KUNDERA MILAN (1929-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Milan Kundera

Milan Kundera
Crédits : AFP/ Getty

photographie

Risibles Amours, Milan Kundera

Risibles Amours, Milan Kundera
Crédits : Courtesy Milan Lundera/ D.R.

photographie


« Le grand pari de la traduction »

Si l'œuvre de Kundera est aujourd'hui traduite dans quarante langues (dont le vietnamien, le coréen, le persan, le chinois, l'arabe), cette diffusion revêt des caractéristiques très remarquables. Elle est le fruit d'une étroite collaboration entre l'auteur, ses traducteurs et ses éditeurs, unis dans la défense du texte-source contre toute adaptation et réécriture ; l'histoire des démêlés de Kundera avec ses traducteurs est si mouvementée qu'elle a pu faire l'objet de thèses, certains livres ayant nécessité cinq versions. Les quatre romans rédigés en français n'ont pas encore été traduits en tchèque, l'auteur s'en réservant l'exclusivité. Ce culte exacerbé de la « fidélité » envers l'original (le texte français étant considéré comme cet étalon, occasionnellement modifié par l'auteur au fil des rééditions) se justifie par des raisons de propriété intellectuelle (Les Testaments trahis fustigent la traduction initiale de Kafka par Alexandre Vialatte et la « réduction biographisante » à laquelle son œuvre est trop souvent soumise) mais surtout par des raisons d'intégrité esthétique. Dans le programme kundérien, la loi de composition musicale est essentielle et doit s'appliquer aussi bien à l'original qu'aux versions en langues étrangères. Que penser d'une traduction qui déséquilibrerait l'art subtil de la polyphonie narrative (centrale dans La Plaisanterie) et des échos à distance (jamais aussi complexes que dans ̱'Immortalité, 1990), qui briserait l'architecture intérieure des essais en sept ou neuf parties, demeurerait insensible à l'art de la fugue, du contrepoint et de la digression, ou prendrait la liberté de couper en se fondant sur les pratiques de la langue de réception ou les usages du lecteur pressé ? Cette éthique respectueuse du créateur est d'abord conforme au paradigme musical qui donne une fluidité distinctive à une œuvre habitée par la question de la mémoire et de l'oubli, obsédée par la quête d'une forme émancipée du tempo de l'Histoire, par la résistance au relativisme culturel et à l[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KUNDERA MILAN (1929- )  » est également traité dans :

L'IGNORANCE (M. Kundera)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 944 mots

« Du vraisemblable plaqué sur de l'oublié » : c'est ainsi que Josef, un des personnages du roman de Milan Kundera , conclut l'interprétation d'un souvenir. Que l'on retrouve sous cette expression celle du Rire de Bergson – « du mécanique plaqué sur du vivant » – donne peut-être une des clés du roman ; mais dans un premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ignorance/#i_41798

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] terre où l'on peut sans se cacher écrire ce que l'on veut et comme on veut ». Mais qui ne se rappelle l'amertume de Milan Kundera reliant d'un seul jet la Tchécoslovaquie à Rennes pour s'isoler en haut de la plus haute tour de la ville et regarder « à l'est, du côté de Prague » ? Attitude symbolique de l'exilé qui sait, comme Moïse, que la Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_41798

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une idée de l'Europe »  : […] Dans les années 1980, plusieurs exilés ou dissidents antisoviétiques – György Konrád à Budapest, Milan Kundera et Danilo Kïys à Paris – ont relancé la discussion sur la Mitteleuropa. Le texte de Milan Kundera, d'abord publié à Paris en novembre 1983, est devenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_41798

LA PLAISANTERIE, Milan Kundera - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Milan BURDA
  •  • 967 mots
  •  • 1 média

Achevé le 5 décembre 1965, La Plaisanterie, premier roman de Milan Kundera, écrivain tchèque né en 1929, n'a été publié en Tchécoslovaquie qu'en 1967, alors que s'annonçaient les prémices du « printemps de Prague », tentative de libéralisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-plaisanterie/#i_41798

Pour citer l’article

Martine BOYER-WEINMANN, « KUNDERA MILAN (1929-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan-kundera/