HUSSEINI MOHAMMED AMINE EL- (1897-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mohammed Amine el-Husseini est né à Jérusalem. Très jeune, il apprend le français, alors première langue étrangère enseignée et parlée dans l'Empire turc. Il fait des études supérieures de théologie à l'université al-Azhar au Caire. Mobilisé dans l'armée ottomane comme officier, à la fin de la Première Guerre mondiale, il commence sa lutte contre la Grande-Bretagne, puissance mandataire en Palestine, dès son retour dans son pays.

Il prend la direction du mouvement national qui a pour objectif l'indépendance et l'opposition à la déclaration Balfour. Condamné à dix ans de travaux forcés par contumace pour rébellion, el-Husseini se réfugie en Transjordanie puis en Syrie.

Nommé mufti en 1921, élu en 1922 président du Conseil supérieur islamique, il poursuit la réforme de l'administration judiciaire et du régime des wakf. En 1931, il réunit à Jérusalem le premier Congrès islamique mondial qui se prononce pour la continuation de la lutte contre l'établissement d'un État hébreu.

Pendant de nombreuses années, parcourant le monde et rencontrant les chefs politiques de l'époque, il défend le point de vue arabe sur la Palestine. Il arbitre à la tête de la délégation arabe le conflit entre l'Arabie Saoudite et le Yémen.

En 1937, el-Husseini s'enfuit de nouveau pour échapper aux autorités britanniques. Après avoir séjourné au Liban et à Bagdad, il quitte l'Irak en 1941 pour l'Iran. La Turquie refusant de le recevoir, il se rend alors en Europe et séjourne en Allemagne où il obtient asile. Dans ce pays il continue son activité politique, combattant la Grande-Bretagne par des déclarations publiques et notamment en prenant la parole à la radio. À la fin de la guerre, il vient en France et est assigné à résidence près de Paris. Il quitte clandestinement la France pour s'installer en Égypte, puis au Liban.

Le grand mufti ne cesse, de 1946 jusqu'à sa mort, d'être l'âme de la revendication palestinienne la plus radicale, réclamant la restitution du pays aux Arabes. Par son action nationale et internationale, il réussit, le premier, à porter le problème palestinien au premier rang des préoccupations des grands États.

—  Jean-Louis AUJOL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUSSEINI MOHAMMED AMINE EL- (1897-1974)  » est également traité dans :

JÉRUSALEM

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF, 
  • Gérard NAHON
  •  • 6 847 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Jérusalem, la « trois fois sainte » »  : […] Judaïsme, christianisme et islam associent Jérusalem à l'origine du monde créé : la cité est le nombril du monde, l'axe majeur de l'univers. Cette sacralité partagée s'est déclinée selon des modalités différentes sur le plan spirituel. Pour le judaïsme, Jérusalem devint le centre cultuel après l'édification du Temple de Salomon ( x e  siècle avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerusalem/#i_97649

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 326 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Les évolutions décalées de l'entre-deux-guerres »  : […] Les années 1920 infléchissent le destin du Moyen-Orient dans des sens divergents selon que l'on considère les États arabes, pour la plupart soumis à la tutelle étrangère, ou les pays non arabes (Turquie, Iran, Afghanistan) qui parviennent à imposer leur indépendance et choisissent la voie d'une modernisation autoritaire. La renaissance turque est sans doute la plus vigoureuse. Elle se nourrit d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_97649

Pour citer l’article

Jean-Louis AUJOL, « HUSSEINI MOHAMMED AMINE EL- - (1897-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-amine-el-husseini/