ALÉATOIRE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le hasard chez John Cage

L'aléatoire est au centre de la musique de John Cage. Le compositeur avait déjà expérimenté le hasard des sonorités avec son piano préparé (Concerto pour piano préparé et orchestre de chambre, 1951) en insérant des corps étrangers (gommes, écrous, vis, clous, papier...) à l'intérieur des cordes du piano afin d'en modifier la hauteur et le timbre.

John Cage

Photographie : John Cage

Photographie

Le compositeur américain John Cage (1912-1992) en 1966. Il eut une forte influence sur la danse et la musique d'avant-garde. Il inventa le piano préparé en plaçant entre les cordes divers objets destinés à modifier le timbre de l'instrument. 

Crédits : H V Drees/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Mais il y a prolifération chez Cage des techniques de hasard. Pour lui, libérer la musique consistait à la faire sortir de la forme fixe et, surtout, à accepter le son comme un organisme autonome, le laisser se déployer en dehors de toute considération logique ou esthétique car les sons préexistent dans la nature et le rôle du compositeur est précisément de les libérer.

L'aléatoire se situe autant au niveau de l'acte compositionnel que dans l'immense liberté laissée à l'interprétation. Le Concerto pour piano et orchestre (1958) n'a ainsi pas de durée définie : le chef décide lui-même du temps de l'exécution, il a la possibilité d'accélérer, de ralentir ou de suspendre le temps avec des gestes ; en face des musiciens qui sont en position d'attente, le chef donne des signes ; ces musiciens adoptent des positions d'attente en fonction de ces signes. Dans cette pièce le chef décrit des cercles avec ses bras ; il décide par exemple de décrire un quart de cercle en quinze secondes, fournissant ainsi des points de repère, mais il peut également choisir de ralentir ou d'accélérer son mouvement, ce qui perturbe le temps des événements choisis par les musiciens. Ceux-ci ont des choix à effectuer à l'intérieur même de leur partition. L'indétermination ou l'aléatoire de ce concerto – qui se compose de quatre-vingt-deux parties d'instrumentistes et dont chaque partie comprend seize pages et chaque page huit portées – réside dans le fait que chacun des musiciens décide de jouer tel nombre de pages ou de portées de sa partie. Le compositeur ou le chef n'interviendront pas sur ce choix. Il en rés [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Pierre Boulez.

Pierre Boulez.
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Luciano Berio

Luciano Berio
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Karlheinz Stockhausen

Karlheinz Stockhausen
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

John Cage

John Cage
Crédits : H V Drees/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Autres références

«  ALÉATOIRE MUSIQUE  » est également traité dans :

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 385 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution de l'atonalité »  : […] On peut discerner trois périodes principales dans l'évolution des musiques dites atonales. Dans la première, qui s'étend de 1908 environ (année où Schönberg commence à écrire ses Quinze Poèmes sur le Livre des jardins suspendus de Stefan George op. 15) à 1923 (année d'achèvement des Cinq Pièces pour piano op. 23), on peut considérer que le principe de la tonalité classique s'est trouvé complètem […] Lire la suite

BROWN EARLE (1926-2002)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 846 mots

Associé de John Cage – aux côtés de Morton Feldman, David Tudor et Christian Wolff –, le compositeur américain Earle Brown, pionnier de la notation graphique et des formes ouvertes, est un des plus remarquables représentants de la mouvance expérimentale new-yorkaise des années 1950. Earle Appleton Brown, Jr. naît le 26 décembre 1926 à Lunenburg, ville du Massachusetts située près de Boston. Passio […] Lire la suite

CAGE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 669 mots

5 septembre 1912 John Milton Cage, Jr., naît à Los Angeles. 1938 John Cage entame ses recherches sur le piano préparé à la Cornish School of the Arts de Seattle. 1939 John Cage compose Imaginary Landscape n o  1 , qui constitue l'acte de naissance de la « musique électronique vivante » ( live electronic music ), et First Construction (in Metal) , pour sextuor de percussions. 1940 John Cage com […] Lire la suite

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composition et invention des formes »  : […] Les schèmes formels, dont certains viennent d'être commentés, s'appliquent surtout à la construction de la musique pure. Il faut alors remarquer que les compositeurs ont toujours pris, à leur égard, une liberté proportionnelle à leur imagination, tout en les conservant comme une sorte de référence permanente ; ils sont, en réalité, mal adaptés à une expression qui n'est pas exclusivement musicale […] Lire la suite

COWELL HENRY DIXON (1897-1965)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 590 mots

Dans le chapitre « De nouvelles ressources musicales »  : […] Henry Cowell se fait l'ardent défenseur de la jeune musique américaine en déployant une intense activité de pédagogue et d'organisateur. En 1925, il fonde la New Music Society of California ; en 1927, il crée la revue New Music , dévolue exclusivement à l'édition de partitions contemporaines ; il fonde également, en 1934, une firme de disques, New Music Quarterly Recordings. Il préside de 1929 à 1 […] Lire la suite

DONATONI FRANCO (1927-2000)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 984 mots

Dans le chapitre « L’aléatoire comme renoncement »  : […] On peut distinguer plusieurs phases dans le parcours original de ce compositeur. Son langage musical s'apparente d'abord à ceux de Stravinski ou de Bartók ( Composizione in quattro movimenti , pour piano, 1955). Puis il s'oriente vers une musique qui, outre quelques principes d'inspiration sérielle, incorpore le hasard, lié à une symbolique fort personnelle dans le jeu des nombres ; l'influence d […] Lire la suite

FÉNELON PHILIPPE (1952- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 181 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Repenser les genres »  : […] Né le 23 novembre 1952 à Suèvres (Loir-et-Cher), Philippe Fénelon commence ses études musicales à l'âge de huit ans, d'abord en leçons particulières puis au conservatoire d'Orléans, où il reçoit une formation traditionnelle : piano, histoire de la musique, harmonie. Dès l'âge de seize ans, il compose. À dix-sept ans, en 1970, il accomplit son premier pèlerinage au festival de Bayreuth : « J'ai vu […] Lire la suite

GAGNEUX RENAUD (1947-2018)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 645 mots

Né à Paris le 15 mai 1947, le compositeur français Renaud Gagneux étudie le piano avec Alfred Cortot (1961-1962) ; puis, entre 1966 et 1972, il est l'élève, pour la composition, de Dutilleux à l'École normale de musique de Paris, de Stockhausen à Cologne, de Jolivet et de Messiaen au Conservatoire national supérieur de Paris. Enthousiasmé par l'ouverture et la liberté incluses dans les principes f […] Lire la suite

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 112 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Improvisation et aléa »  : […] Dans les années cinquante, en Amérique, Earle Brown, Morton Feldman, John Cage brisent le concept d'œuvre envisagée comme objet d'art « fini », déterminée par le contrôle « absolu » du compositeur sur l'écriture. L'indétermination va contaminer jusqu'à l'acte même de création. Ainsi, la responsabilité face au résultat sonore, face à la partition écrite se voit remise en question et, avec elle, la […] Lire la suite

LUTOSŁAWSKI WITOLD (1913-1994)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 021 mots

La carrière de Lutosławski s'identifie avec une page de l'histoire de son pays, la Pologne, et s'inscrit dans près d'un demi-siècle de totalitarisme dont il a dû s'accommoder avant de devenir le chef de file de l'une des écoles de composition les plus originales et les plus novatrices de la seconde moitié du xx e  siècle. Il naît à Varsovie le 25 janvier 1913 et commence à étudier le piano dans so […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « ALÉATOIRE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-aleatoire/