MUR-RIDEAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il y a toujours eu des murs-rideaux, c'est-à-dire des séparations non porteuses, au moins depuis les maisons japonaises et la cathédrale de Chartres (avec ses vitraux). Cependant la notion de mur-rideau telle qu'elle est employée actuellement signifie exclusivement : mur extérieur non porteur (la plupart du temps fixé comme une plaque à des poutres qu'il cache), dont la seule fonction est de protéger un espace du milieu extérieur. Ces murs-rideaux, souvent faits actuellement en verre (ils restent rideaux cependant, car le verre est teinté) et composés d'éléments modulaires répétés, sont devenus comme un tic de la modernité.

Le mur-rideau contemporain est annoncé au moins par les bâtiments à poutres d'acier de Le Baron Jenney, et par ceux de Perret en béton armé ; il est le produit du développement de l'industrie métallurgique, mais aussi de la production du verre et notamment de la croissance progressive de la solidité et de la grandeur de la surface des plaques de verre. Son but, essentiellement économique (finesse, pour une plus grande surface au sol, légèreté, pour une plus grande disponibilité de la construction en hauteur), allait être théorisé par Gropius (qui construit les usines Fagus à Alfeld-an-der-Leine en 1911 et le Bauhaus de Dessau en 1925-1926), par Le Corbusier (pavillon suisse de la Cité universitaire, Paris, 1930-1932) et par Jean Prouvé (maison du peuple de Clichy, 1937-1939) ; on sait quelle fortune le mur-rideau a connue aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, à la suite des constructions de Mies Van der Rohe.

Mais la fortune du mur-rideau est peut-être suspecte. Pour Gropius, Le Corbusier ou Prouvé, ce n'était pas un revêtement de façade destiné à cacher une structure (qui était bien visible, en transparence) et à donner une teinte de modernisme. S'il n'est pas un élément porteur, il joue un rôle et doit s'articuler à l'ensemble : on [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MUR-RIDEAU  » est également traité dans :

BUNSHAFT GORDON (1909-1990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 367 mots

Architecte américain, né le 9 mai 1909 à Buffalo, dans l'État de New York, mort le 6 août 1990 à New York. Après avoir étudié à l'Institut de technologie du Massachusetts, Gordon Bunshaft voyage et poursuit sa formation en Europe et en Afrique du Nord grâce à une bourse. En 1937, il commence à travailler à l'agence qui prendra le nom de Skidmore, Owings & Merrill (S.O.M.) en 1939 et y restera qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gordon-bunshaft/#i_12095

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le constructivisme en dehors de l'U.R.S.S. »  : […] Parallèlement aux nouvelles initiatives russes la notion de « structure » apparaît dès 1914 dans les projets de Le Corbusier (Maison Dom-Ino). Il définit clairement une nouvelle conception de l' architecture}. Libérée de la masse pesante du « bâtiment », elle devient une « construction », déterminée uniquement par une structure intérieure et des murs-rideaux. Comme chez Tatline et Gabo, ce n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme/#i_12095

HABITAT - L'habitat contemporain

  • Écrit par 
  • Georges CANDILIS, 
  • Pierre PIGANIOL
  •  • 8 145 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands immeubles »  : […] Bien que ce phénomène ne soit pas en général perçu par les citadins, les techniques modernes permettent une construction beaucoup plus rapide et plus économique des grands immeubles. Les progrès concernant les matériaux ont été ici aussi un facteur important, mais l'amélioration des techniques d'organisation des chantiers y a joué également un rôle de premier plan. Le chantier devient en fait une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitat-l-habitat-contemporain/#i_12095

INDUSTRIALISATION DE L'ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 2 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « mécano » léger »  : […] Les techniques de préfabrication lourde ont semblé à certains architectes et ingénieurs une caricature de l'industrialisation du bâtiment : le coulage de panneaux en béton est une opération relativement primaire et les produits qui en sont issus sont peu élaborés. Pour Jean Prouvé, l'industrialisation suppose l'emploi d'une technologie évoluée et ne peut progresser que grâce aux matériaux « noble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrialisation-de-l-architecture/#i_12095

PROUVÉ CLAUDE (1929-2012)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 1 036 mots

Né à Nancy en 1929, dans une famille d'artistes dont le nom est attaché, depuis l'Art nouveau, au prestige culturel de la capitale lorraine, Claude Prouvé exprime très tôt sa passion pour la peinture et pour l'architecture. Enfant, il se plonge dans les Cahiers d'Art , la revue de Christian Zervos à laquelle il doit, dit-il, sa « première initiation artistique, en noir et bla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-prouve/#i_12095

PROUVÉ JEAN (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « Construire en tôle d'acier »  : […] C'est sa collaboration avec Eugène Beaudouin et Marcel Lods qui permettra à Jean Prouvé d'accomplir pleinement sa vocation de constructeur. Un état d'esprit industriel est né du vaste chantier de Drancy auquel participe aussi l'ingénieur russe Vladimir Bodiansky. Les quatre hommes se retrouvent pour la réalisation de l'aéro-club Roland-Garros à Buc (1935-1936) et pour la maison du peuple de Clich […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-prouve/#i_12095

TOURS DE GRANDE HAUTEUR ou GRATTE-CIEL

  • Écrit par 
  • Élisabeth PÉLEGRIN-GENEL
  •  • 6 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naissance du gratte-ciel »  : […] C'est à la fin du xix e  siècle que les constructions de grande hauteur quittent le domaine du sacré pour le profane. Un concours de circonstances favorise la naissance des gratte-ciel à Chicago : un violent incendie détruit la ville en 1871 et tout est à reconstruire. La mise au point de l'ascenseur par Elisha Graves Otis en 1857 et la maîtrise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-de-grande-hauteur-gratte-ciel/#i_12095

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « MUR-RIDEAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mur-rideau/