INTERSTELLAIRE MILIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nuage du Cygne

Nuage du Cygne
Crédits : NASA

photographie

Nébuleuse d'Orion

Nébuleuse d'Orion
Crédits : NASA/ ESA/ M. Robberto, STScI/ ESA & the Hubble Space Telescope Orion Treasury Project Team

photographie

Barnard 68

Barnard 68
Crédits : European Southern Observatory

photographie

Nébuleuse de la Carène

Nébuleuse de la Carène
Crédits : NASA/ ESA/ N. Smith, UCB/ The Hubble Heritage Team, STScI/ AURA

photographie


Le gaz neutre

Peu spectaculaire en observation optique, le gaz neutre n'a été découvert qu'au début du xxe siècle, et son étude a surtout été faite à partir des années 1970 en utilisant des techniques radioastronomiques et spatiales très variées.

Les nuages diffus

Représentant la composante la mieux connue du milieu interstellaire, les nuages diffus sont relativement transparents à la lumière ; ils se manifestent par des raies d'absorption caractéristiques des différents éléments qu'ils contiennent, raies très fines visibles dans les spectres à haute résolution d'étoiles situées à l'arrière-plan. Dans le domaine visible, ces raies sont peu nombreuses : les principales sont les raies D du sodium, les raies H et K du calcium ionisé une fois, celles du calcium neutre, du titane ionisé une fois, et de trois radicaux moléculaire simples (CN, CH et CH+). La présence d'ions s'explique par le fait que le rayonnement ultraviolet de l'ensemble des étoiles de la Galaxie peut pénétrer assez facilement dans ces nuages si sa longueur d'onde est supérieure à 91,2 nm – la limite d'ionisation de l'hydrogène atomique –, et ioniser un certain nombre d'éléments ; en revanche, les radiations de longueurs d'onde inférieures sont totalement absorbées par l'hydrogène atomique, qui est très abondant. Les raies d'absorption interstellaires observées dans le spectre des étoiles sont fines, indiquant des températures basses et des mouvements internes faibles, mais sont souvent multiples : cela montre que la matière interstellaire n'est pas distribuée uniformément, mais en nuages ou en sous-nuages isolés dont chacun est animé d'une vitesse particulière, produisant une composante de la raie décalée en longueur d'onde par effet Doppler-Fizeau.

En 1951, la découverte de la raie radio à 21 centimètres de longueur d'onde produite par l'hydrogène atomique montrait que cet élément est le principal constituant des nuages diffus, et permettait d'en préciser leurs caractéristiques et leur distribution dans la Galaxie, où ils sont concentrés le long de bras spiraux. De nombreuses g[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  INTERSTELLAIRE MILIEU  » est également traité dans :

A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 106 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les champs de recherche d'A.L.M.A.  »  : […] La chimie interstellaire est pratiquement née avec la radioastronomie millimétrique dans les années 1980. Avec A.L.M.A., elle entre dans une nouvelle phase, puisque des molécules peuvent être détectées dans tous les types d'objets, en particulier à très grande distance. La complexité des échanges physico-chimiques, depuis le nuage interstellaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atacama-large-millimeter-submillimeter-array/#i_20636

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 380 mots
  •  • 3 médias

Dans les années 1960, l'espace intersidéral était encore considéré comme un environnement vide, hostile et stérile. Suivant en cela Arthur Stanley Eddington (1926), les astrophysiciens de l'époque jugeaient « difficile d'admettre l'existence de molécules dans l'espace interstellaire, parce qu'une fois qu'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/#i_20636

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 469 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Formation des étoiles »  : […] Dans notre Galaxie, la majeure partie de la matière du milieu interstellaire est condensée en nuages interstellaires ; ces nuages sont de deux types […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_20636

GALAXIE LA ou VOIE LACTÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 032 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le gaz et la poussière interstellaires »  : […] Le gaz interstellaire est formé d'hydrogène neutre ou ionisé, d'hélium et d'une petite quantité d'atomes plus lourds. Sa masse totale est de l'ordre de 5 p. 100 de celle des étoiles. Sa structure et sa dynamique sont extrêmement complexes. Il est très concentré le long du plan galactique. De grands complexes de gaz, dont la masse peut atteindre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxie-voie-lactee/#i_20636

GALAXIES

  • Écrit par 
  • Danielle ALLOIN, 
  • André BOISCHOT, 
  • François HAMMER
  •  • 10 083 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les composantes des galaxies »  : […] d'une galaxie, les étoiles n'en sont pas le seul constituant. On trouve également de la matière interstellaire, c'est-à-dire de la matière qui, au moment où nous l'observons, n'a pas été condensée par la gravitation à l'intérieur d'une étoile. Mais cette matière a pu l'être jadis et le sera peut-être à nouveau. La matière interstellaire comporte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxies/#i_20636

HERSCHEL MISSION

  • Écrit par 
  • Laurent PAGANI
  •  • 2 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Résultats scientifiques »  : […] Le maître mot ici est milieu interstellaire, aussi bien « local », où des études détaillées peuvent avoir lieu, que dans les galaxies lointaines, prises dans leur ensemble, où toute la matière interstellaire chauffée par divers processus rayonne dans l'infrarouge lointain. En étudiant le milieu interstellaire, c'est la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-herschel/#i_20636

INTERPLANÉTAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • Pierre COUTURIER, 
  • Jean-Louis STEINBERG
  •  • 4 646 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les problèmes à résoudre »  : […] à quelle distance se trouve la limite de l'héliosphère, c'est-à-dire l'interface avec le milieu interstellaire, et quelle est sa structure. Les sondes ont détecté l'expansion du vent solaire jusqu'à plus de 100 unités astronomiques. L'hydrogène et l'hélium neutres interstellaires pénètrent dans l'héliosphère presque sans voir le plasma, car les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interplanetaire/#i_20636

JUPITER, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 11 264 mots
  •  • 61 médias

Dans le chapitre «  Structure de la planète »  : […] a 4,5 milliards d'années environ. En d'autres termes, on peut, en déterminant la composition actuelle de Jupiter, avoir accès à celle de la nébuleuse primitive dont est issu, pense-t-on, le système solaire tout entier. On peut connaître ainsi la composition du milieu interstellaire à cet endroit de notre Galaxie, et il y a 4,5 milliards d'années […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/#i_20636

NOVAE ET SUPERNOVAE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 3 502 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les supernovae »  : […] que l'on peut leur assigner, les supernovae contribuent largement à l'enrichissement du milieu interstellaire en éléments chimiques engendrés par la nucléosynthèse stellaire. Cette fonction est maintenant bien établie : les satellites d'astronomie X ont observé plusieurs restes de supernovae, dont celui de Cassiopeia A, et ont montré que ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novae-et-supernovae/#i_20636

NUCLÉOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 5 436 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'interaction entre le rayonnement cosmique et le milieu interstellaire »  : […] très massives comme les étoiles de Wolf-Rayet. Ces particules traversent et bombardent le milieu interstellaire dans lequel elles subissent trois sorts possibles : elles s'échappent du disque galactique pour se perdre dans les halos galactiques ou les milieux intergalactiques, ou bien elles sont ralenties par interaction avec les électrons des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleosynthese/#i_20636

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 773 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le spectre de raies en radioastronomie »  : […] qui les émettent. C'est par l'étude de leurs raies dans le domaine des ondes millimétriques et centimétriques qu'on a pu établir l'existence, dans le milieu interstellaire et dans les enveloppes étendues d'étoiles froides géantes, de près de 140 molécules différentes (fig. 2) : auparavant, le nombre de molécules connues dans ces sources, grâce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioastronomie/#i_20636

RADIOSOURCES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Radiosources galactiques non thermiques »  : […] l'enveloppe se poursuit en se ralentissant jusqu'à ce que l'objet se perde dans le milieu interstellaire. La coquille de ces restes de supernovae rayonne dans les domaines visible, ultraviolet et X en raison de l'échauffement local produit par l'onde de choc née de sa rencontre avec le gaz interstellaire. Des électrons sont accélérés à des énergies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiosources/#i_20636

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 240 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Origine et composition des rayons cosmiques »  : […] que l'onde de choc due à l'explosion d'une supernova peut, en comprimant brutalement le champ magnétique interstellaire sur son passage, fournir de l'énergie à certaines particules. Dix ans plus tard, une synthèse fut réalisée entre cette théorie et une autre, formulée par Enrico Fermi dès 1948, selon laquelle les rayons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/#i_20636

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

  • Écrit par 
  • Monique ARNAUD, 
  • Robert ROCCHIA, 
  • Robert ROTHENFLUG
  •  • 6 550 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le milieu interstellaire local. Le halo galactique »  : […] Dans le domaine des rayons X mous, pour des énergies de photons comprises entre 100 et 1 000 électronvolts, le milieu interstellaire n'est plus aussi transparent. Dans le plan galactique, la matière neutre empêche de détecter des photons produits à plus de 1 000 années-lumière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-x-cosmiques/#i_20636

SHKLOVSKY JOSEF SAMUELOVITCH (1916-1985)

  • Écrit par 
  • François BIRAUD
  •  • 819 mots

Ses contributions à l'astrophysique du milieu interstellaire sont également importantes. Lors de la découverte du fond cosmologique à 3 kelvins par Arno A. Penzias et Robert W. Wilson en 1965, il montre que ce rayonnement explique les observations du radical CN interstellaire, qui dataient des années 1940. Surtout, il attire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-samuelovitch-shklovsky/#i_20636

STELLAIRES ASSOCIATIONS

  • Écrit par 
  • Thierry MONTMERLE
  •  • 6 533 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le contenu gazeux »  : […] dans le domaine visible, la radioastronomie millimétrique nous a appris que de très importantes masses de gaz invisibles existent toujours dans leur voisinage immédiat. Ce gaz est constitué principalement d'hydrogène, comme partout dans l'Univers, mais il est ici sous une forme nouvelle : il s'agit d'hydrogène moléculaire H2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/associations-stellaires/#i_20636

TURBULENCE

  • Écrit par 
  • Fabien ANSELMET, 
  • Michel COANTIC, 
  • Gérard TAVERA
  •  • 24 124 mots
  •  • 59 médias

Dans le chapitre « Les turbulences fluide et M.H.D. des milieux interstellaires et interplanétaires »  : […] Nous avons déjà indiqué que les nuages interstellaires de gaz et de poussières sont turbulents : cette turbulence est entretenue par les explosions de supernovæ, l'expansion supersonique des régions ionisées issues des étoiles chaudes, la rotation différentielle de la galaxie, les jets de matière extrêmement puissants émis par les étoiles en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbulence/#i_20636

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 641 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  La Galaxie »  : […] Le Soleil y occupe une position excentrique, à environ 8 000 parsecs du centre. Ce système est en rotation (un tour en 200 millions d'années au niveau du Soleil). Le disque galactique contient également de la matière interstellaire très diluée – du gaz et un peu de poussière – dont la masse est de l'ordre de un dixième de celle des étoiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers/#i_20636

Voir aussi

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « INTERSTELLAIRE MILIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interstellaire/