LOURDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lourdes — 4 281 habitants au recensement de 1852 — doit sa célébrité aux apparitions de 1858 (11 fév.-16 juill.).

Bernadette Soubirous, 14 ans, analphabète et sans instruction religieuse, asthmatique et encore impubère, est la fille d'un meunier ruiné, tombé à l'état de « brassier » (manœuvre louant ses bras à la journée pour 1,50 F). Elle habite le plus minable logis de la ville : le cachot, ancienne prison désaffectée à cause de son insalubrité.

Le jeudi 11 février, vers midi, elle va ramasser du bois et des os à la grotte située au bord du Gave, à 1 km à l'ouest de la ville. En se déchaussant pour passer l'eau, elle entend « comme un coup de vent » ; elle s'étonne car l'air est calme et les arbres ne remuent pas. Elle voit la niche de la grotte s'éclairer d'un halo de lumière où apparaît une très jeune fille, silencieuse. Devant elle, Bernadette, d'instinct, récite son chapelet. Lorsqu'elle est sur le chemin du retour, sa sœur lui arrache la confidence, sous le sceau du secret, mais le révèle aussitôt à sa mère. Toutes deux sont battues « avec le bâton à battre les couvertures ». Bernadette obtient pourtant de retourner à la grotte le 14, puis le 18 février. Aqueró (en patois : Cela, ainsi qu'elle appelle la jeune fille du rocher) lui parle pour la première fois : « Voulez-vous avoir la grâce (en patois : aouè la gracia) de venir ici pendant quinze jours ? » Bernadette se rend chaque matin à la grotte, du vendredi 19 février au jeudi 4 mars. Elle voit l'apparition « tous les jours, sauf un lundi (22 fév.) et un vendredi (26 fév.) ». La foule grossit : de 100 personnes le 21 février à 8 000 le 4 mars, dernier jour de la quinzaine, où l'on attend un grand miracle. Rien ne se produit. L'affaire semble finie. Mais, au matin du 25 mars, Bernadette se sent de nouveau attirée à la grotte. Et sur sa demande quatre fois répétée, Aqueró, dont elle ignorait l'identité, répond : « Je suis l'Immaculée Conception. » Bernadette ne comprend pas ces paroles, qui font difficulté à son curé. Le pape Pie IX, en effet, avait défini le dogme de l'Immaculée Conception de la Vierge en 1854, mais l'identification grammaticale de la Vierge à ce privilège était déroutante.

Grotte de Lourdes

Photographie : Grotte de Lourdes

La grotte de Lourdes, haut lieu du culte marial depuis 1858. Devant la source de grâce, gravure sur bois d'après une peinture de José Garnelo y Alda (1866-1944). Vers 1890. Archiv für Kunst und Geschichte, Berlin. 

Crédits : AKG

Afficher

Bernadette eut encore deux apparitions impromptues et silencieuses : le 7 avril et le 16 juillet. La dernière fut tellement discrète qu'elle faillit échapper à l'histoire.

Après une épidémie de visionnaires (13 avr.-9 juill.) à laquelle Bernadette resta tout à fait étrangère, l'évêque de Tarbes, Mgr Laurence, entame une enquête qui aboutit, le 18 janvier 1862, à la reconnaissance de l'apparition. Le jugement se fondait sur le témoignage de Bernadette, sur le mouvement de prière et de conversions et sur les miracles. Dans la masse confuse des guérisons dont on parlait, la commission épiscopale en sélectionna sept avec un sens clinique et critique très averti pour l'époque (dossier critique in R. Laurentin, Lourdes, Documents authentiques, t. V).

Durant les années suivantes, les guérisons ne sont pas objet de constat. À partir de 1866, on publie les plus frappantes dans les Annales de Lourdes. En 1882, le docteur de Saint-Maclou fonde le Bureau des constatations médicales. Le Bureau retient deux mille cas jusqu'en 1905. À cette date, Pie X demande que les constats soient établis en forme canonique, selon les exigences en vigueur pour les procès de canonisation, avec un double jugement : médical puis religieux. Trente-trois guérisons sont ainsi reconnues de 1907 à 1913. Puis les constats s'interrompent. Mgr Théas les réorganise en 1946 : le Bureau médical établit les dossiers sur place. Un Comité international de médecins éminents en juge. Le Bureau médical est saisi chaque année d'une trentaine de cas ; il n'en retient que deux ou trois pour examen ; vingt-deux seulement ont été canoniquement reconnus depuis 1946.

Ce petit nombre tient aux raisons suivantes : il est difficile d'établir des dossiers complets. L'exigence des preuves scientifiques est de plus en plus complexe. Les médecins traitants laissent de moins en moins voyager les grands malades. Et presque tous voyagent en étant soumis à un traitement qui doit être normalement présumé cause de la guérison. On ne saurait trop souligner la difficulté de principe en cette matière : un Comité médical répugne normalement à déclarer une guérison « inexplicable », car le postulat de la méthode scientifique, c'est de ne jamais démissionner d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LOURDES  » est également traité dans :

BERNADETTE SOUBIROUS sainte (1844-1879)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 316 mots

Fille aînée d'un meunier ruiné et devenu journalier, souvent sans travail, Bernadette Soubirous eut, dès l'âge de quatorze ans, dans une grotte sur les bords du gave de Pau, près de Lourdes, plusieurs apparitions (la première, le 11 févr. 1858) d'une jeune fille entourée d'un halo de lumière qui finit par lui dire, le 25 mars : « Je suis l'Immaculée Conception. » Marie-Bernarde, qu'on appelait Ber […] Lire la suite

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 745 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « locus » sacral : ses composantes »  : […] Sur l'exemple de Lourdes apparaît d'ailleurs remarquable l'élément essentiel de la puissance sacrale du lieu sacré. Le domaine de la Grotte ne prend sa qualité d'espace « autre » que par la Grotte, cet accident chthonique où l'apparition mariale a marqué de sa présence la terre d'alentour et comme pris possession d'elle. La Grotte est le point d'espace où demeure la présence ; lieu de la présence […] Lire la suite

Les derniers événements

10-26 janvier 2022 Ukraine – États-Unis – Russie. Rejet par Washington des exigences de Moscou dans la crise ukrainienne.

Washington menace Moscou de lourdes sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine. Le 12, le Conseil OTAN-Russie qui se tient à Bruxelles aboutit au même rejet des demandes russes par les membres de l’Alliance atlantique. Ceux-ci ne se déclarent prêts à débattre que de la limitation des futurs déploiements de l’OTAN sur des territoires européens où ils pourraient être considérés comme menaçants par Moscou. […] Lire la suite

21 janvier 2022 France. Procès de l'affaire des sondages de l'Élysée.

Leurs sociétés, ainsi que l’entreprise Ipsos, sont condamnées à de lourdes amendes. L’ancien conseiller de l’Élysée chargé de l’opinion, Julien Vaulpré, est relaxé. Convoqué par le tribunal en novembre 2021, Nicolas Sarkozy avait refusé de répondre, faisant valoir son immunité pénale. […] Lire la suite

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Washington prévient qu’une intervention militaire russe entraînerait un renforcement du soutien américain à l’Ukraine ainsi qu’aux pays Baltes, à la Pologne et à la Roumanie, ainsi que l’imposition de lourdes sanctions économiques contre Moscou. Le 17, la Russie publie ses demandes relatives à l’évolution de la sécurité européenne, qui devraient faire l’objet de deux traités, l’un avec les États-Unis, l’autre avec l’OTAN. […] Lire la suite

5-8 novembre 2021 France. Adoption de mesures de lutte contre les violences sexuelles dans l'Église.

Le 5, un mois après la publication du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) présidée par Jean-Marc Sauvé, les évêques de France réunis en assemblée plénière à Lourdes (Hautes-Pyrénées), reconnaissent « la responsabilité institutionnelle de l’Église » dans les violences sexuelles perpétrées par des prêtres sur des mineurs et des majeurs vulnérables, ainsi que « la dimension systémique de ces violences ». […] Lire la suite

28 avril 2021 France – Italie. Interpellation de militants italiens d'extrême gauche.

La police interpelle sept Italiens réfugiés en France, dont d’anciens membres des Brigades rouges, qui ont été condamnés à de lourdes peines de prison en Italie pour des attentats commis dans les années 1970 et 1980. Trois autres sont recherchés. Tous faisaient l’objet de demandes d’extradition de la part de Rome. L’Élysée se prévaut de la « doctrine Mitterrand », appliquée par l’ancien président dans les années 1980, qui consistait à accueillir en France les militants italiens qui renonçaient à la violence et n’étaient pas coupables de crime de sang. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René LAURENTIN, « LOURDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lourdes/