SPLÉNOGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étude cytologique des éléments de la rate après une ponction splénique. Le risque non négligeable de rupture splénique et la variété des autres moyens de diagnostic justifient de limiter l'indication du splénogramme à certains cas particuliers. La ponction de la rate se fait avec une aiguille fine, en piquant et retirant rapidement l'aiguille, la respiration du patient étant bloquée. On ne fait pas d'aspiration du suc splénique avec la seringue. Les cellules emprisonnées dans l'aiguille pendant la ponction sont éjectées de la seringue sur une lame de verre pour réaliser un frottis qu'on examine après coloration.

Avant et après cet examen, il faut s'entourer de précautions : il convient de vérifier que le sujet ne souffre pas de troubles de la coagulation sanguine, et le patient ne doit pas sortir de son lit pendant les vingt-quatre heures qui suivent la ponction ; on le soumet à une surveillance stricte de la tension artérielle et du pouls.

La rate étant un organe lymphoïde très vascularisé, le frottis obtenu a une formule proche de celle de l'adénogramme avec quelques éléments sanguins : lymphocytes (90 p. 100), polynucléaires (5 p. 100) et quelques lymphoblastes, plasmocytes ainsi que des cellules réticulaires, plus nombreuses que les précédentes.

Lors d'atteinte sarcomateuse, on retrouve les cellules malignes au splénogramme. C'est surtout la présence de cellules jeunes myéloïdes normalement présentes dans la moelle qui apporte un élément diagnostic en indiquant alors une métaplasie myéloïde de la rate, souvent le reflet d'un syndrome myéloprolifératif. Cependant, cette métaplasie myéloïde peut aussi être reconnue par des méthodes isotopiques sans ponction splénique.

—  Laurent DEGOS

Écrit par :

  • : professeur agrégé à l'université de Paris-VII, Institut de recherches sur les maladies du sang, hôpital Saint-Louis

Classification


Autres références

«  SPLÉNOGRAMME  » est également traité dans :

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hématologie cellulaire »  : […] L'hématologiste, entre tous les médecins, jouit d'un remarquable privilège. Il peut à tout moment, en prélevant une goutte de sang, examiner le tissu dont il a charge de prévenir ou de corriger les variations. Ce privilège est singulier. Pour le rein, pour le foie, des prélèvements ne peuvent être faits qu'une fois, deux fois. Pour le cerveau, pour le cœur, ce type d'exploration reste exceptionnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_80576

Pour citer l’article

Laurent DEGOS, « SPLÉNOGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/splenogramme/