VAINBERG MOISSEÏ SAMUILOVITCH ou MIECZYSŁAW (1919-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur russe d'origine polonaise Moisseï Vainberg apparaît comme l'héritier de la tradition russe allant de Sergueï Taneïev à Dmitri Chostakovitch, et incluant Alexandre Scriabine et Nikolaï Miaskovski. Mais la filiation tient plus à la compréhension profonde de l'éthique professée par ses aînés qu'à des emprunts directs à leurs techniques de composition.

Sous l'égide de Chostakovitch

Né dans une famille juive polonaise le 8 décembre 1919 à Varsovie, où son père est compositeur et violoniste, Moisseï Samuilovitch Vainberg tint, au soir de sa vie, à reprendre le prénom de Mieczysłlaw, qui marque ses origines (dans les pays anglo-saxons, son patronyme est généralement écrit Weinberg ou Vaynberg). À l'âge de douze ans, il est admis dans la classe de piano de Józef Turczyński au Conservatoire de Varsovie. Il passe son diplôme de fin d'études en juin 1939. L'invasion allemande l'oblige à fuir en Ukraine, et il se réfugie d'abord à Minsk, où il suit pendant deux années la classe de composition de Vassili Andreïevitch Zolotarev (1872-1964), qui avait été lui-même élève de Balakirev et de Rimski-Korsakov. Les membres de sa famille, restés à Varsovie, sont brûlé vifs par les nazis. L'attaque allemande contre l'U.R.S.S. le fait fuir encore plus à l'est et il se retrouve à Tachkent, en Ouzbékistan (1941-1943), en tant que répétiteur à l'Opéra. Il rédige la première (1942) de ses dix-neuf symphonies et en envoie copie à Chostakovitch qui, à sa lecture, le fait inviter à venir travailler auprès de lui à Moscou. Le maître et l'élève deviennent amis, jouent de temps en temps ensemble à deux pianos (première de la réduction de la Symphonie no 10 de Chostakovitch), s’entraident et s'influencent l'un l'autre. La sympathie profonde que Chostakovitch porte à son cadet peut tenir à leurs [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-É. BARBIER, « VAINBERG MOISSEÏ SAMUILOVITCH ou MIECZYSŁAW (1919-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moissei-samuilovitch-vainberg/