MIRACLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théologiens, l'explication naturelle et la foi chrétienne

Un quatrième pas est accompli, un quatrième pas qui est un écart. Lorsque la curiosité dévie et recherche le sensationnel, lorsque l'anxiété l'emporte sur la foi et qu'elle réclame des preuves tangibles, contraignantes ; surtout, lorsqu'un rationalisme naissant (et mal compris) s'emploie à discriminer ce que la nature peut ou ne peut pas produire d'elle-même, l'idée de miracle sombre dans l'équivoque ; pis, elle tombe hors de son champ. On quête le prodigieux, l'extraordinaire, l'exceptionnel pour des motifs de satisfaction, de vanité ou d'insécurité égocentriques, et on se met à l'apprécier selon des critères qui n'ont rien de religieux.

On s'efforce, par exemple, de mesurer en quoi l'événement, dans sa facture empirique, ne peut être dit naturel ou humain. On se livre à une analyse dont on n'a guère les moyens, à une analyse de puissance et d'efficience, pour conclure, selon les cas, qu'une cause banale suffit ou qu'il y faut une cause hors du cercle des causes.

Mais ce raisonnement lâche la topique religieuse ; il s'égare sur un terrain de science, de fausse science ; car personne, ni savant, ni philosophe, ni mystique, personne ne peut dire de quoi la nature est capable (le médecin, qui assure que Dieu seul peut faire mieux que lui, a une moins haute idée de Dieu que de lui-même).

En outre, même le prodigieux s'inscrit dans la nature et doit, pour s'y inscrire, utiliser des processus naturels. (Qu'un physicien, ou un biologiste, ne puisse les maîtriser, les déclencher, les reproduire à volonté, c'est une autre affaire.)

Enfin quoi d'étonnant, quoi de prodigieux, qu'une force jugée toute-puissante fasse des prodiges ? Thomas d'Aquin note avec finesse et avec flegme que, pour l'omnipotence, rien n'est miracle, rien n'est prodige. La mesure du prodigieux est donc toute relative, relative à nous, relative à un état des connaissances qui varie sans cesse et qui, dans sa mobilité, déracine tous les jalons, tous les repères.

Les théologiens ont vu l'objection ; ils répondent que le croyant ne se mêle pas de science et que, pour détecter le miraculeux, il se borne à relever ce qui échappe au « cours habituel » des choses. Mais cette référence, manipulée par des modernes, devient rapidement suspecte. En effet, même si le cours habituel des choses n'est qu'une expression commode (simple catégorie populaire, ou simple rémanence des enfances de l'esprit dans les psychologies adultes), il reste qu'on a souci d'apposer la signature divine là, et là seulement, où l'on aura tranché que le fait n'est plus ordinaire. Ce jugement abrupt et péremptoire devenant de plus en plus délicat, au fur et à mesure que, dans notre culture, le sens commun se laisse éduquer par la science, les miracles se raréfient ; ils tendent à disparaître. Que pourraient-ils signifier au juste, même pour ceux qui croient ? Lorsqu'on loge une providence spéciale dans les ratés de l'explication naturelle, dans les défaillances de l'étiologie rationnelle, on ne s'occupe plus de religion ; on se préoccupe de prendre la science en défaut, tout en accusant le contrecoup de ses succès. D'après les apologistes, le miracle, au xxe siècle, est un défi à la science. En réalité, c'est la science qui avance et c'est le miracle, leur notion de miracle, qui recule. Ils cherchent, sans le trouver, un concordisme entre science et religion. Au lieu de prétendre que le miracle défie la science, ils feraient mieux d'avouer que la science les impressionne plus encore que le miracle, puisqu'ils n'aboutissent à celui-ci que par une méthode des résidus : Dieu est invoqué quand on se trouve à court de raisons, quand il n'y a plus d'autre principe d'explication. Par où s'insinue ce paralogisme : l'ignorance des causes démontre que la cause est transcendante ; et s'impose ce paradoxe : un miraculeux issu des déficits de la science ne reçoit en partage aucun titre mystique ; ce n'est qu'un bâtard de religion et de scientisme.

Ces prétentions et ces confusions sont d'autant plus choquantes qu'elles se propagent dans des milieux chrétiens, c'est-à-dire au sein d'une tradition qui a retourné la notion du divin (la Croix comme abaissement de Dieu, comme échec absolu, comme renoncement à tout avoir, à tout pouvoir) et qui n'a plus besoin d'appuyer la grâce sur la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  MIRACLE  » est également traité dans :

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « L'historien et le théologien »  : […] Il faut distinguer en Bultmann l'historien et le théologien. Bultmann est sans doute l'exégète moderne le plus éminent du Nouveau Testament ; il est en tout cas le plus radical. Son originalité n'est pas d'avoir formulé la règle d'or de tous les historiens : « l'absence de tout préjugé quant aux résultats de la recherche », mais de l'avoir appliquée, avec une honnêteté que Karl Jaspers a pu quali […] Lire la suite

EAUX SYMBOLISME DES

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 4 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau médicale »  : […] Il est inscrit en effet dans cette logique « buissonnante » du symbole que, puisque l'eau est l'inductrice de toute fécondité et qu'elle est à la fois liquide séminal et matrice humide et océane, elle peut également redonner, prolonger, sauver la vie puisqu'elle en est la donatrice première. Avec Bachelard, on peut donc remarquer qu'« en examinant le problème dans le sens psychanalytique, nous dev […] Lire la suite

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Dans le chapitre « Le rôle du peuple d'Israël »  : […] La providence s'exerce tout particulièrement en faveur du peuple d'Israël, élu par Dieu en raison de l'alliance avec les patriarches. La prophétie est une forme de révélation supérieure à toutes les autres dont il a été question ci-dessus (prémonitions, rêves, etc.), différente d'elles non pas en degré mais en nature. Le prophète doit nécessairement être un philosophe suréminent qui lit la loi gé […] Lire la suite

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Un discours de « vertus » »  : […] L'hagiographie est, à proprement parler, un discours de vertus . Mais le terme n'a que secondairement, et pas toujours, une signification morale. Il avoisine plutôt l'extraordinaire et le merveilleux, mais seulement en tant qu'ils sont des signes. Il désigne l'exercice de « puissances » se rattachant aux dunameis du Nouveau Testament et articulant l'ordre de l'apparaître sur un ordre de l'être. L […] Lire la suite

LOURDES

  • Écrit par 
  • René LAURENTIN
  •  • 1 117 mots
  •  • 1 média

Lourdes — 4 281 habitants au recensement de 1852 — doit sa célébrité aux apparitions de 1858 (11 fév.-16 juill.). Bernadette Soubirous, 14 ans, analphabète et sans instruction religieuse, asthmatique et encore impubère, est la fille d'un meunier ruiné, tombé à l'état de « brassier » (manœuvre louant ses bras à la journée pour 1,50 F). Elle habite le plus minable logis de la ville : le cachot, anci […] Lire la suite

MARIALES LÉGENDES, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 396 mots

Le récit des « miracles » de la Vierge Marie constitue l'un des genres les plus répandus de la littérature médiévale de toute l'Europe. Dès le début du xi e siècle des écrits en latin rapportaient ces légendes. Le genre se développe surtout au xiii e siècle : Miracles de Notre-Dame (1218) de Gautier de Coincy, Speculum historiale (vers 1244) de Vincent de Beauvais, le Miracle de Théophile (ve […] Lire la suite

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 745 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les continuités pèlerines »  : […] Ainsi se trament et s'établissent, dans le culte pèlerin, des liens avec le lieu sacré. Quelle qu'ait été en ce lieu l'intensité personnelle du vécu, le pèlerin doit y garder une présence physique jusque dans l'absence corporelle. Les stèles abydéniennes représentaient peut-être déjà autant de conjurations d'attente de pèlerins qui avaient pris leur place en Abydos pour devenir, après leur mort, […] Lire la suite

POMPONAZZI PIETRO (1462-1525)

  • Écrit par 
  • Adelin Charles FIORATO
  •  • 568 mots

Philosophe italien, Pietro Pomponazzi eut une grande influence sur le courant de pensée rationaliste de la Renaissance. Après avoir fait ses études de médecine à Padoue, il enseigna la philosophie dans cette ville pendant une vingtaine d'années (1488-1509), puis passa à l'université de Ferrare et à celle de Bologne, où il séjourna jusqu'à sa mort. Dans son ouvrage le plus important, De immortalit […] Lire la suite

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 772 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Médecine et traditions »  : […] Il y a quelques années, en Afrique, il n'y avait pas une seule consultation à l'hôpital qui ne s'accompagnât parallèlement de consultations auprès de guérisseurs-devins. Pourquoi ? Parce que le problème de la « maladie » est aussi celui de l'anxiété humaine et que la réponse à l'anxiété n'est pas seulement médicale mais aussi traditionnellement religieuse. Il faut entendre ici par « religion » que […] Lire la suite

SAINTE-ÉPINE MIRACLE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 333 mots

Prêtée par un ami du monastère, une épine de la couronne du Christ (fragment de la relique pour laquelle Saint Louis avait fait bâtir la Sainte-Chapelle) est vénérée à Port-Royal de Paris au cours d'une cérémonie célébrée le vendredi 24 mars 1656. Dans la procession qui se déroule, marche une pensionnaire âgée de dix ans, Marguerite Périer, nièce de Pascal, affligée depuis plusieurs années d'une f […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er octobre 2019 Chine. Célébration du soixante-dixième anniversaire de la République populaire.

Le Livre blanc publié par le gouvernement évoque « un miracle de développement économique sans précédent dans l’histoire de l’humanité », rendu possible grâce au « leadership centralisé, unifié et ferme » du Parti communiste. […] Lire la suite

1er-21 juillet 2008 Union européenne – France. Inauguration de la présidence française de l'U.E.

Le 21, le président français Nicolas Sarkozy se rend en Irlande, sans prétendre « imposer [de] solution miracle ». Un projet de plan au sein de l'U.E. visant à faire revoter les Irlandais avant les élections européennes de juin 2009 avait été évoqué les jours précédents.  […] Lire la suite

16-23 mars 2001 Argentine. Crise économique et politique

Fragilisé par la crise, le président Fernando de la Rua nomme à sa place le père du « miracle argentin », Domingo Cavallo. Le 21, celui-ci présente les grandes lignes d'une « loi de compétitivité » destinée à sortir le pays de la récession. Le même jour, une grève générale organisée par les principales centrales syndicales, et largement suivie, paralyse l'activité du pays. […] Lire la suite

21-22 avril 1990 Vatican – Tchécoslovaquie. Visite du pape Jean-Paul II en Tchécoslovaquie

Il est accueilli par Vaclav Havel, qui salue le « miracle » de sa venue, avant de célébrer, à Bratislava, une messe devant environ trois cent mille personnes massées sous la pluie. Tout au long de ce séjour éclair de trente-six heures, le souverain pontife, sortant de la réserve qu'il observait naguère pour préserver les croyants des représailles, fustige le « monde sans Dieu » que voulaient instaurer les régimes déchus et dénonce les « souffrances » qu'ils engendraient. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « MIRACLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/miracle/