granulocytaire »  : […] Les neutropénies congénitales, neutropénies et agranulocytoses représentent un groupe d'affections génétiques ou constitutionnelles de mécanisme et de pronostic variables. La symptomatologie se résume souvent à des infections bactériennes de localisation O.R.L., pulmonaire, et cutanées surtout. Les hémogrammes et le myélogramme permettent de distinguer cinq principales situations : –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunopathies/#i_80751

LEUCÉMIES

  • Écrit par 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 5 011 mots

Dans le chapitre « Leucémies aiguës »  : […] Elles sont caractérisées par une prolifération incontrôlée de précurseurs immatures des globules blancs. Elles affectent les deux sexes et toutes les tranches d'âge, avec une fréquence différente d'une région du monde à l'autre. La maladie se révèle, après une période marquée par des signes insidieux ou banals pendant plusieurs semaines, par deux types de symptômes. Les uns dépendent de la diminu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucemies/#i_80751

Pour citer l’article

Laurent DEGOS, « MYÉLOGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/myelogramme/