Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MIGRATIONS

Les formes contemporaines de la migration (xixe siècle à nos jours)

Poids des réseaux personnels ou communautaires, importance des axes régionaux, rôle des États et autres institutions, dimension politique, contrôle social : beaucoup des processus qui orientaient les migrations dès la période médiévale restent à l’œuvre de nos jours. La période contemporaine va cependant engendrer des mécanismes migratoires qui lui sont propres.

L’urbanisation

Le premier d’entre eux est l’urbanisation. Les campagnes jouaient jusqu’à l’époque moderne et pour partie au-delà un rôle attractif dans maints bassins migratoires : une industrie rurale active offrait alors des revenus d’appoint (textile) et, pour ses formes les plus lourdes, jouait sur la proximité des sources d’énergie, hydraulique notamment. Or, à mesure que le progrès des transports, les innovations techniques (machines à vapeur), la concentration financière, localisent l’activité industrielle, par ailleurs en forte croissance, dans les cités, les champs migratoires se réorientent prioritairement vers les villes. La population urbaine en Europe, Russie non comprise, passe de moins de 15 %de la population totale en 1800, à 50 % environ en 1913. Durant la même période, le nombre de communes de plus de 20 000 habitants passe de 200 à 2 300 sur le continent. Jointe à la croissance démographique que connaît l’Europe au xixe siècle, l’immigration y contribue largement, à partir souvent de formes anciennes, plus complexes que ne le laisse entendre le modèle simplificateur de l’exode rural. Ainsi, une cité-champignon comme Le Creusot puise l’essentiel de sa main-d’œuvre dans les campagnes environnantes plutôt que dans une attraction massive depuis les campagnes lointaines. Paris croît pour partie par la fixation de migrants temporaires qui, auparavant, jouaient des saisonnalités de l’activité urbaine : les Limousins du bâtiment retournaient chez eux en hiver, faute d’éclairage public ou de bâches de protection des matériaux pour les chantiers. En même temps se constituent de toutes pièces des flux migratoires directement liés aux activités industrielles nouvelles, comme c’est le cas à Roubaix, dans la seconde moitié du xixe siècle, avec l’immigration flamande (plus de la moitié de la population de la ville) suscitée par l’essor du textile.

Lancée par l’industrialisation, l’urbanisation devient cumulative, en créant des réseaux de transport, de communication, d’activité tertiaire, centrés sur des métropoles de plus en plus gigantesques. L’expansion européenne diffuse ce processus outre-mer. La population mondiale compte depuis 2010 une majorité de citadins, le processus s’accélérant dans les continents qui étaient jusque là les moins urbanisés : l’Asie, passée de 18 à 52 % d’urbains depuis 1950, et l’Afrique, de 14 % à 44 %. Le cas de la Chine, avec ses 100 millions de migrants ruraux dont une partie sont clandestins dans les métropoles où ils s’installent, vient rappeler que les migrations internationales, les plus visibles politiquement, ne sont qu’une partie minoritaire des flux de mobilité mondiaux, et que ce sont les migrations intérieures qui prévalent : on estimait à 281 millions en 2020 le nombre de personnes ayant migré d’un pays vers un autre, contre environ 740 millions de migrants intérieurs.

Dans les sociétés occidentales, des formes nouvelles de déplacement compliquent le schéma unilatéral des migrations de travail vers les villes. Bien plus que le mouvement des néoruraux issu des années 1970, spectaculaire mais marginal en nombre, les migrations de retraités sont devenues un facteur majeur de peuplement, en particulier pour les régions côtières ou ensoleillées (Côte d’Azur en France, Sun Belt aux États-Unis). Elles ont pris une dimension internationale, à mesure que les retraités jouent des différentiels dans les niveaux de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Témoignage d’une conquête : la Tapisserie de Bayeux

Témoignage d’une conquête : la Tapisserie de Bayeux

Immigrés jamaïcains

Immigrés jamaïcains

Le pèlerinage de La Mecque, une migration religieuse à l’échelle mondiale

Le pèlerinage de La Mecque, une migration religieuse à l’échelle mondiale

Autres références

  • COMMERCES URBAINS ET MIGRATIONS

    • Écrit par Lucine ENDELSTEIN
    • 1 097 mots

    Avec la confection et l’artisanat, le commerce de détail est une activité associée de longue date aux migrations, au point que Georg Simmel déclarait dès 1908 que « l’étranger fait partout son apparition comme commerçant, et le commerçant comme étranger » (Simmel, 1990). Les réseaux de solidarité...

  • PATRIMOINE ET MIGRATIONS

    • Écrit par Anaïs LEBLON
    • 1 225 mots

    L’introduction des migrations dans le champ des recherches sur le patrimoine date de la fin des années 2000. Conçue au départ comme une prérogative de l’État, l’institution du patrimoine s’est pendant longtemps consacrée à la sélection et à la valorisation des biens d’exception, favorisant la construction...

  • AFRIQUE AUSTRALE

    • Écrit par Jeanne VIVET
    • 6 100 mots
    • 5 médias
    L’intégration régionale de l’Afrique australe est aussi le fait des migrations massives vers l’Afrique du Sud de travailleurs noirs des pays voisins. Peu après la découverte des gisements miniers à la fin du xixe siècle, le système du travail migrant fut instauré, encadré par les gouvernements,...
  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par Ivan CROUZEL, Dominique DARBON, Benoît DUPIN, Universalis, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Philippe-Joseph SALAZAR, Jean SÉVRY, Ernst VAN HEERDEN
    • 29 784 mots
    • 28 médias
    ...provinces diminuent avec le départ de migrants. Cela dans une situation où le taux d’accroissement naturel de la population nationale ne cesse de diminuer. Ainsi, si la population continue d’augmenter – même légèrement –, avec un taux d’accroissement de 1,25 % en 2014, c’est grâce à une immigration...
  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    Lesmigrations à l'intérieur du continent ou en direction d'autres parties du monde ont une importance démographique, économique et politique considérable. L'Afrique est une terre de mobilité. Sans remonter aux grandes migrations « historiques », comme celle des Bantous qui balayèrent la moitié méridionale...
  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    ...ressortissants albanais. Après une manifestation violemment réprimée à Tirana le 2 juillet, 5 000 personnes demandaient l'asile aux ambassades occidentales. Ces candidats à l'exil, jeunes chômeurs pour la plupart, rêvaient d'un pays de cocagne magnifié par les médias de l'Ouest. Contraint de délivrer les visas,...
  • Afficher les 76 références

Voir aussi