MORTLes sociétés devant la mort

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les croyances apaisantes

Mort-apparence et mort-renaissance

Un des procédés les plus efficaces pour contester les effets annihilants de la mort est d'en faire une néantisation de l'apparence sensible seulement, c'est-à-dire de l'individu. La mort devient alors la médiation de l'individu vers le collectif, considéré dans ce qu'il a de plus solide, la communauté des ancêtres. On pourrait même, dans une perspective de psychanalyse jungienne, se demander si la communauté des ancêtres ne serait pas la forme transcendée, hypostasiée, de la conscience du groupe, une projection dans l'utopie (monde idéal) du désir qu'a le groupe de perdurer sans fin. Encore qu'il faille, à ce niveau, reprendre la distinction entre les ancêtres récents, toujours nommés, susceptibles de se réincarner ou de renaître dans leurs petits-enfants, et les ancêtres lointains, généralement anonymes, si l'on excepte les grands fondateurs. Les « morts-renaissants » reflètent plus directement une dénégation de la mort.

Ainsi entendue, la mort se définit comme transition, passage, changement d'état ; elle est encore épreuve initiatique (pour le défunt qui, cheminant dans l'au-delà, doit vaincre des difficultés multiples et s'efforcer de mériter son statut d'ancêtre) ou, si l'on préfère, renaissance ; enfin, elle devient condition de renouvellement (le vieillard impotent pourra se réincarner dans un enfant) et source de fécondité (mort rituelle de l'animal à fin religieuse ; sacrifice humain, crucifixion du Christ). Tant il est vrai que nous sommes, comme l'a montré Jung, en présence d'un archétype universel qui structure la pensée archaïque (Malaisie, Polynésie, Amérique indienne, Eskimo), hante la conscience onirique, enrichit la création littéraire ou artistique (thèse de M. Guiomar) et donne un sens aux pratiques de l'occultisme, du spiritisme et de la liturgie chrétienne d'aujourd'hui.

De la mort-négation à la négation de la mort

La mort, en tant que négation totale de l'être, n'était pas ignorée des populations archaïques qui, toutefois, semblaient y voir une sanction, la plus grave de toutes. Elle frappait soit des individus coupables par exemple de sorcellerie, soit des sujets qui avaient subi une « mauvaise mort », c'est-à-dire une mort non conforme aux exigences de la coutume (mort par noyade ou par l'effet de la foudre, et, notamment en Afrique, mort d'une femme en couches), soit les personnes qui, n'ayant pas d'enfant pour sacrifier après leur décès, ne sont pas parvenues à intégrer le monde des anciens (Afrique, Chine, Insulinde), voire, enfin, les individus des classes inférieures (ancienne Égypte). Il importe, toutefois, de ne pas confondre absence de demeure des morts avec mort-annihilation : en effet, si les Kamba du Kenya abandonnent les cadavres, ils n'en croient pas moins que les esprits des défunts s'installent dans les figuiers sauvages, et l'on ne manque pas, le cas échéant, de les y honorer ; il arrive même qu'on leur construise de minuscules huttes afin qu'ils puissent échapper aux intempéries.

De la mort, négation intégrale de l'être, à la négation de la mort, il n'y avait qu'un pas que certains penseurs de l'Antiquité occidentale ont franchi. Aucune philosophie n'a poussé aussi loin que celle d'Épicure la négation de la mort puisque, pour lui, la mort n'est rien. Réunissant le matérialisme de Démocrite et l'hylozoïsme, Épicure réduit l'univers à une collection d'atomes indivisibles et éternels, mais différents de taille et de poids. L'âme humaine, qui n'est rien d'autre qu'une rencontre fortuite d'atomes plutôt ronds et siégeant dans la poitrine, ne saurait donc, tout comme le corps, prétendre à une quelconque immortalité. Second point important, la crainte de la mort est injustifiée : « Familiarise-toi avec l'idée que la mort n'est rien pour nous, car tout bien et tout mal résident dans la sensation ; or, la mort est la privation consciente de cette dernière. Cette connaissance certaine que la mort n'est rien pour nous a pour conséquence que nous apprécions mieux les joies que nous offre la vie éphémère parce qu'elle n'y ajoute pas une durée illimitée mais nous ôte, au contraire, le désir d'immortalité [...]. Ainsi, celui des maux qui fait le plus frémir n'est rien pour nous, puisque, tan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Le monde des morts

Le monde des morts
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Mobilier funéraire, art égyptien, Moyen Empire

Mobilier funéraire, art égyptien, Moyen Empire
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'U.E.R. des sciences sociales de l'université de Paris-V.

Classification

Autres références

«  MORT  » est également traité dans :

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

« Je trouve bon qu'on n'approfondisse pas l'opinion de Copernic : mais ceci !... Il importe à toute la vie de savoir si l'âme est mortelle ou immortelle. » L'insistance de Pascal marque symboliquement le tournant d'une philosophie de la mort, puisque l'existentialisme mod […] Lire la suite

ABYDOS

  • Écrit par 
  • Christiane M. ZIVIE-COCHE
  •  • 2 685 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les origines d'Abydos remontent aux époques les plus anciennes de l'histoire égyptienne puisqu'on y a trouvé des tombes ou cénotaphes des rois des deux premières dynasties, qualifiées de « thinites » par Manéthon. En fait, des traces de la période prédynastique, dite de Nagada, y ont également été mises en évidence. Le rôle dévolu, durant les deux premières dynasties, à chacune des deux cités, Aby […] Lire la suite

ANUBIS

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 494 mots
  •  • 4 médias

Le dieu adopte la forme d’un canidé noir couché sur une chapelle ou ce qui en tient lieu, avec une bandelette autour du cou. Anubis prend aussi l’apparence d’un homme à tête de chien ou de chacal . Le nom du dieu, « Inpou », évoque un jeune chien. Anubis fut particulièrement adoré dans le dix-septième nome de la Haute-Égypte, nome sur lequel on a conservé un intéressant document de topographie re […] Lire la suite

ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)

  • Écrit par 
  • Hervé KEMPF
  •  • 1 309 mots

Philippe Ariès naît le 21 juillet 1914 à Blois (Loir-et-Cher). Ce lieu de naissance n'est qu'une étape dans la carrière de son père, ingénieur en électricité, qui va le conduire à Paris à partir de 1920. Mais le berceau de la famille est ailleurs : au xviii e siècle, les ancêtres ont émigré du Comminges vers la Martinique, avec Bordeaux pour port d'attache. Peu avant 1900, les parents de Philippe […] Lire la suite

ARRÊT CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 331 mots

On définit par arrêt cardio-circulatoire la suspension brutale de l'activité cardiaque efficace d'un sujet, chez qui tel événement n'était pas prévisible. Du point de vue médico-légal, l'arrêt cardiaque est synonyme de mort subite. Les causes les plus importantes d'arrêt cardio-circulatoire sont : les troubles aigus du rythme cardiaque survenant le plus souvent dans le contexte d'une maladie coron […] Lire la suite

AU ROYAUME DES OMBRES. LA PEINTURE FUNÉRAIRE ANTIQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Mathilde MAHÉ
  •  • 958 mots

L'exposition qui s'est tenue au musée de Saint-Romain-en-Gal - Vienne, du 8 octobre 1998 au 30 janvier 1999 –  Au royaume des ombres, la peinture funéraire antique  – visait à faire comprendre, à partir de documents archéologiques et iconographiques, le sens que pouvait revêtir la mort pour les Anciens, et la place qu'occupaient les défunts, ces « ombres » de l'imaginaire antique, dans la société […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et fuite du temps »  : […] Conscience d’être situé à mi-chemin de l’animalité et de la divinité, conscience de la mort dont l’homme ressent qu’elle est à la fois un privilège qui le situe au-dessus des bêtes et la source de son malheur, tout nous ramène, quand il s’agit du bonheur, à la question de la fuite du temps. Situer le bonheur dans la chaîne du temps semble le principal défi qu’ont dû relever les philosophes. En dép […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 182 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mythe de l'homme sauvage »  : […] Dans les différentes civilisations ou religions, il existe des croyances liées à la circulation des « âmes errantes », ou « âmes des morts », à un moment propice de l'année, celui qui facilite leur accession à l'univers qui leur est réservé, le monde éthéré ou céleste. C'est ainsi que Halloween, fête liée à la tradition celtique, se situe le 1 er  novembre, jour de la procession des âmes des mort […] Lire la suite

CHAMPS D'URNES CIVILISATION DES

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 578 mots

Définie par l'école archéologique allemande, la civilisation dite des « champs d'urnes » se caractérise par l'usage de la crémation et le dépôt des cendres du défunt dans des urnes rassemblées en de grandes nécropoles (d'où leur nom). Ce rite funéraire apparaît en Europe centrale à la fin de l'Âge du bronze moyen (soit au ~ xiii e  s.), se répand ensuite dans une partie de l'Europe occidentale et […] Lire la suite

CHARON

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 144 mots

Dans la mythologie grecque, fils de l'Érèbe et de la Nuit. Charon, le nocher des Enfers, avait pour tâche de faire traverser les marais de l'Achéron dans sa barque aux âmes des défunts qui avaient reçu une sépulture. En paiement, il prenait la pièce de monnaie placée dans la bouche des cadavres. Il lui était interdit de faire passer des vivants, et il fut enchaîné pendant toute une année pour avoi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-23 août 2011 Syrie. Intensification des pressions sur le régime

présenté le 18 devant le Conseil de sécurité à New York, adopte une résolution qui prévoit la création d'une commission d'enquête internationale sur les violences perpétrées par le régime syrien. Le 23 également, les pays de l'Union européenne annoncent l'adoption d'un nouveau train de sanctions contre la Syrie prévoyant un gel des avoirs et une interdiction de visas contre quinze nouvelles personnes et cinq sociétés proches du régime. […] Lire la suite

2-29 mars 1997 Albanie. Insurrection dans le sud du pays et mobilisation internationale

Leur exigence initiale d'être remboursés des pertes subies du fait de l'effondrement des sociétés financières « pyramidales » a peu à peu évolué, pour les plus organisés d'entre eux, vers des revendications plus politiques – démission de Sali Berisha et mesures de démocratisation – que l'accord ne satisfait que partiellement. Et l'opposition signataire de l'accord ne dispose d'aucun pouvoir sur les rebelles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis-Vincent THOMAS, « MORT - Les sociétés devant la mort », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/