MICROSONDE ÉLECTRONIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les microscopes électroniques modernes ont un pouvoir de résolution (distance minimale séparant deux points vus comme distincts dans l'appareil) de l'ordre de quelques dixièmes de nanomètres. Cependant, l'information ainsi recueillie, information de nature morphologique, n'est souvent utilisable que si elle est accompagnée d'une connaissance de la composition chimique précise de l'échantillon. Ainsi, en biologie, les changements de morphologie d'un tissu sont-ils souvent corrélés à des modifications locales de la distribution des divers éléments chimiques à travers ce tissu ; on conçoit l'intérêt qu'il peut alors y avoir à combiner analyse chimique locale non destructive et visualisation microscopique. De même, en métallurgie et minéralogie, est-il nécessaire de compléter l'observation des précipités vus dans le champ du microscope électronique par l'analyse in situ de leur composition chimique.

L'analyse par microsonde électronique satisfait ce type d'exigences. Malgré des différences minimes, dues à leur spécialisation propre, les divers systèmes fonctionnent tous sur le principe du premier d'entre eux : la microsonde de Castaing et Guinier (1949). L'échantillon à examiner est placé sur la platine d'un microscope électronique où il est bombardé par des électrons de haute énergie, ceux-là mêmes qui constituent le « faisceau ». (On sait qu'un microscope électronique fonctionne sur le même principe qu'un microscope optique ordinaire : le faisceau lumineux y est simplement remplacé par un faisceau d'électrons, lequel subit, à l'intérieur de l'appareil, le même type de réfractions et convergences qu'un faisceau de lumière à travers l'optique d'un microscope ordinaire.) Ces électrons, parce qu'ils ont une énergie élevée, traversent l'échantillon en y produisant un certain nombre de modifications ; l'une des plus importantes consiste en une émission de rayons X : un électron du faisceau incident est susceptible, lorsqu'il heurte l'un des atomes de l'échantillon, d'en extraire un électron appartenant aux couches profondes (très [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICROSONDE ÉLECTRONIQUE  » est également traité dans :

MÉTALLOGRAPHIE - Essais non destructifs

  • Écrit par 
  • Louis BEAUJARD, 
  • Gérard LABBE, 
  • Jack MANNENC
  •  • 6 739 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Microsonde électronique »  : […] La composition spectrale du rayonnement X émis par un tube à rayons X dépend de la nature de son anticathode. Chaque élément émet un spectre, qui contient un fond continu dont l'intensité varie lentement avec la longueur d'onde (cf. optique cristalline  - Diffraction par les cristaux), et des raies caractéristiques considérablement plus intenses. C'est en 1949 que Raimond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-essais-non-destructifs/#i_31372

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Microscopie électronique »  : […] Parmi les microscopes à radiations corpusculaires, seuls les microscopes électroniques sont très largement employés. Ils utilisent les propriétés ondulatoires des électrons accélérés auxquels peut être associée une longueur d'onde selon la relation de Louis de Broglie entre la longueur d'onde λ et la quantité de mouvement  mv  : où h est la constante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie/#i_31372

OPTIQUE CRISTALLINE - Diffraction par les cristaux

  • Écrit par 
  • André AUTHIER
  •  • 8 875 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Microsonde électronique »  : […] Le principe de la génération des rayons X et de la diffraction sélective de Bragg est utilisé dans un appareil appelé microsonde électronique pour faire l'analyse chimique qualitative et quantitative d'un échantillon. Un pinceau d'électrons focalisé au moyen de lentilles électromagnétiques est envoyé sur l'échantillon à étudier. La dimension de la plage analysée peut être réduite à 1 μm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-cristalline-diffraction-par-les-cristaux/#i_31372

RAMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Michel DELHAYE
  •  • 6 453 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Microscopie et micro-analyse Raman »  : […] Dans les instruments d'usage courant, la masse d'échantillon nécessaire à une mesure n'est guère supérieure au milligramme. Une étude particulièrement poussée des conditions optimales d'illumination de micro-échantillons par le faisceau laser, et de collection de la lumière diffusée sous le plus grand angle solide possible, a conduit à la réalisation d'un microscope à effet Raman. Il est capable d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-raman/#i_31372

RAYONS X

  • Écrit par 
  • André GUINIER
  •  • 5 996 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La spectrographie X »  : […] L'application fondamentale des spectres caractéristiques des différents atomes est la détermination des niveaux d'énergie des électrons. Dans ce cas aussi, il existe des applications plus pratiques qui sont actuellement fort répandues. L'intérêt de la spectrographie X tient à ce que les différents atomes de l'émetteur sont caractérisés séparément les uns des autres. Le spectre observé est, avec un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayons-x/#i_31372

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Méthodes histochimiques modernes, méthodes physiques »  : […] Dans le domaine de la localisation et de la caractérisation des protéines, l'immunohistochimie apporte une solution très satisfaisante : mise en évidence de la protéine par une réaction d'une très haute spécificité avec l' anticorps préalablement marqué par un atome fluorescent ou radioactif, lequel rend visible le complexe protéine-anticorps ainsi formé. La spectrophotométrie d'absorption, tout a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-animaux/#i_31372

Pour citer l’article

Françoise BALIBAR, « MICROSONDE ÉLECTRONIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microsonde-electronique/